Actu Chômage

samedi
29 février
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Le prix de la rigueur

Le prix de la rigueur

Envoyer Imprimer
Le budget 2011, placé sous le signe de la réduction des déficits, va affecter directement les ménages et les entreprises, qui répercuteront leur effort… sur les ménages.

Selon le projet de budget pour 2011, le «coup de rabot» de 9,4 milliards d'euros sur les niches fiscales et sociales concernera surtout les entreprises et les contribuables. Sur le papier, c'est vrai. Dans les faits, même ceux qui croyaient ne bénéficier d'aucune niche seront touchés.

Ce fameux «coup de rabot» avait été annoncé dès juin par François Fillon. En s'attaquant aux niches fiscales et sociales, le gouvernement allait à la fois faire preuve de justice (en rétablissant un certain équilibre fiscal) et de fidélité à ses engagements (en écartant toute hausse générale des impôts).

Un «rabotage» équitable ?

Effectivement, selon le budget présenté ce mercredi, le «rabotage» offrira des économies «substantielles», réparties équitablement entre les particuliers et les entreprises :

2011 : 9,44 milliards d'euros d'économies, à 37% sur des niches bénéficiant aux ménages et à 63% sur les entreprises ;
2012 : 13,6 milliards d'euros, à 48% sur les ménages et 52% sur les entreprises.

Ce n'est pas si simple que ça. Sur le papier, les entreprises devront réaliser la plus grande partie des efforts. Seulement, elles ne manqueront pas de les répercuter sur leurs clients. Et donc, sur les ménages. Selon l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), ce «rabotage» coûtera au final 3,4 milliards d'euros aux consommateurs, qu'ils soient aisés ou modestes.

Exemple, la TVA sur les offres «triple play» des fournisseurs d'accès à Internet (FAI). Jusqu'ici, la moitié de l'abonnement était taxée à 19,6% et l'autre moitié à 5,5% : l'offre de télévision était en effet considérée comme un service culturel pouvant bénéficier d'un allègement fiscal. Désormais, l'ensemble de l'offre «triple play» sera taxée à 19,6%. L'Etat espère ainsi récupérer 1,1 milliard d'euros dès l'an prochain. Orange et Free ont déjà annoncé qu'ils répercuteraient la hausse de la TVA dans leurs factures, à hauteur de 2 à 3 euros. C'est donc la fin de l'abonnement à 29,90 €. Pas besoin d'avoir bénéficié d'une niche, donc, pour être touché par ce «rabotage». Même chose pour les compagnies d'assurances et les mutuelles qui vont être taxées, ce qui se traduira par une hausse des tarifs pour les assurés.

D'autant qu'un budget de rigueur n'épargne jamais les ménages modestes, rappelle Mathieu Plane, économiste à l'OFCE : «En général, la hausse de la fiscalité, en particulier si vous touchez à certaines niches fiscales ou sociales, va plutôt impacter les hauts revenus. En revanche, la baisse des dépenses publiques touche plutôt les classes populaires et moyennes. Par exemple, avec la baisse des dépenses de santé, les plus impactés seront ceux qui ont les revenus les plus faibles et sont les plus dépendants de ces transferts sociaux.»

(Source : Eco89)

Même constat dans L'Expansion qui détaille toutes les mesures sur 2 pages : hausse des impôts, nouvelles taxes, baisse des prestations familiales et santé...

Pour réduire le déficit public, taxer davantage le capital est la piste la plus sérieuse
(C'est L'Expansion qui l'a dit cet été !)


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 21 Octobre 2010 18:25 )  

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...