Actu Chômage

vendredi
27 mai
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil LES ACTUS Mobilisations, luttes et solidarités Assurance-Chômage : Chômeurs, Précaires et Salariés, tous concernés !

Assurance-Chômage : Chômeurs, Précaires et Salariés, tous concernés !

Envoyer Imprimer

Le 22 février 2016 a commencé la renégociation de la convention relative à l’indemnisation des chômeur-ses. Elle doit aboutir en juillet à un agrément ministériel.

altOn entend déjà les organisations patronales et le gouvernement marteler de concert l’argument sur le déficit des caisses de l’Unédic. Financer l’Unédic est un choix politique. Mais les organisations patronales, avec la complicité active des gouvernements successifs, travaillent à la destruction de l’ensemble des organismes sociaux, de la Sécurité sociale ainsi que des services publics.

L’argument du déficit de l’Unédic n’est qu’un prétexte pour justifier la dégradation des droits des chômeur-ses et précaires.

La menace de la dégressivité des allocations est à nouveau avancée comme une solution pour limiter les dépenses et accélérer le soi-disant retour à l’emploi des chômeur-ses et précaires. Et la Cour des Comptes préconise de réduire le nombre de jours indemnisés et le montant des allocations.

Mais ce sont les entreprises qui licencient, organisent la flexibilité et en conséquence précarisent les travailleurs. Ce sont les entreprises et les actionnaires qui empochent des aides publiques et les exonérations sociales sans embauches en contrepartie. Financer les soi-disant 29 milliards d'euros de dette de l’Unédic ne devrait pas poser de problème :

- Chaque année, 30 milliards de revenus fiscaux sont transférés vers les grandes entreprises via le CICE et le Pacte de responsabilité.

- Chaque année, les fraudes des employeurs sur les cotisations sociales coûtent 20 milliards.

- Chaque année, les contrats courts et les ruptures conventionnelles coûtent 12 milliards à l’Unédic.

- Une augmentation de 0,2 point des cotisations employeurs permettrait d’augmenter les recettes de l’Unédic d’un milliard.

L’assurance-chômage nous concerne toutes et tous : précaires, intermittent-es, intérimaires, jeunes, chômeur-ses et tous les salarié-es. Tous, nous devons nous mobiliser pour défendre une assurance-chômage juste et équitable, et conquérir de nouveaux droits.

Nous revendiquons :

- l’indemnisation et la revalorisation de toutes les formes de chômage et de précarité,

- la garantie d’un revenu personnel décent et la continuité des droits sociaux,

- le libre choix de son emploi et de sa formation,

- l’augmentation du taux de cotisation des employeurs,

- la surcotisation des employeurs sur les contrats courts,

- l’élargissement du financement aux profits et aux dividendes des actionnaires.

Signataires : AC !, APEIS, CIP Île-de-France, CGT Chômeurs, MNCP, Collectif les Matermittentes, Recours Radiation, CNT, FSU, SNU Pôle Emploi, Solidaires SUD, Culture SUD, CGT


Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 23 Février 2016 00:25 )  

Commentaires 

 
+1 # CosetteA 2016-02-23 10:00 la surcotisation des employeurs sur les contrats courts,

Attention à cela. Il faut faire la différence entre des contrats courts pour remplacement salarié en arrêt de travail et les autres. A vouloir trop taxer, les employeurs n'embaucheront plus. Ce sont les collègues qui vont devoir récupérer le travail de leur collègue absent et voir augmenter leur charge de travail.

Il faut regarder le motif et voir ceux qui abusent en fonctionnant en permanence avec des contrats courts. Faire appel à l'interim ou cdd pour remplacer un salarié malade, en accident du travail, en congé maternité, en formation, ce n'est pas abuser des contrats courts.

Pour les motifs de tâches occasionnelles, surcroît exceptionnel d'activité, voir si c'est récurrent.

Pour les contrats d'usage ou saisonniers, là il y a du ménage à faire.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
+2 # reveurs 2016-02-23 20:08 La suggestion de la cours des comptes que cetains préfèrent passer sous silence, lu dans :
Charlie Hebdo du 27 janvier 2016, p.7
"la baisse des indemnisations du chômage entraineraient une hausse des prestations versées dans le cadre du régime de solidarité .
.. une hausse de 0,1 point de cotisation (chômage), … rapporterait … 500 millions d'euros… 'Encore plus fort : la Cour propose de doubler les cotisations sociales que les entreprises versent sur les CDD et l'intérim … Résultat : 1,5 milliards par an de recettes en plus'.
J'ajouterais : Diminuer le temps de repos obligatoire et augmenter le temps de travail autorisé, non seulement ne créera aucun emploi, mais ceux qui subiront ce nouveau régime auront plus d'accidents de travail, plus de maladies professionnelle s et plus d'accidents de la route. J'en connais qui font jusqu'à 30 km pour arriver sur le lieu de travail, si l'employeur peu réduire le temps de repos il dormirons quand ?
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Un candidat hors des partis est-il une alternative pour 2017 ? Voir www.laprimairedesfrancais.fr
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...