Actu Chômage

mardi
18 février
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Sarkozy crée une poignée d'emplois bien payés

Sarkozy crée une poignée d'emplois bien payés

Envoyer Imprimer
En visite hier à Saint-Quentin pour défendre sa politique économique à laquelle 60% des Français ne croit pas, le chef de l'Etat persiste et signe, promettant d'aller encore «plus loin» et annonçant la mise en place de «commissaires à la réindustrialisation» qui «seront responsables» dans les bassins d'emploi affectés par la crise.

«Je veux des commissaires à la réindustrialisation qui auront les moyens de rassembler tous les moyens de l'Etat au service de la réindustrialisation de vos bassins d'emploi. [...] Nous allons leur donner les pleins pouvoirs pour mobiliser tous les acteurs et pour agir». S'ils devront mouiller leur chemise, ils disposeront de moyens d'intervention financiers accrus : une ligne de prêts du Trésor sera créée afin de leur permettre d'intervenir directement, a-t-il précisé.

Emplois fictifs ?

Sans vouloir être défaitistes, nous émettons de sérieuses réserves quant à l'utilité réelle de ces commissaires dans le contexte actuel alors que la France, avec la complicité de ses gouvernements successifs, applique une politique de désindustrialisation massive depuis des lustres et que les marges de manœuvres de l'Etat en matière de sauvegarde ou de création d'emplois ont toujours été (volontairement) limitées.

Nous imaginons cependant que ces commissaires et leurs équipes seront fort bien rémunérés : ça change des emplois de service, des contrats aidés et autres jobs au Smic dans la sécurité privée, seules options que le gouvernement soit visiblement capable de proposer aux chômeurs. Malheureusement et comme d'habitude, ces postes ne seront destinés qu'à une poignée de veinards.
Mis à jour ( Mercredi, 25 Mars 2009 12:44 )  

Commentaires 

 
0 # roiubu 2009-03-25 22:13 Ben zut alors ! Vous pourriez au moins indiquer l'adresse ou envoyer sa candidature pour devenir Commissaire à la Réindustrialisa tion !

ha oui, j'oubliais…après le loupé de la Caisse d'Epargne, il faut recaser Pérol ailleurs…dommage pour les chômeurs, hein?

Au fait, si on lançait une grande campagne de recrutement pour occuper le fauteuil de Sarkozy à l'Elysée? Ce serait une idée ça, on envoie chacun notre candidature au 55 Bd Saint-Honnoré à Paris.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2009-03-26 03:42 Le député PS René Dosière a critiqué, mercredi, le coût du déplacement de Nicolas Sarkozy à Saint-Quentin qui s'élève, selon lui, à 400.000 €.

"Le président de la République s’est adressé au cours d'un meeting aux allures électorales à 4.000 sympathisants UMP qui avaient tous reçu par la poste un carton d’invitation", a lancé M. Dosière, spécialiste du budget de l'Elysée, lors des questions au gouvernement. "Le coût de ce déplacement s'élève à 400.000 € soit 100 € par personne présente. Est-il honnête, est-il moral d’utiliser autant de moyens publics pour un déplacement dont la finalité était partisane ?", a-t-il interrogé.

"Le coût du déplacement du Président de la République à Saint-Quentin mardi soir est loin d’avoir coûté la somme citée par M. Dosière", lui a répondu dans la soirée la préfecture de l'Aisne dans un communiqué. Pour la préfecture, le coût total du déplacement de Nicolas Sarkozy "avoisine" les 100.000 €, dont notamment 49.000 € pour des "gradins", 34.000 pour les "sons et lumières", 5.800 pour le buffet et 8.570 € pour "l’envoi des invitations". "Le nombre de personnes présentes était plus proche de 4.500 que de 4.000, ce qui donne un coût d'environ 22 € par personne", conclut la préfecture.

En outre "près de 1.300 policiers, CRS, gendarmes ont été mobilisés", a également critiqué M. Dosière, dénonçant la fermeture du centre-ville de Saint-Quentin pour l'occasion. "Est-il responsable, légitime, de bloquer toute l’économie d'une ville pour un déplacement de deux heures ?", a-t-il demandé.

"En matière d'utilisation électorale, nous n'avons de leçons à recevoir de personne", lui a rétorqué Mme Alliot-Marie à l'Assemblée nationale. "Les forces mobiles sont faites pour être sur place quand il y a un certain nombre d’événements pour les sécuriser. Quant au coût, il est inscrit tout naturellement dans le budget que vous votez chaque année", a-t-elle dit.

Dans nos forums, un utilisateur témoigne : "Depuis dimanche soir, Saint-Quentin (centre ville) était devenu une forteresse, interdit de stationner sur un rayon d'1 km, plus de mille flics, avion de paris à Meaulte (80) ensuite hélicoptère, les CRS qui laissent tourner les moteurs de leurs cars (bonjour la pollution)… pour dire quoi ? RIEN."

Nicolas Sarkozy n'a aucune leçon à donner aux Français qui "paralysent l’économie" quand ils font grève et manifestent.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...