Actu Chômage

mardi
1 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse La grève du chômage

La grève du chômage

Envoyer Imprimer
Bonne nouvelle : l'économie française n'a pas officiellement détruit d'emplois au troisième trimestre. L'Institut national de la statistique et des études économiques devait en effet publier hier le dernier chiffre trimestriel de l'emploi et puis… rien.

Ni statistique ni étude économique, pas même d'institut d'ailleurs, et d'institut «national» moins encore. Pour cause : afin de protester contre l'intention qu'a Nicolas Sarkozy de délocaliser à Metz plusieurs services de la statistique publique (INSEE, Dares, DREES), les fournisseurs d'accès à l'information économique ont provisoirement fermé le robinet à chiffres. Il faudra donc attendre mardi pour connaître ceux de l'INSEE sur les pertes d'emplois du troisième trimestre, et se contenter, en attendant, de ceux, très divergents, de l'ACOSS — l'organisme central des URSSAF — et de l'Unedic, régime d'assurance-chômage => lire en commentaire.

Que l'INSEE se transforme, contre sa nature, en «grande muette», ce n'est pas une mince ironie puisqu'il s'agit, pour les services concernés, d'aller remplacer les militaires bientôt perdus par la préfecture de Moselle. Depuis quelques jours, les pacifiques statisticiens utilisaient l'arme de la dérision en publiant de fausses études. L'une d'elles, datée de janvier 2012, intitulée «INSEE dernière» au lieu d'«INSEE première», révèle ainsi que, à cette date, «grâce à l'action de l'Etat, le chômage a été complètement résorbé» dans les zones urbaines sensibles de Lorraine. Une autre, consacrée à la hausse des effectifs de médecins, montre une courbe régulièrement ascendante jusqu'à 2007, date à laquelle elle prend la forme d'un point d'interrogation. La preuve par l'image qu'une «statistique publique indépendante et de qualité est indispensable au débat démocratique».

Etre privé d'information statistique serait une calamité pour la presse économique. D'un autre côté, il faut bien reconnaître que, en temps de crise, cela aurait du bon. L'emploi demeurerait stable, à son niveau de la mi-année. Stabilisé à 7,3%, le taux de chômage arrêterait de grimper. Et la croissance cesserait de s'effondrer. La grève des mauvaises statistiques, c'est un peu celle des tristes réalités.

(Source : Les Echos)

Pour en savoir plus => www.sauvonslastatistiquepublique.org

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 12 Décembre 2008 14:18 )  

Votre avis ?

Avez-vous vu Hold-Up, le doc "complotiste" ? =;o)
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...