Actu Chômage

mercredi
24 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Le MNCP répond à Nicolas Sarkozy

Le MNCP répond à Nicolas Sarkozy

Envoyer Imprimer
Vouloir sanctionner quand il n’y a pas assez d’emplois, ou alors une grande majorité d’emplois précaires, est inacceptable !

Dans le discours de politique sociale du chef de l’Etat, Monsieur Sarkozy réaffirme sa volonté de fusionner l’Unedic et l’ANPE et annonce de nouvelles procédures de sanctions envers les chômeurs.

Concernant la question de la fusion, nous sommes persuadés de l’intérêt d’un rapprochement opérationnel des deux instances pour en faciliter l’accès pour les usagers. Par contre, et comme ne le dit pas Monsieur Sarkozy, s’il s’agit de privatiser à terme l’ANPE et de privilégier l’intervention d’entreprises privées pour le placement, nous ne pouvons qu’être contre cette perspective. L’ANPE est un service public qui, par définition, doit garantir une équité territoriale quant au suivi et à l’accompagnement des personnes. Cette équité doit non seulement être garantie mais aussi accompagnée de moyens supplémentaires, comme le font les pays du Nord de l’Europe, souvent pris en exemple quant à la gestion du chômage et à ses résultats en matière de retour vers l’emploi.

Pour ce qui est de la mise en œuvre de nouvelles procédures pour des sanctions «plus efficaces, plus fermes et plus justes», là encore, nous ne pouvons que réagir. Les chômeurs, dans leur très grande majorité, ne sont pas des fraudeurs mais des personnes victimes d’une fin de contrat et qui, à juste titre, font valoir leur droit à une assurance à laquelle ils ont souscrit. Les sanctionner à la 2ème offre d’emploi refusée alors que la notion «d’offre valable d’emploi» n’est même pas définie par un texte légal, est pour le moins empreint d’une grande subjectivité. De quel droit un agent qui vous reçoit peut décider, à votre place, si une offre est de votre intérêt ? Lorsque l’on enchaîne des contrats précaires souvent mal rémunérés (CDD, intérim, travail à temps partiel…) qui représentent
aujourd’hui près de 80% des offres d’emploi, il doit être compris et accepté que des chômeurs refusent ce type d’emploi et continuent leur recherche d’un emploi à plein temps, en CDI, leur permettant enfin de vivre décemment.

N’inversons pas les rôles ! Ce que nous attendons, c’est une politique créant les conditions du retour à l’emploi du plus grand nombre des 3,5 millions de personnes inscrites à l’ANPE. Sanctionner, quand il n’y a pas assez d’emplois et en grande majorité des emplois précaires, est inacceptable.

Jean-François YON, président du MNCP (Mouvement national des chômeurs & précaires)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 19 Septembre 2007 17:50 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...