Actu Chômage

jeudi
23 mai
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Un gouvernement de carpettes et de traîtres

Un gouvernement de carpettes et de traîtres

Envoyer Imprimer
Les «socialistes» viennent de se faire manipuler par Mittal et de renoncer à des contreparties au CICE. Jusqu'où s'aplatiront-ils ?

Mittal est un prédateur qui n'a jamais tenu ses promesses : trois ans après son OPA hostile sur Arcelor en juin 2006, les 575 salariés de Gandrange sont allés pointer au chômage [1]; quant aux 629 salariés de Florange qui luttent depuis 18 mois pour sauver leurs emplois, ils n'ont jamais vu la couleur des 330 millions que Mittal devait mettre sur la table pour rénover le site. Alors que Mittal fait de nouvelles promesses — non seulement insuffisantes, mais qu'il ne tiendra pas —, réclamant de nouvelles aides publiques en sus de celles qui a déjà perçues, alors que son groupe a distribué 2 milliards de dividendes l'année dernière, des rumeurs courent comme quoi il devrait plus d'un milliard d'euros au fisc français [2].

Nicolas Sarkozy s'est déjà fait entuber avec Gandrange. Jean-Marc Ayrault s'est fait, lui aussi, entuber avec Florange. Et les salariés avec. «Errare humanum est, perseverare diabolicum.»

Pire, l'affaire nous révèle à quel point ce gouvernement n'a aucune politique industrielle en vue. Pourtant, en attendant que «la gauche» revienne enfin aux affaires, le clan «socialiste» a eu tout le temps d'élaborer un projet novateur et ambitieux. Or, c'est comme si cette confrérie issue d'HEC et de l'ENA n'avait rien préparé. Depuis six mois, nos «socialistes» nagent en eaux troubles, donnant dans l'improvisation ou dans l'amateurisme, et appliquant des recettes éculées qui ne les distinguent pas de leur prédécesseurs.

Dans le cas de Florange, Jean-Marc Ayrault s'est donc contenté d'appliquer les principes du plan Gallois — miser sur le privé et la politique de l'offre; octroyer subventions, niches fiscales et autres effets d'aubaine en pure perte — et de céder une fois de plus aux lobbys patronaux.

Mais il n'y a pas que Jean-Marc Ayrault pour trahir les classes populaires et les idéaux du socialisme. A sa droite, on trouve des sbires comme Manuel Valls, Pierre Moscovi ou Jérôme Cahuzac, des sociaux-libéraux pur jus inspirés par le FMI et l'OCDE, qui nous dupent et nous mènent dans l'impasse. Les électeurs qui ont cru élire un gouverment «de gauche» il y a sept mois en seront pour leurs frais.

L'arnaque du CICE

Voyez un peu ce qu'il se décide autour du fameux «crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi» (le CICE, ce nouveau cadeau fiscal aux entreprises censé générer l'hypothétique création de 300.000 emplois à l'horizon 2017)... Après avoir dit le contraire, le gouvernement confirme qu'il n'y aura pas de conditions posées à son utilisation alors que les 20 milliards qu'il va coûter seront payés par tous les ménages, y compris les plus pauvres, via une augmentation de la TVA. Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, a indiqué hier qu'il était favorable à la mise en place de simples "critères d'appréciation" (et non de "conditions légales") pour évaluer après coup de son utilisation [3]. «De quoi rassurer un peu plus les entreprises qui s'inquiétaient d'éventuelle contreparties rendant le dispositif trop complexe», écrit L'Expansion.

Alors qu'entre niches fiscales, sociales et autres «dispositifs dérogatoires», l'Etat offre plus de 170 milliards d'euros par an aux entreprises — surtout les plus grosses — soit 9% du PIB sans réelles contreparties sur l'emploi et l'investissement, l'impact de ces aides publiques étant pour la plupart inévalué ! A titre de comparaison, pour mériter ses 400 euros mensuels, le chômeur en fin de droits qui touche le RSA doit, lui, constamment justifier ses ressources et son train de vie.

Où est passée la volonté du candidat Hollande de rétablir une justice fiscale et sociale qui mettrait à nouveau les plus riches à contribution ? Qu'est devenu l'homme qui disait «Mon ennemi, c’est la finance» et refusait l'austérité ? Flamby/Holllandréou va de reculades en reniements et à ce rythme, la moitié de son programme initial va passer à la trappe : une vaste duperie qu'il finira par payer.

Avec Hollande, la seule chose que les chômeurs et les pauvres ont gagné, c'est un répit dans la stigmatisation et l'insulte. Mais c'est tout.

SH


[1] Même topo en Ukraine où Mittal licencie à tout va. Sans oublier la Belgique, le Luxembourg et l'Espagne où Mittal a fait des ravages. Lakshmi Mittal, c'est un peu Attila, roi des Huns : là où passe son cheval, l'herbe ne repousse pas.

[2]
Un peu comme Amazon : contre une poignée d'emplois précaires et/ou mal payés, le groupe américain va largement bénéficier des subsides de l'Etat vache-à-lait et des collectivités locales alors que son chiffre d'affaires est en progression constante… et que l'administration fiscale lui réclame près de 200 millions d'euros, à l'instar d'autres multinationales championnes de l'optimisation fiscale présentes sur le territoire français.

[3] Deux autres choses à savoir sur le CICE :
• ce crédit d'impôt, qui est fonction de la masse salariale donc bénéficiera aux plus grosses, arrosera sans discernement l'ensemble des entreprises françaises : pour 1% de celles qui exportent réellement (et pour les 2% espérées demain), un chèque en blanc de 20 milliards sera signé aux 98% qui n'exportent pas (et n'exporteront sans doute jamais);
• de plus, l'impact du CICE sera le plus favorable au secteur des services aux particuliers, dont les emplois, eux aussi précaires et mal payés, sont pourtant peu délocalisables et relativement bien protégés de la concurrence internationale...



Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 25 Janvier 2013 13:49 )  

Votre avis ?

Bientôt les Européennes. Pour qui voterez-vous ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...