Actu Chômage

samedi
4 avril
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Le salaire minimum divise l’Allemagne

Le salaire minimum divise l’Allemagne

Envoyer Imprimer
Pouvoir d’achat et justice sociale demeurent les principales préoccupations des Allemands, alors que s’ouvrait hier des négociations salariales décisives dans le pays.

Après des années de vaches maigres, les salariés sont bien décidés à profiter du retour à la croissance. 80% des Allemands estiment ne pas avoir jusqu’à présent bénéficié de l’amélioration économique. Et 67% sont favorables à l’instauration d’un salaire minimum valable pour toutes les branches, un sujet très sensible, qui se heurte au refus obstiné des patrons et d’Angela Merkel.

Joli pataquès. L’instauration d’un salaire minimum pour les facteurs (8 € de l’heure en ex-RDA, 9,80 € à l’ouest du pays), votée le 14 décembre par les députés du Bundestag après d’âpres négociations entre les sociaux et les chrétien-démocrates au pouvoir a causé un joli pataquès. Les deux principaux concurrents privés de la Deutsche Post ont ainsi annoncé hier qu’ils continueraient à payer leurs salariés entre 6,50 et 7,50 €, au risque d’aller devant les tribunaux.

Traditionnellement, le gouvernement allemand se tient en effet à l’écart de la politique salariale, dont les grandes lignes sont directement négociées par le patronat et les syndicats. L’Etat peut tout au plus être appelé par les partenaires sociaux à «corriger» les choses lorsqu’un secteur de l’économie pratique des salaires «indécents». Gerhard Schröder avait ainsi imposé un salaire minimum dans le bâtiment et le nettoyage industriel à la demande du patronat, inquiet de la concurrence bon marché des pays de l’Est.

Depuis, les inégalités entre salariés n’ont cessé de se creuser. Aujourd’hui, 21% des salariés allemands ne peuvent vivre de leur salaire, selon l’institut de recherche sur le travail (IAT). Au hit-parade des emplois les plus mal payés, on trouve les coiffeuses est-allemandes (2,75 à 3,05 € de l’heure, soit 400 € bruts par mois pour un temps plein !), le personnel de sécurité (moins de 5 € de l’heure), les bouchers charcutiers (5,70 €) et le personnel d’hôtellerie (entre 5,13 et 7,25 € de l’heure).

«Menace». A la veille d’importantes élections régionales (fin janvier en Hesse et Basse-Saxe) et à deux ans des législatives, le salaire minimum est devenu LE sujet qui fâche. Le ministre du Travail, Olaf Scholz (social-démocrate), y est favorable. Son collègue de l’Economie, Michael Glos (social-chrétien), estime lui que l’instauration d’un salaire minimum généralisé «menacerait des millions d’emplois». La CSU s’appuie sur les calculs de l’institut IFO, réputé proche du patronat, pour qui l’instauration d’un salaire minimum interprofessionnel se traduirait par la suppression de 1,9 million d’emplois.

Le Smic gagne pourtant du terrain. Les salariés des services de sécurité, du traitement des déchets et du travail temporaire pourraient prochainement bénéficier à leur tour d’un salaire plancher valable dans l’ensemble du pays.

(Source : Libération)

NDLR : Rappelons que l'Allemagne, première puissance économique d'Europe et 4e mondiale, reste l’un des six pays de l’UE27 où il n’existe pas de salaire minimum pour tous. Même les Etats-Unis en ont un… c'est pour dire !

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 11 Janvier 2008 12:26 )  

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, merci de le faire par mail en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le remplissant et en...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...