Actu Chômage

jeudi
19 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Non, Le Pen n'est pas "un homme de centre-droit" !

Non, Le Pen n'est pas "un homme de centre-droit" !

Envoyer Imprimer
"On dit que Jean-Marie Le Pen est un extrémiste, que c'est l'extrême-droite pour disqualifier mon message. C'est faux. Je suis un homme de centre-droit", affirme effrontément le candidat du Front national à l'élection présidentielle, en quête de respectabilité dans un entretien à Paris-Match.

"Ce n'est pas moi qui me suis déporté vers l'extrême-droite, c'est le corps politique français qui s'est déplacé vers la gauche", explique M. Le Pen (vous remarquerez le choix du mot "déporté"…) qui s'efforce depuis son succès en 2002 de dédiaboliser, voire de normaliser son image auprès "des petites gens et des sans grade" et se revendique "proche de de Gaulle" malgré "deux points de divergence"... En une phrase, M. Le Pen veut donc balayer le progrès social.

Tout est bon pour appâter le chaland : de la xénophobie de base (tout est de la faute des étrangers) à la nostalgie "Vieille France" (le revival gaulliste), Jean-Marie Le Pen profite du désastre économique et politique pour attirer les plus désespérés, les plus incultes, tous ceux qui ne s'intéressent pas à la politique mais demeurent sensibles aux slogans simplistes qui titillent leurs émotions, faute de titiller leur réflexion : tragique paradoxe quand on sait que le FN est supporté par une masse croissante d'ouvriers et de chômeurs, ceux qui (in)justement souffrent le plus de l'ultra-libéralisme et ignorent que c'est, pourtant, le vrai fonds de commerce de ce parti.

Le programme du FN est antisocial à 1000% !

Sarkozy, à côté, c'est un débutant. Et ça, nos concitoyens désorientés et manipulés peinent à le croire, y compris ceux qui s'imaginent que voter Le Pen est moins pire que voter Sarkozy car "mieux vaut l'original que la copie"... Grave erreur !

Pour M. Le Pen, il y a trop d'impôts et surtout pour les riches, trop de charges et de contraintes pour le patronat, trop d'assistés, trop de fonctionnaires et trop de service public, trop d'Etat... A court terme, ce sera le démantèlement de l’Education nationale ou la privatisation de notre système de protection sociale, sans compter qu'il faudra travailler jusqu'à 70 ans et que le salaire minimum sera supprimé (entre autres) !
Et pour M. Le Pen il n'y a pas assez d'armée, pas assez de police, pas assez de prisons : sachez, Messieurs, qu'il va vous mettre au pas ! Outre abroger le PACS, sachez, Mesdames, que Jean-Marie Le Pen veut aussi interdire le divorce et l'avortement, puis favoriser le retour des femmes au foyer.

Le programme du Front national est non seulement un véritable concentré d’ultra-libéralisme dont l’application serait une attaque frontale sans précédent contre les intérêts des salarié(e)s et du monde du travail, mais il est aussi raciste, fasciste et sexiste, bref : rétrograde et anti-républicain.

Soyons clairs : extrême-droite = droite plus dure que dure

Tout comme l'extrême-gauche est la gauche rouge, très rouge. Ici, l'homme du "centre-droit" serait plutôt François Bayrou dont le programme est à peu de choses près celui de l'UMP : même s'il emballe son poisson avec des propos qui semblent plus humanistes, l'odeur est la même, comme disait Arnaud Montebourg en comparant Sarkozy et de Villepin... Alors Le Pen qui se fait passer pour un centriste, c'est tout de même un comble !

Et pour finir, à propos de l'unique candidat de l'UMP pour 2007, Jean-Marie Le Pen déclare : "Sarkozy dit : Je suis la rupture tranquille. C'est la déclinaison du concept de la fausse droite, de la droite courbe". C'est bien qu'il rêve d'une vraie droite pure et dure, inflexible. Mais quand on lui demande vers qui irait sa préférence s'il n'était pas présent au second tour de la présidentielle, il répond toutefois : "Tout à trac, je dirai Sarkozy. Lui, au moins, il fait semblant d'aller dans la bonne direction". Ce qui signifie que Jean-Marie Le Pen ira vraiment dans celle-là, sans s'embarrasser du peuple, des syndicats et des lois. Alors, même par bravade, par dépit ou par jeu, mieux vaut ne pas prendre le risque de voter pour lui, non ?

par Sophie Hancart pour www.rénovation-démocratique.org

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 04 Janvier 2007 01:00 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...