Actu Chômage

mardi
15 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Emploi : le pire est encore devant nous

Emploi : le pire est encore devant nous

Envoyer Imprimer
Selon le dernier indicateur Euler-Hermès SFAC, les défaillances d'entreprises devraient augmenter de 20% cette année. Quelque 70.000 sociétés vont ainsi disparaître, avec une forte poussée à l'automne.

Un constat en phase avec l'étude menée par le cabinet Altares au mois de juillet.

33.200 jugements de procédures collectives ont donc été prononcés du 1er janvier au 30 juin 2009, soit une hausse de 17% par rapport à la période correspondante de 2008 : c'est le bilan semestriel le plus lourd depuis 1990. Si la prévision d'Euler-Hermès se confirme on parlera d'un record, lui aussi «historique», depuis 1993 où 64.000 défaillances avaient été enregistrées.

La sinistralité progresse sur l'ensemble du pays et des secteurs d'activité, avec des pics en Rhône-Alpes (+ 35%, mais dix autres régions dépassent les 20%), parmi des PME qui emploient plus de 100 personnes (+ 68%) et, sans surprise, dans l'industrie.

En glissement annuel, près de 255.000 salariés ont été directement touchés par la faillite de leur entreprise intervenue au cours des douze derniers mois, soit une hausse de 38%.

Selon l'INSEE, l'économie française a enregistré 285.500 pertes nettes d'emplois salariés depuis le début de l'année : 178.700 au premier trimestre, 106.800 au deuxième. De fin juin 2008 à fin juin 2009, au total 381.000 postes ont été détruits dans tout le secteur privé, hors agriculture et emploi public. La «décélération» du 2e trimestre, sujette à caution (pour l'ACOSS, c'est - 207.000), traduit une stabilisation de l'intérim à laquelle succède la disparition des emplois durables.

«La rentrée de septembre devrait être marquée par un rebond macro-économique, mais le rebond n'est pas la reprise, car la croissance de la demande n'est pas de retour», avertit la directrice des études d'Euler-Hermès SFAC. «Au total, il faut s'attendre dès la rentrée à une détérioration de la situation financière de nombreuses entreprises». Donc à de nouvelles destructions d'emplois, notamment en CDI.

Dans ces conditions, comment croire ceux qui affirment qu'en matière de crise, «le plus dur est derrière nous» ?

Mis à jour ( Mardi, 06 Octobre 2009 20:20 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2009-09-09 14:01

On remarque que, bizarrement, le phénomène a repris du poil de la bête… depuis 2007.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # on coule 2009-09-09 21:37 "La main invisible" du marché coule les entreprises et tire toute l'économie vers le bas.

Vive le libéralisme!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2009-09-16 21:45 Emploi : le pire de la crise est devant nous, estime l'OCDE
Le pire de la récession s'agissant de l'emploi est encore devant nous, notamment en Allemagne, France et Italie, souligne l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) dans son rapport annuel "Perspectives de l'emploi", publié mercredi à Paris.

Selon les projections de l'organisation, si "la plus grande part de la hausse attendue du chômage se sera déjà produite à la mi-2009 en Espagne, aux Etats-Unis, en Irlande et au Japon, elle restera à venir dans d'autres pays comme l'Allemagne, la France et l'Italie".

Le sombre pronostic établi en mars d'un taux de chômage moyen jamais vu dans les 30 pays de la zone, tutoyant les 10% fin 2010 (soit 57 millions de chômeurs), est maintenu par l'OCDE malgré un espoir de reprise de l'activité à l'horizon, pointé dans le rapport.

Ce mercredi, la Grande-Bretagne vient de communiquer ses propres statistiques pour juillet : une hausse moins vive que prévu, mais qui emmène tout de même le nombre de chômeurs dans le pays sur ses plus hauts depuis 1995.

L'OCDE préconise dans ce contexte une vigoureuse politique de soutien à l'emploi et d'aides "ciblées" aux chômeurs. "Les gouvernements doivent prendre rapidement des mesures décisives pour empêcher que la récession ne débouche sur une crise durable de l'emploi", déclare le Secrétaire général de l'organisation, Angel Gurríadna en commentaire du rapport publié mercredi. Dans le cas particulier de la France, l'OCDE pointe notamment la situation particulièremen t grave du chômage des jeunes, et approuve la réforme des organismes en charge de la question avec la création de Pôle Emploi.

(Source : Les Echos)
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...