Actu Chômage

mercredi
17 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Gilets Jaunes : Baroud d’honneur d’une France qui se meurt

Gilets Jaunes : Baroud d’honneur d’une France qui se meurt

Envoyer Imprimer

Plus de deux mois après l’entame de la mobilisation des Gilets Jaunes, l’heure est au premier bilan.

altLe mouvement des Gilets Jaunes connaîtra-t-il des actes XII, XIII, XIV, XV… ainsi jusqu’aux élections européennes ?

Ou les blessures, les gazages et matraquages, les dissensions, la fatigue et le découragement auront-ils raison de l’opiniâtreté d’une population qui souffre de se voir disparaître.

Il s’agit bien de cela !

De cette France jusqu’alors silencieuse, cette France périphérique, trop pauvre pour occuper les appartements spacieux des grandes métropoles, trop riche pour bénéficier de logements sociaux en banlieue.

Cette France à laquelle le système a vendu le rêve de la maison individuelle, du pavillon avec jardin, de la voiture pour madame, de la voiture pour monsieur, du rond-point qu’on emprunte pour déposer les gosses à l’école, du rond-point dans lequel on s’engage pour se rendre au boulot, pour acheter le pain, faire les courses, chercher les enfants en fin d’après-midi.

Cette France des zones pavillonnaires, des centres commerciaux, des rocades, du «tout bagnole», du bétonnage des terres arables par centaines de milliers d’hectares depuis les années 70.  

Cette France gauloise, soumise au Grand Déclassement qui accompagne le Grand Remplacement des thèses complotistes. Ces classes moyennes et populaires, vaches à lait du système, qui raquent pour les très riches et leurs multinationales qui ne veulent rien payer, et subventionnent les plus pauvres qui ne peuvent plus payer. Cette France profonde qui se saigne pour les transnationaux d’en haut jouissant à plein de la mondialisation heureuse et de la libre circulation des capitaux ; cette France concurrencée aussi par les transnationaux d’en bas venus cherché ici le travail, la santé, l’éducation… qu’ils n’avaient pas chez eux.

Tous les Gilets Jaunes ne sont pas des provinciaux résidant en zones pavillonnaires. Assurément. Tous ne sont pas des Gaulois réfractaires enracinés en ces terres depuis 20 ou 30 générations. C’est certain ! Mais le mouvement a bien débuté sur ces ronds-points qui mitent nos paysages, autour desquels on tourne sans jamais se croiser. Symbole d’une France qui ne partage plus grand-chose avec elle-même. Une France qui se cherche et ne se retrouvera pas !

Depuis quelques semaines pourtant, ces Gilets Jaunes sont entrés en résistance. Ils ont réappris à échanger autour d’un brasero, de jour comme de nuit, partageant une bière, une saucisse grillée, dans le froid, sous la pluie. Des centaines de milliers de Françaises et de Français sont en quête de cette chaleur humaine dont on les a sevrés… pour mieux les asservir. L’augmentation des taxes et de l’essence a été le prétexte pour resserrer ces liens qui, naguère, unissaient un peuple marchant dans une même direction, en empruntant des chemins différents.

Aujourd’hui, vers quoi marchons-nous ensemble ? L’individualisme, le consumérisme, le communautarisme, le mondialisme, le cosmopolitisme… ?

Le mouvement des Gilets Jaunes est l'expression d'une aspiration à l’esprit de fraternité et de solidarité qui se délite à mesure que passent les années.

Ce délitement va malheureusement s’accentuer par le contrôle que le Big Brother GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft et tous les autres) exerce sur nos vies.

Le système assoit sa domination par le Nombre (autrement dit la dette, notre soumission financière) et par le Verbe qui aujourd’hui se propage via les médias et Internet.

Nous serons totalement sous son emprise quand nos échanges et nos transactions seront stockés dans le Big Data et traités par l’intelligence artificielle aux mains de quelques initiés. L'échéance est proche. Nous l’avons vu dernièrement. Les collectes massives de données par les services de l’état entrent dans leur phase opérationnelle en 2019 (voir : CAF, Pôle Emploi, Impôts… vous n’échapperez pas au Big Data). Et l’argent liquide pourrait être aboli dans les dix ans qui viennent.

Nous serons bien dominés par le Verbe et par le Nombre. La réalisation de la prophétie est imminente !

Le mouvement des Gilets Jaunes signe le baroud d’honneur d’une France et d’un monde qui disparaissent. Telle est la volonté de nos Maîtres : «On ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial et personne, je dis bien personne, ne pourra s’y opposer. Car à travers le monde, les forces de changement sont considérablement plus fortes que les conservatismes et les immobilismes». Nicolas Sarkozy - le 16 janvier 2009.

Mais de quel changement s'agit-il ? D'un nouvel ordre mondial sur lequel Gilets Jaunes et CRS, Foulards Rouges et Gendarmes mobiles, enfin 99% des habitants de notre planète, n’ont aucune prise ?

Nous serons (nous sommes) dépossédés de notre souveraineté, de notre liberté.

Yves Barraud – Gilet Jaune

==> Si la vidéo ne s'affiche pas, cliquez sur ce lien de secours : https://www.youtube.com/watch?v=aBb98eLBarI&t=20s&frags=pl%2Cwn

 

 

Mis à jour ( Vendredi, 01 Février 2019 23:12 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...