Actu Chômage

mardi
4 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Chômeurs fainéants : Propos inacceptables d'un député UMP

Chômeurs fainéants : Propos inacceptables d'un député UMP

Envoyer Imprimer
Un communiqué du MNCP - Mouvement national des chômeurs et précaires :

Lettre ouverte à Jean-Louis BORLOO : "Quand cessera-t-on d’inverser les rôles ?"

Saisi par son association locale de Muzillac, le MNCP partage l’indignation du président d’Ensemble Contre le chômage, Jacques Poilane, devant les propos inacceptables tenus par le député UMP de la Creuse Jean Auclair à l’Assemblée nationale lors des débats sur les 35 heures, propos rapportés par le quotidien régional Ouest France du jeudi 3 février.

Lors de cette séance du 2 février, M. Auclair, répondant au député PCF de la Somme Maxime Gremetz qui lui rappelait l’existence des "trois millions de chômeurs", lançait : "Mais ils ne veulent pas travailler, les chômeurs. Etre payés à ne rien faire, c’est cela qui les intéresse !"

Jacques Poilane a adressé à M Jean-Louis Borloo une lettre ouverte dans laquelle il assure le ministre que "les chômeurs sont lassés d’être pris pour responsables de leur situation", alors qu’ils n’ont décidé en rien d’un "système néo-libéral (…) qui a la Loi du plus fort pour principe. (…) Les chômeurs sont-ils responsables des profits de plus en plus élevés exigés par les actionnaires, qui poussent des entreprises qui font des bénéfices à licencier ? Quand cessera-t-on d’inverser les rôles ?" s’interroge-t-il.

Nous demandons à M. Borloo d’être attentif à cette lettre ouverte d’un responsable associatif et suggérons au gouvernement de prendre exemple sur le gouvernement suisse, qui a initié récemment une campagne de lutte contre les clichés sur les chômeurs autrement plus constructive que les invectives de M. Auclair.

Nous nous tenons à la disposition du député de la Creuse pour une visite dans nos associations locales qui lui permettra d’en apprendre sur les conditions de vie des chômeurs et sur les difficultés du retour à l’emploi. Car devant de tels propos diffamants tenus au sein de l’hémicycle, le MNCP se réserve désormais le droit d’étudier les moyens juridiques nécessaires afin de faire respecter la dignité des demandeurs d’emploi. Nous demandons à M. Auclair de revenir sur ces propos et de présenter des excuses publiques aux demandeurs d’emploi, dont certains sans doute ont été ses électeurs.

=> DERNIÈRE MINUTE (LE 11/02/05)

MONSIEUR AUCLAIR PRÉSENTE SES EXCUSES !

Suite aux nombreuses réactions indignées adressées par mail à Monsieur Jean Auclair, député de la Creuse, ce dernier nous adresse ce message :

Madame, Monsieur,

J’ai bien reçu votre message relatif au débat sur les 35 heures. Je vous en remercie et m’explique sur les propos qu’un «journaliste» doté d’un professionnalisme exemplaire m’accorde généreusement.

Pour être précis, je réagissais aux propos scandaleux de Maxime GREMETZ qui du haut du perchoir, racontait des «grosses bêtises». Sous la colère, j’ai déclaré : «certains chômeurs ne veulent pas travailler……» et ce, de ma place et non pas à la tribune.
Ce journaliste aurait été fort inspiré d’être dans l’hémicycle au lieu de reprendre les transcriptions du «feuilleton de l’Assemblée» qui ne sont pas fidèles au mot prés en raison notamment du vacarme généré à ce moment là par les propos de mon collègue.

Vous devez, comme moi, connaître des personnes qui bénéficient d’allocations diverses et qui ne veulent manifestement pas trouver un emploi et se complaisent dans l’assistanat. C’est ce que j’ai voulu dénoncer.

Par ailleurs, si je vous ai blessé, je vous présente bien volontiers mes sincères excuses.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Jean AUCLAIR


RETRANSCRIPTION DES DÉBATS TELS QU'ILS APPARAISSENT SUR LE SITE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE

…/…

M. Maxime Gremetz : Cette proposition de loi est véritablement conservatrice - elle est même rétroactivement antisociale - en prévoyant l'allongement de la durée du travail. Cela n'avait pas été fait depuis 1936.
Le deuxième argument avancé pour masquer la réalité des faits est de donner la possibilité aux salariés « de travailler plus pour gagner plus ». Les trois millions et demi de chômeurs apprécieront que l'on veuille faire travailler encore plus ceux qui ont déjà un emploi.

M. Jean Auclair : Les chômeurs ne veulent pas travailler !

M. Gilbert Biessy : Oh !

M. Jean Auclair : Être payés à ne rien faire, voilà ce qui les intéresse ! (Protestations sur les bancs du groupe des député-e-s communistes et républicains.)

M. Maxime Gremetz : Je vois que vous vous excitez un peu ; c'est la preuve que ce que je dis vous pique. (Exclamations sur les bancs du groupe de l'Union pour un mouvement populaire.)

M. le président : Mes chers collègues, seul M. Gremetz a la parole.

…/…

(Source : www.assembleenationale.fr)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 08 Février 2005 18:19 )  

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...