Actu Chômage

jeudi
22 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités L'UE s'en fout, de la pauvreté

L'UE s'en fout, de la pauvreté

Envoyer Imprimer
Le Réseau européen anti-pauvreté estime que l'UE, dont le déficit démocratique est patent, opère «une décision consciente de pousser les gens à être des travailleurs pauvres ou à vivre dans la misère».

L’objectif de lutte contre la pauvreté reste invisible dans la Stratégie Europe 2020 et, surtout, voué à l’échec avec l’approche actuelle de sa gouvernance économique, dénonce le Réseau européen anti-pauvreté (EAPN) dans un communiqué :

Alors que commencent les débats européens sur les nouvelles priorités de l’Europe 2020 pour l’analyse annuelle de la croissance 2013, EAPN publie son analyse des Programmes nationaux de réforme (PRN) et Rapports sociaux nationaux (RSN) : “Une Union européenne à défendre : au-delà de l’austérité, vers l’investissement social et une croissance inclusive”.

Le rapport évalue les politiques de réduction de la pauvreté dans tous les domaines : macro-économique, emploi, inclusion sociale, fonds structurels et implication des parties prenantes. Le constat, atterrant, conclut à l’échec dans tous les domaines.

Malgré les promesses de la «priorité 4» de l’Analyse de la croissance annuelle de la Commission européenne — lutter contre le chômage et les conséquences sociales de la crise —, 2 millions de personnes supplémentaires se retrouvent en situation de pauvreté depuis 2010.

L’analyse d’EAPN démontre que les politiques actuelles d’austérité affectent directement et gravement les services publics et bénéfices sociaux. Alors que la pauvreté reste invisible dans les rapports, la stratégie actuelle est celle de l’emploi à tout prix et du durcissement des politiques d’activation, alors que les emplois sont rares et les groupes exclus les derniers à y accéder. L’investissement dans des stratégies intégrées et personnalisées, promouvant l’inclusion active à un accès aux droits, aux ressources et aux services est largement absent, tout comme les fonds structurels européens censés y répondre.

«L’évaluation d’EAPN prouve que l’Union européenne se moque de la réduction de la pauvreté. Sa priorité est la réduction des déficits par l’austérité qui, surtout dans les pays "de la Troika", est une attaque explicite contre l’Etat-providence. La rhétorique de "croissance et emploi" ne fait aucune différence pour les personnes les plus touchées par la crise — parents isolés, travailleurs pauvres, handicapés, migrants, Roms, sans-abris, jeunes et enfants», a déclaré Sergio Aires, Président d’EAPN.

«Tout le travail fourni à développer des stratégies de lutte contre la pauvreté au travers de la MOC sociale semble tout bonnement effacé. Il semble de plus en plus qu’il s’agit là d’une décision consciente de pousser les gens à être des travailleurs pauvres… ou à vivre dans la misère. On ne voit pas comment les gens pourraient défendre une Union européenne qui offre une descente assurée vers plus de pauvreté, d’exclusion et d’inégalités à la majeure partie de sa population», a ajouté le Président.

Autre constat important : le déficit démocratique. Seuls 12 des réseaux nationaux d’EAPN déclarent avoir pu participer aux PRN, aucun de manière véritable. La participation des parlements nationaux a également été minimale, malgré le principe spécifique de partenariat (considérant 16 des Lignes directrices intégrées) et les lignes directrices de la Commission.

«La Stratégie Europe 2020 ne fera des progrès en matière de pauvreté et d’objectifs sociaux qu’avec la participation véritable des parties prenantes et parlements nationaux au niveau national. Nous sommes la meilleure garantie d’une Europe sociale. Pour l’instant, l’implication des acteurs de la société civile relève de la moquerie, à laquelle les membres d’EAPN sont de plus en plus réticents à prendre part», a conclu Fintan Farrell, Directeur d’EAPN.

Recommandations principales du rapport d’EAPN :

1. Soutenir l’Europe sociale et restaurer l’équilibre entre les objectifs économiques et sociaux.
2. Se recentrer sur l’objectif chiffré sur la pauvreté avec des stratégies intégrées, empêcher l’austérité de faire augmenter les taux de pauvreté.
3. Lancer un Pacte d’investissement social pour soutenir une croissance inclusive.
4. Faire des Fonds structurels un instrument majeur de réduction de la pauvreté.
5. Relancer Europe 2020 pour en faire un processus démocratique, participatif, social autant qu’économique.
6. Saisir l’opportunité des Rapports nationaux de réforme pour lancer une stratégie de lutte contre la pauvreté dynamique.

(Source : Réseau européen anti-pauvreté)


Voir => Les taux de pauvreté dans l'UE (chiffres de 2010)


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 03 Décembre 2012 18:02 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...