Actu Chômage

vendredi
24 mai
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Manif du 4/12 à Paris : Faible mobilisation

Manif du 4/12 à Paris : Faible mobilisation

Envoyer Imprimer
La journée de manifestations à Paris et dans plusieurs villes de province, appelée par les associations et organisations de chômeurs, n'a pas mobilisé les foules. À Paris, entre 1.500 et 2.000 personnes ont défilé, ce samedi 4 décembre, de la place de Clichy à la rotonde de Stalingrad, derrière les banderoles d'AC!, de l'APEIS, du MNCP, de la CGT chômeurs, de la CNT et de SUD. Une bien maigre délégation d'intermittents était du cortège. Les Verts et le PC avaient aussi appelé à ce rassemblement contre le Plan Borloo, pour une prime de Noël de 500 euros et pour de nouveaux droits, mais n'ont pas jugé utile d'y dépêcher leurs troupes.
En dépit d'une préparation assez minutieuse de cette journée et de la présence d'un beau contingent de journalistes, les associations de chômeurs n'ont pas réussi à élargir le champs de la contestation au delà des quelques centaines d' "irréductibles" qui grossissent leurs rangs, la fine-fleur du militantisme.

Comment expliquer cette faible mobilisation ? Plusieurs explications de la plus loufoque à la plus probable ont été envisagées par Nicolas, Jacques, Sabine, Philippe, et quelques autres participants résignés : "Il faut croire qu'en France, il n'y a pas de chômeurs et de précaires" - "Il n'est plus possible de mobiliser dans la rue, malgré tous nos efforts. J'ai distribué plusieurs centaines de tracts devant mon ANPE. Les gens me disaient : on est avec vous, courage ! Mais je n'en ai pas vu un seul…" - "La communication faite autour du plan Borloo a fait passer le message selon lequel le gouvernement se penche sérieusement sur les problèmes du chômage et de la précarité. Borloo a gagné la bataille."…

Au terme du cortège, François Desanti de la CGT Chômeurs a pris le micro pour rappeler que l'année 2004 avait vu les Recalculés gagner leur bras de fer contre l'Unedic et l'Assédic. Une sorte de baroud d'honneur qui ne masque pas le sentiment d'impuissance qui parcourait les rangs des manifestants.

En complément, un message rédigé par Bernard sur AC-Forum : "Malgré un collage massif d'affiches d'appel à la manif, une annonce médiatique (presse écrite et parlée) importante, nous n'étions qu'une grosse soixantaine à nous rassembler à Besançon. Le message auprès de la population passe bien. Nous avons noté la présence de FR3 et l'Est Républicain qui relayeront ce rassemblement".
Mis à jour ( Samedi, 04 Décembre 2004 20:57 )  

Votre avis ?

Européennes : Pour quelle liste voterez-vous ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...