Actu Chômage

mardi
23 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités La solidarité existe chez Air France

La solidarité existe chez Air France

Envoyer Imprimer
Bel exemple de solidarité professionnelle, suffisamment rare pour qu'on le signale dans un contexte où la peur et l'individualisme sévissent en entreprise : une grève spontanée a lieu en ce moment à ORLY pour protester contre la mise à pied d'un agent de piste. Vous en connaissez beaucoup, des collègues qui seraient prêts à vous défendre si votre employeur menaçait de vous licencier pour une supposée faute grave ?

La grève surprise a été déclenchée vendredi, quand la direction d'Air France a pris la décision de mettre à pied un agent de piste d'Orly suite au décès accidentel d'une hôtesse de la compagnie, tombée le 1er février du haut d'un escalier mobile placé à l'arrière d'un appareil dont les passagers venaient de débarquer.

Air France a rendu publiques dans un communiqué les conclusions d'une enquête interne sur l'agent de piste : "L'enquête interne conduite par Air France a montré que l'agent ayant retiré l'escalier n'aurait respecté aucune" des trois "actions de sécurisation préalables au retrait de l'escalier mobile" alors que "le respect d'une seule de ces actions aurait permis d'éviter l'accident", affirme la compagnie aérienne. "L'agent a donc été convoqué à un entretien préalable à sanction".

Les syndicats demandent le retrait de la lettre notifiant la mise à pied par Air France de l'agent de piste et sa convocation à un entretien préalable à un éventuel licenciement pour faute grave le jeudi 3 mars : "Tant que la lettre ne sera pas retirée, nous ne reprendrons pas le travail", avait averti vendredi Claire Bochard, déléguée syndicale CGT d'Air-France. Pour le syndicat, la direction "choisit le coupable alors que la justice n'a pas terminé son enquête". CGT et Sud-Aérien soulignent que l'agent était seul dans son camion au moment de l'accident alors qu'il aurait dû être guidé par un autre agent de piste. Il y avait, selon eux, un problème de visibilité et ils accusent la direction ne "pas avoir respecté les procédures de sécurité" en faisant notamment "des économies de masse salariale". Un cas typique de dangereux sous-effectif dont l'hôtesse décédée est la tragique victime, et l'agent de piste le bouc émissaire.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 20 Février 2005 17:35 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...