Actu Chômage

samedi
25 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse "Ceux qui veulent inverser la roue de l'Histoire sont des imbéciles", Gérard Filoche

"Ceux qui veulent inverser la roue de l'Histoire sont des imbéciles", Gérard Filoche

Envoyer Imprimer
Qu'on l’apprécie ou pas, reconnaissons à Gérard Filoche son enthousiasme batailleur, ses mots qui font mouche, ses coups de gueule mémorables et souvent justifiés.

«Là-bas si j'y suis», l'émission de Daniel Mermet qui a trouvé refuge sur la Toile depuis son expulsion de France Inter (1), nous propose 5 vidéos de Gérard Filoche, 5 perles. Un pur régal !

• Dans la première, Filoche taille un short aux super-riches : «On ne peut pas être milliardaire et honnête !», soutient le polémiste.

Dans un registre comparable, son tweet sur le décès de Margerie (Pdg de Total) avait fait grand bruit en octobre dernier.

Cette fois, Filoche en rajoute une couche rappelant que Total est le champion de «l'optimisation fiscale. Le plus grand groupe français qui paie le moins d'impôts en France».

Notre Zorro en profite pour tailler un costard sur-mesure à Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne, «le principal corrupteur et blanchisseur d'argent d'Europe», et à Manuel Valls dont il dénonce les «réflexes totalitaires», comme quand le Premier ministre déclara devant l’Assemblée nationale qu’il souhaitait que Filoche soit exclu du PS à la suite de son tweet sur de Margerie.

• Dans la deuxième vidéo, Filoche estime qu'un mouvement comparable à Syriza ou Podemos finira par émerger en France. L'éditorialiste prédit que seule une dynamique «à la Syriza» contiendra la poussée Front National. «Pour cela, il faut l’union. Les gens de gauche sont dans le désarroi, mais c’est tellement explosif que ça va péter !», pronostique-t-il.

• Dans la troisième, Filoche s'attaque au «siphonnement des sous-traitants» par les grands groupes industriels. L'ex-inspecteur du travail recommande au PS et au gouvernement de se rapprocher des entrepreneurs exploités par les gros. «Les petits patrons tiennent l'État, l'inspection du travail et les impôts pour responsables de leurs difficultés, alors que tout serait réglé si 100 milliards d'euros n’étaient pas soustraits au fisc chaque année. Cette évasion représente un tiers du budget de l’État».

• Pour Filoche, les cotisations patronales et salariales (improprement qualifiées de «charges») sont «les plus belles choses au monde», synonymes «de bonheur pour toutes et tous», de sécurité sociale, d’éducation, d’assurance-chômage… Dans cette quatrième vidéo, Filoche estime - non sans raison - que le sens de l'Histoire va depuis des siècles vers une réduction du temps de travail. «Ces 70 dernières années, on a produit plus et on a gagné plus tout en travaillant moins… Ceux qui veulent inverser la roue de l'Histoire (c'est-à-dire travailler plus et gagner moins) sont des imbéciles», s'insurge notre vengeur démasqué.

Il préconise les 32 heures qui, seules, permettront d’accorder une place aux 400.000 jeunes qui débarquent chaque année sur le marché du travail. «Sinon, nous irons vers les 8 ou 10 millions de chômeurs», prévient-il. «Les enfants nés en 2000 auront 18 ans dans trois ans ! Depuis 15 ans, 800.000 naissent chaque année. La France est en plein boom démographique mais les médias n'en parlent pas».

• Dans la cinquième, Filoche renouvelle sa déclaration d'amour au Code du Travail et torpille ceux qui veulent lui faire la peau. «Vous imaginez, dans un hôpital il y a 271 métiers différents. C'est normal que chaque activité professionnelle soit encadrée et protégée par des textes». Plus loin Filoche tord le cou à ceux qui considèrent que le Code du Travail est une usine à gaz : «675 pages sont consacrées aux lois sur un total de 3.900. Les 3.300 pages restantes ne sont que des commentaires, des jurisprudences, des arrêtés, des décrets…».

Le même d'enfoncer le clou : «Le Code du Travail n'est pas un handicap. Ce qui l'est, c'est qu'il n'est pas appliqué pour protéger les salariés». Puis Filoche botte les fesses de François Bayrou qui, devant les caméras, a sorti un «Code du Travail suisse» épais de 40 pages, accompagnant son geste d'un : «Ça, c'est 5% de chômage !». Puis, brandissant le Code français : «Ça, c'est 10% de chômage !».

Gérard Filoche argumente : «Bayrou, qui veut réduire le coût du travail pour faire baisser le chômage, oublie que les Suisses sont payés une fois et demie à deux fois plus que les Français. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans son raisonnement».

Si vous avez une demi-heure devant vous, dévorez ces 5 vidéos sur la-bas.org. Tout est bon dans le Filoche !

(1) Pour être remplacée depuis septembre 2014 par «Affaires sensibles», un robinet d'eau tiède animé par Fabrice Drouelle.

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 17 Juin 2015 17:40 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...