Actu Chômage

mercredi
1 mars
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Accès aux soins : Hépatite C un dossier emblématique (encore et toujours)

Accès aux soins : Hépatite C un dossier emblématique (encore et toujours)

Envoyer Imprimer

Depuis deux ans, Actuchomage vous fait partager le combat des associations de malades de l'hépatite C. En France, 300.000 à 350.000 personnes seraient porteuses du virus. Moins de 15.000 sont traitées chaque année.

altPlus de 300.000 personnes sont infectées par le virus de l'hépatite C (VHC). Beaucoup l’ignorent encore, ce qui nécessiterait de grandes campagnes de dépistage.

Les médicaments à même de détruire ce virus (avec plus de 90% de réussite) existent mais sont hors de prix (compter entre 46.000 et 130.000 euros la cure).

Autant dire que la Sécu ne peut supporter le coût du traitement généralisé des personnes infectées. Les soins sont rationnés. Moins de 15.000 malades reçoivent chaque année les molécules miracles. Des dizaines de milliers d'autres attendent… que leur état de santé se dégrade pour avoir enfin accès aux traitements.

Là se situe toute l'absurdité de la situation. Pour être soigné, il faut atteindre un stade avancé de fibrose (destruction partielle du foie). La plupart des porteurs doivent donc attendre d’être vraiment malades, au risque de subir des complications médicales apparaissant dès l’infection : fatigues récurrentes, douleurs articulaires et musculaires parfois invalidantes…

En conséquence, les associations (le CISS, SOS Hépatites, CHV, AIDES, Fédération Addiction…), soutenues par Médecins du Monde, exigent la généralisation des traitements. Cette revendication est d'autant plus légitime que des médicaments génériques sont produits dans plusieurs pays (Maroc, Inde…), donnant lieu à des trafics auxquels il est difficile de ne pas succomber. Une cure de génériques peut être délivrée pour 550 à 1.000 euros (contre 46.000 à 60.000 € pour les molécules disponibles en France).

Le gouvernement doit prendre ses responsabilités en mettant à disposition de TOUS les porteurs du VHC les traitements efficaces. Il en a les moyens juridiques (1). Faute de quoi, face au rationnement des soins, un marché parallèle va se développer avec les risques sanitaires qu'on imagine, liés notamment aux contrefaçons de médicaments.

(1) Il s’agit de la licence d’office, une disposition prévue par l’Organisation mondiale du Commerce (OMC). Elle permet aux états d’autoriser la production et l’importation de versions génériques d’un médicament breveté. La France, comme tous les pays membres de l’OMC a le droit d’y recourir. Ce droit est défini par l’article L 613-16 du code de la Propriété intellectuelle, «si l'intérêt de la santé publique l'exige», ce qui est le cas ici.

Réalisation : YB pour Actuchomage

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 


Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 20 Mai 2016 16:55 )  

Votre avis ?

Les élections présidentielles approchent. Pour quel candidat envisagez-vous de voter ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...