Actu Chômage

vendredi
22 janvier
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Roumains et Bulgares, nouvelle main d'œuvre à bas prix

Roumains et Bulgares, nouvelle main d'œuvre à bas prix

Envoyer Imprimer
"Les travailleurs roumains et bulgares pourront rentrer dans 62 métiers qui ne trouvent pas aujourd'hui de réponse en termes d'offres d'emploi", a annoncé hier Gérard Larcher.

Ainsi, à l'occasion de l'entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l'Union européenne au 1er janvier 2007, la France va ouvrir son marché du travail à ces nouveaux ressortissants dans 62 métiers concernant 7 secteurs économiques, tout en maintenant des restrictions dans les autres branches : "une ouverture progressive et maîtrisée", selon le ministre délégué à l'Emploi.

Ces secteurs sont le bâtiment et les travaux publics (ouvrier du béton, charpentier, carreleur, couvreur, menuisier, conducteur de travail…), l'hôtellerie/ restauration/ alimentation (cuisinier, serveur…), l'agriculture (maraîcher-horticulteur, arboriculteur-viticulteur, éleveur de porcs, lapins, volaille…), la mécanique/ travail des métaux/ industries diverses (chaudronnier, tôlier, opérateur-régleur, ajusteur…), les industries de transformation ou "process" (pilote d'installation ou opérateur de production dans l'agroalimentaire, le verre, le papier, le carton…), le commerce et la vente (attaché commercial, vente à distance, représentant à domicile…), et la propreté (agents d'entretien, laveur de vitres…). Des métiers ingrats et souvent mal payés, une majorité d'emplois saisonniers ou temporaires, qui représentaient près de 700.000 offres en 2005 dont environ 200.000 ne pouvait être pourvues, "faute de demande"...

Pour les chômeurs du territoire - résolument fainéants - on continue de négliger l'accès aux formations nécessaires voire qualifiantes tandis qu'on maintient les salaires au ras des pâquerettes ! Mais ce n'est pas grave : de nouveaux bras s'en contenteront sans se plaindre ni exiger quoi que ce soit. Tout cela part d'une même logique : habitués à la rudesse et à la pauvreté, ces travailleurs roumains et bulgares auront l'impression de s'être enrichis pendant que chez nous le chômage de masse et le sous-emploi, la smicardisation et la précarisation du salariat seront toujours bien entretenus, sur le principe d'une Europe exclusivement marchande qui nous nivelle par le bas.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 30 Décembre 2006 18:09 )  

Commentaires 

 
0 # Kamizole 2007-01-02 21:20 c'est triste à dire mais on est bien loin d'un internationalis me qui a marqué mes vingt ans. diviser pour régner a toujours été la marque du capitalisme et même si on peut, sur le terrain, être solidaire des quasi esclaves de l'Europe des marchands (Chantiers navals de St Nazaire : il me semble que les ouvrier étaient déjà Roumains, avant même l'entrée de leur pays dans l'UE, ou certains navire du côté de Sète, entre autres) et ne pas accepter cette consurrence déloyale, voulue par le CNPF et cette Europe de m… aux mains des champions de l'ultra-libéralisme…
Quand j'entends aux infos (ce 2 janvier 2007) la Merkel qui pratiquement veut faire comme si on n'avait pas voté "non", ça me gonfle un maximum. Qu'ils arrêtent de nous prendre pour des cons ou qu'on sorte de ce traquenard à 27 !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-01-22 03:03 Le gouvernement a décidé d'exclure du bénéfice du revenu minimum d'insertion (RMI), de la couverture-maladie universelle (CMU) et des prestations familiales, les ressortissants communautaires "entrés en France pour y rechercher un emploi et qui s'y maintiennent à ce titre".

La mesure est contenue dans l'article 9 du projet de loi instaurant un droit opposable au logement, présenté en conseil des ministres le 17 janvier. L'ouverture du marché du travail aux ressortissants des nouveaux Etats membres, notamment aux Bulgares et aux Roumains, a conduit le gouvernement à inscrire dans la loi cette mesure. Celle-ci vise, comme l'explique une note gouvernementale , à "prévenir les abus" que pourraient commettre des personnes qui viendraient "s'installer en France dans le but de toucher les minima sociaux ou la CMU". "En particulier, précise la note, il ne doit pas être possible de toucher ces prestations dès l'installation en France simplement en s'inscrivant à l'ANPE."

Le 11 janvier, Nicolas Sarkozy avait affirmé que les Roumains et les Bulgares qui n'ont "pas de ressources, et qui constitueraient donc une charge pour notre système d'aide sociale, n'ont pas le droit de séjourner en France". "Notre pays n'a pas vocation à être un guichet social universel", soutenait-il.

Pour le RMI, la loi du 23 mars 2006 exige déjà d'un ressortissant communautaire qu'il remplisse "les conditions exigées pour bénéficier d'un droit au séjour" et qu'il ait "résidé en France durant les trois mois précédant la demande". Avec cette disposition, le gouvernement entend empêcher des chômeurs européens continuant à chercher un emploi au-delà des trois premiers mois en France de faire une demande de RMI.

(Source : Le Monde)
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...