Actu Chômage

dimanche
20 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Offre «raisonnable» d'emploi : le gouvernement inflexible

Offre «raisonnable» d'emploi : le gouvernement inflexible

Envoyer Imprimer
Réunis aujourd'hui dans le cadre de la commission permanente du Comité supérieur de l'emploi, les partenaires sociaux devaient donner leur avis sur le projet de loi «relatif aux droits et devoirs des demandeurs d'emploi» instaurant des sanctions pour les chômeurs refusant deux offres dites «raisonnables».

Une politesse bien inutile puisque que le gouvernement n'a pas l'intention d'en tenir compte.

Bien que sa version ait été légèrement assouplie, ce texte, qui comporte deux articles modifiant le Code du travail, expose les critères précis déterminant l'offre «raisonnable» d'emploi (ORE) avec leur durcissement par paliers au fil des mois et définit les différents cas de sanctions/radiation assorties, a reçu sans surprise l'avis défavorable des syndicats.

Force Ouvrière a déploré que «le gouvernement persiste et signe» sur ce projet. «Sur la forme, FO condamne la méthode gouvernementale privant les partenaires sociaux de leur autonomie de négociation dans le cadre de la future convention d'assurance chômage. Sur le fond, FO ne peut que s'opposer à la logique libérale visant à stigmatiser, toujours et encore, le chômeur comme étant responsable de sa propre situation», indique son communiqué.

Annie Thomas, pour la CFDT, a qualifié ce projet - qui «aborde le sujet à l'envers» - d’«injuste, car il sanctionnera en priorité les demandeurs d'emploi les plus fragiles, ceux qui restent plus longtemps que d'autres au chômage» et «il s'appliquera de manière uniforme à tous»; «malsain, car une fois de plus, le chômeur est montré du doigt comme un profiteur potentiel». La vice-présidente de l'Unedic alerte aussi sur de possibles «effets d'aubaines pour les employeurs», car le demandeur d'emploi sera obligé au bout d'un an d'accepter un salaire équivalent au montant de son revenu de remplacement.

Jean-Christophe Le Duigou (CGT) a regretté que le texte «ne parle pas de la nature des emplois offerts» (CDI, CDD, intérim) et Gabrielle Simon (CFTC) l'a jugé «contradictoire avec un accompagnement de qualité» des chômeurs.

Le projet de loi devrait être présenté au Conseil des ministres le 11 ou le 18 juin, en vue d'un débat au Parlement et d'une adoption avant l'été.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 26 Mai 2008 19:02 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2008-05-26 18:10
Le Monde a demandé à Jacques Freyssinet, président du conseil scientifique du Centre d'étude de l'emploi, son avis. Pour lui, ça ne fait aucun doute : en surfant sur le thème du "faux chômeur", le but du gouvernement est d'obliger les chômeurs à prendre les "bad jobs", comme disent les Anglais.

Le Monde a également recueilli les réactions/témoignages de sept demandeurs d'emploi.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2008-05-27 02:34 Ce projet de loi est un écran de fumée qui fait croire à ceux qui ne sont pas confrontés à la recherche d'emploi, que des emplois, il n'y a qu'à se baisser pour en trouver un et que l'ANPE propose à chaque chômeur une profusion d'offres d'emploi que les "mauvais chômeurs fainéants" prennent un malin plaisir à refuser.

Mais combien de demandeurs d'emploi ne se voient même pas proposer ne serait ce qu'une seule offre d'emploi par l'ANPE?

Ceux là , pour le moment, ne pourront même pas refuser d'offres d'emploi qu'ils auraient sans doute aimé qu'on leur propose.

Au lieu de faire une loi pour obliger les demandeurs d'emploi à ne pas refuser d'offres d'emploi, pourquoi ne font ils pas voter une loi qui obligerait l'ANPE à proposer au moins deux offres d'emploi qui seraient conformes au niveau de qualification et à la profession des demandeurs d'emploi?

Avec ce constat, j'ai bien peur que cette apparente contradiction se résolve facilement à court terme:
La déqualification généralisée pour pourvoir les emplois déqualifiés et dégradés (et pas uniquement en terme de salaire).
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...