Actu Chômage

vendredi
23 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Des patrons qui donnent l’exemple

Des patrons qui donnent l’exemple

Envoyer Imprimer
Champion toutes catégories de la voracité des grands patrons français (qui savent si bien préserver leur pouvoir d'achat…), celui de LVMH a battu deux records en 2010.

Bernard Arnault, le pédégé et principal actionnaire de LVMH, n'est pas homme à oublier de récompenser ses propres talents. Non content d'encaisser, en 2010, 240,1 millions d'euros de dividendes, il s'est aussi fait accorder par son conseil d'administration un salaire fixe de 1.728.399 euros, un bonus de 1.200.000 euros et 174.233 euros au titre des jetons de présence.

En outre, selon le calcul de L'Expansion, ses plus-values potentielles sur les stock-options et les actions gratuites qu'il n'a cessé d'engranger depuis des années s'élèvent, au cours actuel, à 239.888.201 euros. Sans doute angoissé sur son avenir financier, il a également pris soin de penser à ses vieux jours : LVMH a souscrit en sa faveur une retraite chapeau qui lui garantit d'encaisser 622.000 euros annuels dès ses 65 ans.

Champion toutes catégories de la voracité des grands patrons français, Bernard Amault bat un autre record. De 2003 à 2010, la masse salariale de son groupe n'a progressé en euros constants que de 2% alors que son salaire a augmenté de 102%. Un écart, toujours selon les calculs de L'Expansion, bien supérieur à celui établi pour les autres entreprises du CAC40 sur la même période : plus 1% pour la masse salariale contre 20% pour leurs pédégés. Excusez du peu !

Le mensuel Capital de juillet 2011 a comparé, lui, la totalité des revenus (salaires fixes, bonus et plus-values sur stock-options) des dirigeants des entreprises cotées en 2010 à ceux de 2009. Les 50 patrons les mieux lotis ont touché en moyenne 3,4 millions d'euros. Soit 40% de plus qu'en 2009. Un pourcentage que seuls de mauvais esprits se permettraient de comparer à la hausse des salaires, cette année-là : +2,5%.

Quant à l'antienne du patronat : «Les revenus des grands patrons sont liés à l'évolution des profits de leurs entreprises», là encore, cette règle connaît quelques exceptions. Le pédégé de Danone, Franck Riboud, a ainsi touché 5,2 millions d'euros en 2009 comme en 2010 car les résultats de son groupe n'ont que peu progressé. Mais, en toute discrétion, il a aussi encaissé 800.000 euros de stock-options. De quoi s'offrir quelques packs de yaourts ou d'Evian.

Le Canard Enchaîné

Lire également :
2010, une bonne année pour le pouvoir d'achat des patrons
Salaires des dirigeants : poker menteur entre gouvernement et patronat

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 05 Juillet 2011 10:56 )  

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...