Actu Chômage

samedi
27 février
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Menacer les banquiers, ou refonder le système bancaire ?

Menacer les banquiers, ou refonder le système bancaire ?

Envoyer Imprimer
A l'occasion de ses vœux aux forces vives de la Nation, Sarkozy a une nouvelle fois roulé des mécaniques en menaçant les banquiers de les taper au portefeuille s'ils continuent à ne pas jouer le jeu. La prochaine recapitalisation des banques devra donc être assortie de contreparties claires sur la distribution de crédits aux entreprises, la limitation des dividendes, le renoncement au rachat d'action et aux bonus de fin d'année.

Notre président est vraiment étonnant. Plus l'action publique est timorée, plus le discours se fait dirigiste et interventionniste. Car, en France, il n'y a eu jusqu'ici ni recapitalisation des banques, ni réforme du système bancaire, ni loi de moralisation des pratiques : juste des discours !

Pourtant le système bancaire, qui a clairement failli et qui est directement à l'origine de la crise financière, a bien besoin d'une réforme en profondeur pour sortir de la crise comme pour éviter qu'elle ne se renouvelle. Les idées et les propositions ne manquent pas.

A la surprise générale et à la différence de ce qui s'est fait en Angleterre, la fameuse recapitalisation des banques n'en a pas été une. L'Etat a préféré utiliser des instruments de dette de long terme ce qui ne lui donne rigoureusement aucun moyen de pression sur les Banques. Gordon Brown a été plus pragmatique : il a décidé que financer c'était nationaliser et que nationaliser, c'était avoir son mot à dire.

Sarkozy, qui n'est pas à une contradiction prêt, souligne d'ailleurs dans le même temps qu'il n'a pas fait de cadeaux aux banques. En effet, car les prêts ont été consentis par l'Etat à des taux usuraires, ce qui devrait se traduire par une plus value de 800 millions d'euros au profit du contribuable, somme que les banques devront bien récupérer… sur leurs clients. Drôle de conception de la relance que celle qui consiste à n'apporter aucun argent frais et qui rançonne le système bancaire, et à travers lui l'économie dans son ensemble au moment où celle-ci se contracte.

De la responsabilité du système bancaire

Pour comprendre les enjeux de cette affaire, il convient de revenir un peu en arrière et identifier les responsabilités du système bancaire dans l'apparition de la crise financière et son passage à l'économie réelle. L'économiste Philippe Dessertine en a fait un saisissant résumé dans une tribune publiée aujourd'hui dans Le Figaro : «Cette crise aux dimensions gigantesques a une origine principale, désormais bien connue : l'excès de monnaie ou, dit autrement, l'excès de dettes introduit dans l'économie par les États-Unis en tout premier, mais pas seulement eux. L'excès de monnaie a conduit à la formation de bulles (trop de monnaie pour des biens limités). L'éclatement de l'une d'elles, la bulle immobilière, a lancé cette énorme correction et le démarrage de la broyeuse d'actifs fictifs.»

A ce diagnostic très juste, on devrait toutefois ajouter que l'épuisement du système d'emballement du crédit a non seulement conduit à un éclatement de bulles dans l'économie financière, mais aussi a un tarissement de la demande globale, laquelle était en grande partie tirée par l'endettement des ménages, notamment américains. En utilisant à mauvais escient le processus de création monétaire dont elles jouissent du privilège, les banques portent donc une lourde responsabilité dans la crise, l'autre grand facteur étant l'écrasement du travail par le capital permise par le nouveau capitalisme actionnarial et le libre échange mondialisé, ce qui a comprimé la demande solvable.

=> LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE
Mis à jour ( Mercredi, 21 Janvier 2009 11:22 )  

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...