Actu Chômage

mercredi
18 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Un salarié sur deux a perdu du pouvoir d'achat en 2011

Un salarié sur deux a perdu du pouvoir d'achat en 2011

Envoyer Imprimer
Grâce à la crise, la stagnation des salaires s'accentue, le salaire mensuel de base étant désormais rattrapé par l'inflation.

2011 année de crise… et de perte de pouvoir d'achat. Une récente étude du ministère du Travail (Dares) montre que l'année dernière, globalement, le salaire mensuel de base — ou SMB, qui ne tient pas compte de primes éventuelles et des avantages en nature — des salariés des entreprises de 10 salariés ou plus du secteur concurrentiel a augmenté de 2,3% en glissement annuel, après 1,8% en 2010 et 1,9% en 2009... Cette accélération du SMB n'a pour autant pas été suffisante pour obtenir des gains de pouvoir d'achat.

De fait, en glissement annuel entre décembre 2010 et décembre 2011, l'indice des prix hors tabac de l'ensemble des ménages a augmenté de 2,4%, après 1,7% en 2010 et 0,8% en 2009. Résultat, le pouvoir d'achat du SMB a très légèrement diminué de 0,1 point l'année dernière après avoir connu une très petite hausse en 2010 (0,1 point) et une un peu plus significative en 2009 (1 point). Cependant, selon les branches, l'évolution des salaires de base ne s'est pas exactement produite de la même façon.

52% des salariés travaillent dans une branche où la hausse du SMB a été inférieure à l'inflation...

Ainsi, dans 10 des 20 branches regroupées, la hausse moyenne du SMB en 2011 a été inférieure à l'inflation. Or, ces 10 branches représentent 52% des salariés.

Les progression du SMB les moins élevées se retrouvent dans les branches regroupées "culture et communication" (+1,9%), "bureaux d'études, prestataires de services aux entreprises" (+2%), des "transports (hors statuts)" (+2,1%), des "banques établissements financiers et assurances" (+2,1%) et du "nettoyage, manutention, récupération, sécurité" (+2,1% également). En revanche, dans les branches regroupées "verre et matériaux de construction", "agroalimentaire", "commerce de gros et import-export" et "professions juridiques et comptables", qui emploient 15% des effectifs salariés, l'évolution du salaire moyen en 2011 a été en moyenne égale à l'inflation.

... et 33% dans des branches où le salaire de base a connu une hausse plus forte

Enfin, une dernière famille regroupe les 6 branches où la hausse moyenne du SMB a dépassé l'inflation. Elles concernent 33% des salariés. Les évolutions les plus marquées se retrouvent dans les branches "plastiques, caoutchouc et combustibles" (+2,8%) et "habillement, cuir, textile", "métallurgie, sidérurgie" et "commerce principalement alimentaire" (+2,7%).

Il est à noter que le SMB progresse davantage dans les branches très industrialisées. Ainsi, dans les secteurs "métallurgie et sidérurgie", "chimie et pharmacie" et "plastiques, caoutchouc et combustibles" (qui rassemblent 22% des salariés), les hausses moyennes du SMB varient entre 2,5% et 2,8% en 2011. Cependant, la branche "professions juridiques et comptables", elle aussi, présente la même dynamique que les branches industrielles avec un SMB en hausse de 2,5% en 2011. Selon l'étude, si ces quatre branches ont globalement des pratiques conventionnelles très différentes, elles ont en revanche en commun une très faible proportion de salariés rémunérés au niveau du Smic : entre 3% et 6% au 1er janvier 2011, contre 11% dans l'ensemble du secteur industriel.

Une progression plus forte pour les employés que pour les ouvriers et les cadres

Par catégorie socioprofessionnelles, les évolutions sont également distinctes. En moyenne, l'année dernière, le SMB a augmenté de 2,6% pour les employés, de 2,3% pour les ouvriers et de 2,1% pour les cadres et les professions intermédiaires. La progression plus marquée des salaires des ouvriers et des employés s'observe principalement au quatrième trimestre en raison de la revalorisation anticipée du Smic intervenue le 1er décembre en raison de l'évolution de l'inflation — et non légalement au 1er janvier suivant. Pour les cadres, si la progression est en moyenne un peu supérieure à celle observée en 2010, elle est cependant inférieure de 0,3 point à l'inflation.

(Source : La Tribune)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 25 Octobre 2012 21:40 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...