Actu Chômage

lundi
27 janvier
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités La discrète révolte islandaise

La discrète révolte islandaise

Envoyer Imprimer
Fantasme, ou véritable «révolution démocratique anticapitaliste» ? Alors que l'Europe toute entière continue de faire carpette devant les banques et la finance, le cas de l'Islande n'en est pas moins réjouissant.

Voici un peuple qui a chassé la droite au pouvoir en assiégeant pacifiquement le palais présidentiel, puis une «gauche» libérale de remplacement, elle aussi évincée des «responsabilités» parce qu’elle entendait mener la même politique que la droite. Un peuple qui a imposé un référendum afin de déterminer s’il fallait «sauver» ou non les banques irresponsables qui ont plongé leur pays dans la crise, suivi d'une victoire à 93% imposant le non-renflouement des banques, leur nationalisation et, point d’orgue de ce processus par bien des aspects «révolutionnaire», l’élection d’une assemblée constituante le 27 novembre 2010, chargée d’écrire les nouvelles lois fondamentales qui traduiront dorénavant la colère populaire contre un capitalisme mortifère ainsi que les aspirations du peuple à une autre société.

Ici ou là, le tableau est idyllique :
Quand l’Islande réinvente la démocratie
Le syndrome du larbin et la révolution islandaise
La révolution silencieuse de l’Islande : un précédent inquiétant pour nos élites politico-financières

Chez Rue89, on est plus nuancé... «S'il a choisi des solutions originales après l'effondrement de son économie, le pays n'est pas devenu un paradis anticapitaliste. [...] La population de cette île reste attachée à l'économie de marché [...], le gouvernement de Johanna Siguroardottir s'escrime à respecter les règles dictées par le FMI, [...] la population semble s'être résignée à avaler la potion amère. [...] On est donc loin du conte de fée qui circule sur le net. L'Islande ne vit pas une alternative réussie et harmonieuse au capitalisme mais une suite de tâtonnements confus, douloureux et résignés… en restant dans les rails du FMI», estime Pascal Riché.

Il n'empêche : à l'heure où l'Union européenne, totalement asservie aux marchés, se montre génétiquement antagonique avec le progrès social et travaille chaque jour davantage contre ses peuples, nous précipitant droit dans le mur, le cas de ce tout petit pays de 300.000 habitants un peu moins soumis que nous autres — et dont un volcan au nom imprononçable a paralysé notre trafic aérien en avril dernier, permettant à des milliers de riverains d'aéroports d'ouvrir enfin leurs fenêtres, sinon dormir tranquillement —, interpelle et inspire bienveillance.

SH

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 05 Février 2011 22:06 )  

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...