Actu Chômage

lundi
22 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Renault : Bénéfice en hausse de 43%

Renault : Bénéfice en hausse de 43%

Envoyer Imprimer
3,55 milliards d'euros, c'est le bénéfice net du groupe Renault en 2004 : une progression de 43,1% par rapport à 2003 (le chiffre d'affaires a quant à lui augmenté de 8,5% à 40,715 milliards d'euros).

Louis Schweitzer, le PDG de l'entreprise qui va prochainement céder sa place à Carlos Ghosn (actuel président de Nissan), s'est félicité de ce record historique : «Ces résultats nous positionnent comme le meilleur généraliste européen».
Le constructeur dépasse largement les attentes des analystes qui prédisaient une augmentation de 36% du résultat net. Les ventes de Renault ont été dopées par le succès de sa gamme Mégane et par la croissance de ses ventes à l'international. Les bons résultats de Nissan, détenu à 44,4% par le groupe, ne sont pas étrangers à ce bénéfice record.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 09 Février 2005 15:26 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2005-02-09 21:07 France: le regain de vitalité des PME se confirme en janvier

Les PME-PMI ont confirmé en janvier le regain de vitalité amorcé en décembre et se déclaraient plus optimistes en matière d'activité, de résultats et d'investissement, tout en restant prudentes sur l'emploi, selon une enquête de BNP Paribas Lease Group (BPLG) publiée mardi.

Le baromètre mensuel BPLG-AFP de vitalité des PME-PMI affichait en janvier 2005 une hausse de 5 points par rapport à décembre 2004 pour s'établir à 18 points sur une échelle de 0 à 100 (correspondant aux niveaux de vitalité le plus bas et le plus haut, enregistrés respectivement en 1993 et 2000). En décembre, cet indicateur s'était déjà redressé de 11 points par rapport à novembre, après quatre mois de déclin ininterrompu.

"Les patrons de PME se déclarent plus optimistes sur les perspectives à court terme en matière de chiffre d'affaires, de résultats financiers et d'investissement. Ils n'annoncent cependant aucune notable hausse de leur emploi", explique un communiqué conjoint de BPLG et de l'AFP.
L'enquête est réalisée chaque mois auprès d'un panel de 450 responsables de PME-PMI de 6 à 200 salariés, représentant 45% de l'emploi salarié privé en France, hors agriculture.

"Les dirigeants anticipent plus favorablement l'évolution de leur secteur d'activité", affirme le communiqué. Ainsi, la proportion de dirigeants attribuant une note comprise entre 7 et 10/10 à la vitalité de leur entreprise était en janvier de 51% (pour la vitalité présente) et de 55% (pour la vitalité pour les trois prochains mois), contre respectivement 49% et 52% le mois précédent.

L'indicateur de chiffre d'affaires a progressé de 5 points en janvier pour s'établir à 11 points. "En janvier 2004, 28% des PME ont enregistré une hausse de leur chiffre d'affaires, et 33% un recul. Pour les trois mois à venir, davantage de dirigeants anticipent une hausse (31%) et surtout une moindre proportion table sur une régression (21%)", soulignent BPLG et l'AFP.

L'indicateur de rentabilité était en hausse de 6 points, à 3 points, soit une hausse de 17 points en deux mois. "En janvier 2005, les résultats financiers se sont améliorés dans une PME sur cinq et détériorés dans une PME sur trois. Alors que la vision à court terme des dirigeants de PME était pessimiste au cours du 4ème trimestre 2004, le début d'année est marqué par des prévisions plus favorables", commente le communiqué.

L'indicateur d'investissement traduisait une "amélioration de la confiance des dirigeants dans leur environnement économique" avec une hausse de 8 points par rapport à décembre et 22 points par rapport à novembre, à 30 points. "Un dirigeant sur cinq déclare des investissements en hausse sur les trois derniers mois, et les perspectives se situent au même niveau", note le communiqué. Un total de 38% des patrons de PME estimaient en janvier que la situation économique était favorable à l'investissement, contre 31% en décembre.

Toutefois, le regain de vitalité des PME-PMI ne se traduisait en janvier que par une timide amélioration en matière d'embauches. L'indicateur d'emploi affichait en janvier une hausse de trois points, à 32 points. "Globalement, peu de mouvements d'effectifs sont déclarés sur les trois derniers mois, et une tendance similaire se dessine à court terme. La stabilité de l'emploi prévaut dans les trois quarts des entreprises de 6 à 200 salariés", explique le communiqué de BPLG et de l'AFP.

(Source : Voila.fr)
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...