Actu Chômage

dimanche
29 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Traitement du chômage : encore un sondage bidon !

Traitement du chômage : encore un sondage bidon !

Envoyer Imprimer
France Info et 20 Minutes se sont fendus d'une enquête sur Pôle Emploi et le traitement du chômage. Seul hic : l'essentiel des sondés sont des personnes qui travaillent...

Donc, qui sont à mille lieues de donner un avis digne de ce nom ! Qu'à cela ne tienne, ce «baromètre» se veut «représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus»... Philippe Tapia, le directeur de l'institut Obea/Infraforces qui l'a réalisé, l'admet pourtant sur France Info : plus d'un «Français» sur quatre ne sait se prononcer sur Pôle Emploi, et «60% des Français» ignorent ce qu'est «l'offre raisonnable d'emploi» ! Quelle valadité peut-on alors lui accorder ? Aucune. Comme à l'issue d'un scrutin où une écrasante majorité d'électeurs s'est abstenue, on redessine le paysage... Ici, c'est en fonction d'un taux de réponses réduit, donc faussé, qu'on livre des opinions gorgées d'ignorance et de fantasmes.

«Vu de l’extérieur, les chômeurs semblent bien pris en charge», nous dit-on. En effet, pour «47% des Français», tous âges confondus, le montant des indemnités versées est satisfaisant et leur durée aussi (50%). Or, dans la réalité, la moitié des chômeurs indemnisés en France perçoit une allocation inférieure ou égale à 946 € par mois tandis que 3 chômeurs «officiels» sur 10 n'ont aucune couverture sociale. Pourquoi l'article de France Info ne le précise-t-il pas ?

Ensuite, l'efficacité de Pôle Emploi
qui souffre, bien évidemment, d'une mauvaise image est remise en cause : pour «47% des Français» et 60% de «l'échantillon chômeurs», l'organisme n’aide pas efficacement les demandeurs d'emploi à retrouver du travail. Or, dans ce contexte de crise où l'emploi n'est qu'une variable d'ajustement qu'on détruit à tour de bras, dans le privé comme dans le public, que peut faire Pôle Emploi ? Rien. D'ailleurs ses nombreux concurrents (que les chômeurs connaissent, ils ne sont pas bêtes au point ne de compter que sur Pôle Emploi pour retrouver du boulot…), les autres pourvoyeurs d'offres sur le marché, sont dans la même panade. Tous rament comme des épiciers qui n'ont quasiment plus rien à vendre !

On oublie un peu vite que ce n'est pas Pôle Emploi qui créé les emplois. Dans le même esprit, on oublie allègrement que la cause du chômage
c'est avant tout le manque d'emplois, pas le manque de volonté des chômeurs. A l'ignorance et aux fantasmes se conjugue le déni de réalité...

«Les Français» reprochent à Pôle Emploi de ne pas être suffisamment en relation avec les entreprises pour proposer des offres valables. Or, Pôle Emploi aura beau intensifier ses relations avec les employeurs, ce sont eux qui décident de recruter ou non, de préférence par le biais de contrats aidés, précaires et jetables, afin de bénéficier d'exonération juteuses, ou bien profiter du RSA qui leur donne meilleure conscience à proposer de très bas salaires; rarement en CDI avec une rémunération décente. Qu'y peut Pôle Emploi ? Rien.

Heureusement que
«près de la moitié des Français» juge que ses conseillers sont compétents dans leur métier, et que 63% de «l'échantillon chômeurs» s'estime correctement accueilli au guichet. Ouf !

Dernier point : l'offre soi-disant
«raisonnable», ou ORE. On l'a vu, «60% des Français» ignore ce que c'est. Mais ceux qui en ont une vague idée sont tout de même 31% à trouver que c'est «une mesure juste», qui découragera les gens à profiter trop longtemps des indemnités de chômage... Dans un tel contexte économique, on ne peut parler de sagesse populaire mais de connerie généralisée ! Et seul 28% de «l'échantillon chômeurs» — ceux qui sont directement concernés fait preuve de lucidité, y voyant une mesure qui va surtout aggraver la précarité et fragiliser les plus faibles.

Voilà où nous en sommes ! Il est vrai que l'actualité économique & sociale n'est pas la priorité des JT, qui favorisent les faits-divers et le sport malgré la crise et son chômage. La désinformation bat son plein : pas question d'inquiéter «les Français» ! Il faut maintenir un semblant de paix sociale. Ainsi nourrit-on la propagande à travers de fausses enquêtes, mal ciblées et honteusement bancales, qui entretiennent l'ignorance au lieu de la dissiper. Honte à leurs instigateurs !

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 22 Juillet 2009 00:17 )  

Commentaires 

 
0 # Richard Eyville 2009-07-06 21:19 Ce sondage ne sert qu'à mettre la pression sur les personnels du Pôle-emploi et préparer le démantèlement total du service public de l'emploi. Quand on veut noyer son chien on l'accuse d'avoir la rage…

En temps de raréfaction de l'emploi détenir des offres d'emploi pourrait se valoriser grassement et vous pouvez être sûr que cela pousse à fond derrière pour que trouver un emploi soit avant longtemps payant et source de bénéfices pour une minorité.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Romane 2009-07-07 01:02 Bonjour,

Merci de laisser la possibilité de laisser un commentaire. Juste une remarque: la taille des caractères est extrêmement petite et rend la lecture des articles plutôt difficile et inconfortable. Est-il possible d'y remédier?
Bien cordialement,
Romane.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # RaoulPiconBière 2009-07-07 15:23 En haut à droite de la page d'accueil "taille du texte".
Ou avec le clavier :
Ctrl + "+" pour augmenter
Ctrl + "-" pour diminuer
Ctrl + "0" pour revenir au standart.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # patdu49 2009-07-07 07:16 bonjour,

je suis ok sur cette analyse, du traitement par les medias etc, qui est fait à propos du chomage.
sinon petit commentaire de ma part : quand tu écrits
" 3 chômeurs sur 10 n'ont aucune couverture sociale."

c'est 3 chômeurs OFFICIELS (c'est à dire inscrits à pôle emploi)

dans la réalité, c'est 1 sur 2 env, qui n'a aucune allocation.
car ne sont pas comptés dans les chiffres de "1 sur 3" :

-des jeunes de moins de 25 ans sans aucun droit, qui sont très loins d'être tous inscrit à pôle emploi
-des radiés, des suspendus qui n'apparaissent nulle part
-des centaines de milliers de personnes qui arrivent en fin de droits assedic, en couples, et qui n'ont plus aucune allocation, car depassement des plafonds minimas sociaux, par exemple si votre conjoint ou conjointe, perçoit ne serait ce que 800€ d'assedic, alors ça depasse le plafond "couple" du RSA socle, donc vous n'avez plus aucun droit, dans ce cas, bon nombre de personnes se radient d'elles mêmes des listes.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # la noirto 2009-07-07 11:13 Bonjour à tous;
C'est bien que le Pôle Emploi existe. Il apporte un soutien, limité, mais un soutien quand-même. Son existence a le mérite d'éviter le repli sur soi total et irréversible. Le "reproche" majeur que l'on pourrait en faire, c'est qu'effectivement le Pôle Emploi ne met pas forcément les chômeurs face à la réalité du marché. Il y a un réel décalage. Néanmoins, je remercie Pôle Emploi (et donc l'Etat) d'avoir financé mes déplacements lors des nombreux entretiens d'embauche que j'ai passés.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Jean Pascal 2009-07-08 10:07 bonjour,
si vous voulez repondre à une vrai enquête avec de véritables questions sur pole emploi…
faites comme moi, l'enquête se trouve sur www.aide-emploi.net
en dehors du fait que le site est très bien, cette enquête à le mérite de poser de vrai question, j'ai hâte de voir les résultats
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Avez-vous vu Hold-Up, le doc "complotiste" ? =;o)
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...