Actu Chômage

mercredi
12 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Faux Chirac et vrais étudiants ont parodié le débat télévisé de TF1

Faux Chirac et vrais étudiants ont parodié le débat télévisé de TF1

Envoyer Imprimer
Devant un grand panneau blanc barré "Chirac academy", un jeune homme en complet gris clair, portant un masque figurant le visage du président de la République clame : "On ne parle pas de la loi Fillon, on ne parle pas de politique, soyez sages les jeunes !".

Sur le parvis des Libertés et des Droits de l'Homme au Trocadéro à Paris, une soixantaine de lycéens et d'étudiants de l'Union nationale lycéenne et de l'Union nationale des étudiants de France ont parodié le débat télévisé qui réunissait ce jeudi soir sur TF1 Jacques Chirac et un panel de 80 jeunes sélectionnés par la Sofres : "J'espère que ces jeunes n'ont pas manifesté", déclare le faux Chirac, en faisant de grands gestes des mains. La troupe se masse autour de l'homme au masque en riant.

"Pouvez-vous éclairer cette jeunesse représentative sur les enjeux de la Constitution européenne ?", interroge un faux Patrick Poivre d'Arvor. "Les enjeux du vote, c'est la France, il ne faut pas que les gens votent en conscience, c'est pourquoi j'ai besoin de jeunes aujourd'hui, pour me servir d'alibi", répond, la voix grave, le président grimé.

Apparaît un faux Emmanuel Chain, qui donne la parole à un étudiant. "Vous menez une politique qui attaque le service public d'Education, tout le monde sait que la Constitution ne reconnaît pas les services publics. Est-ce un moyen de continuer cette politique ?". "Mais j'espère bien !", crie le président. Et il ajoute immédiatement : "Vous êtes un provocateur, vous".

Cette fois, c'est sur la certitude que les 80 jeunes sélectionnés par la Sofres sont favorables au "Oui" au référendum du 29 mai qu'un faux Marc-Olivier Fogiel veut titiller les susceptibilités présidentielles. "Mais oui, j'envoie les CRS dans les lycées, je ne réponds pas aux aspirations des jeunes, mais, en échange je les utilise comme argument électoral", poursuit le faux Chirac, sous les huées du public. "Bonjour, je suis Jean-Luc Delarue, je vous salue au nom de ma société de production et de mes actionnaires", prononce un autre étudiant, sans poser la moindre question.

"Nul doute que les jeunes présents ici voteront "non", toute la jeunesse ici représentée vous remercie M. le président, conclut le faux Poivre d'Arvor, alors que tombent les premières gouttes de pluie.

"Le but était de montrer symboliquement qu'il existe un paradoxe entre les 80 jeunes de la Sofres et les dizaines de milliers de jeunes qui manifestent leur malaise dans les rues", commente tout sourire Constance Blanchard, présidente de l'UNL. Pour Corentin Duprey, étudiant UNEF, "le débat sur la Constitution mérite mieux que ça, car la question posée est celle de la construction d'une Europe libérale".

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 15 Avril 2005 12:57 )  

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...