Actu Chômage

mercredi
22 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Souffrances du chômage : Sophie témoigne

Souffrances du chômage : Sophie témoigne

Envoyer Imprimer

Si Sophie a décidé de prendre du recul (après avoir animé Actuchomage pendant 9 ans), elle reste un des porte-parole de celles et ceux qui souffrent physiquement et psychologiquement du chômage. Le 26 octobre 2014, elle s'est exprimée lors du journal télévisé de France 2.



Depuis 2004, année de sa création, Actuchomage ne se contente pas de militer en faveur des Droits des Chômeurs et Précaires.

Depuis toujours, nous savons que le chômage est une source de terribles souffrances physiques et psychologiques qui peuvent conduire à la dépression et au suicide.

Alors que les grands médias évoquent régulièrement les traumatismes liés à la vie professionnelle (stress, burn-out, harcèlements…), peu s'intéressent aux conséquences du chômage sur la santé de celles et ceux qui en sont victimes.

Depuis 2004, Actuchomage aborde donc régulièrement ce sujet quasiment tabou. Combien de personnes mettent fin à leurs jours à cause du chômage et des bouleversements financiers, sentimentaux, familiaux, relationnels… qu'il génère ?

Nous avons consacré des dizaines d'articles à ce thème et des reportages vidéos, après avoir recueilli les témoignages de demandeurs d'emploi et l'avis d'experts (psychologues, psychiatres…).

Lors de son journal télévisé, dimanche 26 octobre, France 2 a donné la parole à deux chômeuses et à la psychanalyste Claude Halmos. Une fois n'est pas coutume !

PS : Lire aussi la réaction de Sophie dans les commentaires.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.


Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 21 Septembre 2017 19:24 )  

Commentaires 

 
0 # FlB 2014-10-27 10:03 Oui, je suis tombé sur ce reportage hier soir.

En tant qu'ancien chômeur de longue durée (2 ans), je suis resté scotché devant ma télé durant tout le reportage.

Bravo à ces personnes qui ont eu le courage de témoigner, car les gens doivent savoir ce qu l'on ressent vraiment quand on est au chômage.

Et très juste aussi de dire que cela touche toutes les catégories (ouvriers, techniciens, cadres, etc…)

J'ai gardé des séquelles profondes de cette période, mais surtout la conviction qu'il ne faut jamais abandonner et se dire que nous sommes plus que ce que l'on croit. Pas toujours facile évidemment.

Enfin, le maître mot pour moi : SOLIDARITE !!!

Apprenez à vivre chaque instant de votre vie. RESPIREZ pleinement la vie, cela personne ne vous en empêche.

Courage à celles et ceux qui traversent cette période difficile, mais pas insurmontable.

FlB,
ancien chômeur, mais marqué profondément par cette épreuve.

PS : Merci à actuchômage pour leurs articles très bien écrits.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # bettyn 2014-10-27 12:39 Quel horrible reportage, qui insulte les chômeurs (mensonges à propos de la dévalorisation) , et qui alimente dans l’esprit des gens l'idée que la concurrence forcenée entre les chômeurs ne se calmera jamais.

Quelle honte pour cette sophie de participer à cela, elle qui est censé défendre les chômeurs.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2014-10-27 14:35 Merci d'exprimer ici votre point de vue.

Qu'entendez-vous par "mensonges à propos de la dévalorisation" ?

Si il y a bien des sentiments partagés par beaucoup de chômeurs (longue durée notamment), ce sont bien la dévalorisation et le déclassement social qui se traduisent souvent par une perte de confiance en soi et des doutes qui insidieusement s'installent.

La "concurrence", comme vous dites, est une (triste) réalité dès lors qu'un chômage de masse persiste (et s'amplifie) et que nous sommes de plus en plus nombreux à espérer retrouver un travail.

Comment peut-il en être autrement ?

Par ailleurs, je ne vois pas en quoi Sophie devrait avoir "honte", comme vous l'écrivez, même si je pense qu'il vaut mieux s'abstenir de participer à ce genre de "reportages" trop courts, donc trop restrictifs dans leur approche informative.

Enfin, comme indiqué en introduction, Sophie n'est plus "censée défendre les chômeurs", ayant renoncé à ses engagements militants sur le terrain et au travers Actuchomage.

Elle témoigne ici à titre strictement personnel, non comme porte-parole d'une organisation ou d'un collectif.

Reste que le sujet des souffrances liées au chômage est rarement évoqué (alors que les traumatismes sont bien réels).

Ce petit "reportage" a au moins ce mérite.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # DICKY 2014-10-27 21:48 j'ai vu cette trop courte intervention de Sophie, comme je l'avais vue à l'émission de Delarue, il y a quelques années. Quelle aisance, quelle conviction, quels arguments percutants. J'ai lu de nombreux articles écrits par elle sur votre site ; c'est sans conteste la meilleure et la plus convaincante pour parler du chômage et des souffrances engendrées. De plus, elle a un esprit politique très pointu et toujours pertinent. C'est très dommage qu'elle ne soit plus au sein de cette association, et que du coup, ses apparitions soient rares. Elle devrait revenir, au moins, pour écrire quelques articles et interventions publiques ou médiatiques qu'elle maitrise très bien. Vous pourriez aussi déposer cette vidéo sur votre site. Merci. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2014-10-28 00:55 Pour info : Sophie est toujours dans l'asso. Après 9 ans d'activité sur Actuchomage, elle a souhaité prendre du recul, se consacrer à elle.

Car le chômage… pour soi et les autres, c'est lourd à porter… Ça use !

Par ailleurs, l'extrait du JT de France 2 est en ligne sur notre chaîne Dailymotion… pour longtemps. ;-)

Merci à Vous
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Talou 2014-10-27 22:00 Merci Sophie d'avoir témoigné. J'ignorais tout de ce reportage, j’ignorais aussi cette souffrance que tu as du traverser … et dont tu n'a jamais fait part. Je me disais aussi que ton écoute, ta chaleur humaine, ton empathie, et tout ce temps que tu donnais aux autres n'étaient pas le fruit du hasard … mais bien d’épreuves dignement surmontées. Merci de tout cœur !!!! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # naejjm 2014-10-29 09:43 Sortir de la souffrance au travail
Par Christophe Dejours, psychanalyste et psychiatre
Parmi les outils de gestion, on a montré que le plus délétère de tous pour la santé mentale est l'évaluation individualisée des performances. Couplée à la menace sur l'emploi, cette méthode d'évaluation se mute en management par la menace. Elle introduit la peur comme méthode de gouvernement, et elle monte tous les travailleurs les uns contre les autres, déstructurant ainsi les solidarités et le vivre-ensemble. La solitude et la désolation se sont abattues sur le monde du travail, aboutissant à une détérioration tellement profonde des relations de travail que certains finissent par se suicider sur les lieux mêmes de leur activité.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # naejjm 2014-10-29 09:45 http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/02/21/sortir-de-la-souffrance-au-travail_1483153_3232.html Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # bettyn 2014-10-29 10:49 "Si il y a bien des sentiments partagés par beaucoup de chômeurs (longue durée notamment), ce sont bien la dévalorisation … qui se traduisent souvent par une perte de confiance en soi" : tout ceci est faux (à part pour une minorité de chômeurs). Tout ceci est un mensonge inventé afin de détourner l'attention de l'origine des problèmes. C'est la "pathologisation " du chômage, et c'est monstrueux, car cela empire considérablemen t la situation. A cause de cette connerie, les chargés d'accompagnement croient que tous les chômeurs de longue durée sont forcément "malades", et du coup ce sont EUX qui sous-estiment ces chômeurs !
Résultat, au lieu de réclamer un minimum de partage du travail (les contrats aidés à l'origine servaient à ça), vous vous retrouvez à réclamer des psy pour les chômeurs ! honte à vous !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2014-10-29 12:11 À bettyn,

1) La perte de confiance est - hélas - une réalité quand on a derrière soi 3 ou 4 ans de chômage (même moins). Je peux la constater tous les jours avec les chômeurs que je rencontre et ceux qui s'expriment ici. Cependant, elle n'est pas une généralité.

2) Le chômage (dévalorisation , perte de confiance, dépression, parfois) peut conduire au suicide. Phénomène observé (et dénoncé) par des spécialistes comme le Professeur Michel Debout, Président de France Prévention Suicide (que nous avons rencontré et interviewé il y a quelques années). www.dailymotion.com/video/xq2xen_quand-le-chomage-pousse-au-suicide_webcam

3) Personne ne réclame ici des psy pour les demandeurs d'emploi. Pour autant, des chômeurs de notre entourage ont souffert d'une absence d'accompagnement. Faute de soins adaptés, ils ont fini aux Urgences psychiatriques, comme notre ami Vincent qui témoigne dans une vidéo : www.dailymotion.com/video/xprz24_chomage-et-depression-vincent-temoigne_webcam

Nous sommes d'accord sur un point : le partage !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # bettyn 2014-10-29 10:51 "le sujet des souffrances liées au chômage est rarement évoqué" : s'il ne l'est pas, ce n'est pas par négligence, mais parce que la majorité de la population croit que les chômeurs refusent de travailler ! Les gens qui reconnaissent la vérité qu'est la privation d'emploi, imaginent très facilement les souffrances psychologiques (exclusion sociale, désespoir) qui en découlent ! mais de toute façon, ça ne les
fait pas réagir pour autant, car comme vous, ils croient que le partage du travail est impossible.
Sans espoir, on sombre au mieux dans le survivalisme. C'est exactement ce que veut le système : que vous renonciez au combat contre le chômage, et que vous vous contentiez de vous battre pour obtenir une prise en charge médicale des exclus du travail.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # FlB 2014-10-29 12:01 bettyn,

Je ne me permet pas de vous juger car je ne connais pas votre situation.

Cependant, en tant qu'ancien chômeur de longue durée, je me sentais effectivement dévalorisé ne serait-ce que par le regard des autres qui ne me considéraient pas "normal".

Ne parlez pas de minorité car toutes les personnes que je connaissais qui étaient dans cette situation se sentaient dévalorisées.

Il faut que le regard de la société change envers les personnes au chômage. Comme dit dans le reportage, les personnes qui subissent déjà des pressions dues au chômage doivent encore rendre des comptes. Et cela n'est pas normal.

J'ajouterai enfin que le chômage peut être aussi enrichissant, car de nombreuses personnes remettent ainsi leur projets en question pour faire quelque chose correspondant mieux à leurs aspirations (entrepreneuria t, reprise d'études etc…).

Les chômeurs ne sont pas des personnes fondamentalemen t plus malades que les autres, même si la société en est persuadée.

Cordialement.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2014-10-29 12:34 À FIB,

Si les chômeurs ne sont pas plus "malades que les autres", ils peuvent le devenir. Conséquence : Le taux de suicide est plus important chez les chômeurs que dans le reste de la population.

Tous les spécialistes s'accordent sur la forte corrélation entre périodes de difficultés économiques et suicides, notamment chez les hommes de 50 à 65 ans.

Comment pourrait-il en être autrement ? Cette corrélation est malheureusement une évidence.

Visionnez ici l'interview du Professeur Michel Debout, Président de France Prévention Suicide : www.dailymotion.com/video/xq2xen_quand-le-chomage-pousse-au-suicide_webcam
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2014-10-29 12:19 À bettyn,

Notre engagement (depuis 10 ans) n'est pas d'obtenir une prise en charge médicale des exclus (vous rêvez !), mais un travail et un revenu décent pour chacun.

Si nous avons consacré 20 ou 30 articles aux souffrances psychologiques du chômage (depuis 2004), nous en avons rédigé plus de 2.000 pour dénoncer les inégalités de traitement et le mauvais sort politique, économique et social que le système inflige aux chômeurs et précaires.

Actuchomage n'est pas un site d'accompagnement psychologique mais un média militant en faveur des exclus du travail.

Reportez-vous à nos forums (entre autres) pour en juger : www.actuchomage.org/forum/ On n'y parle jamais de psychiatrie.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # FlB 2014-10-29 12:31 Yves, je n'ai rien à ajouter.
Votre site actuchômage doit continuer de militer dans ce sens.

Ce qui manque cruellement dans notre société, c'est le manque de solidarité humaine avant tout.
Même au sein des chômeurs et précaires.

Cordialement.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Sophie Hancart 2014-10-29 17:52 Bonjour,

Je tiens à préciser que je me suis fait avoir par cette journaliste et que c'est la dernière fois que je participe à une telle mascarade.

J'ai accepté de témoigner, je voulais montrer qu'il était possible de dépasser son statut de victime, "d'épouvantail à salariés", qu'il y a autre chose dans la vie que l'emploi esclavagiste : ils ont passé plus de 4 heures à m'interwiever et me filmer sous toutes les coutures pour ce pitoyable résultat d'une minute, strictement focalisé sur la souffrance des pôv' chômeurs. Le message distillé est toujours le même : Courbez l'échine, travailleurs, sinon, regardez ce qui vous attend !

La caste médiatique est le bras armé de ceux qui nous gouvernent. Ils nous noient d'images et réduisent les propos pour nous décérébrer. Les JT sont les principaux adeptes de cette méthode : ce n'est pas de l'information, mais de la désinformation.

Bon courage à tous ! Je retourne savourer les joies de ma retraite anticipée…
Bien@vous,
Sophie
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2014-10-29 18:39 Je pense en effet qu'il vaut mieux s'abstenir de participer à ce genre d'exercices. D'autant que ton discours (en général), chère Sophie, n'est pas "politiquement correct" donc il n'intéresse pas - par principe - les grands médias.

Il leur faut du larmoyant, du culpabilisant, du victimaire…

Filmer 4 heures pour n'en garder qu'une minute illustre, si besoin était, que l'argent de la redevance est bien mal utilisé.

Nous sommes contraints d'apporter notre obole au système dominant. Il y a de quoi se révolter !

Cependant, ce focus reste de mon point de vue utile (tout comme ta participation tronquée).

Comme je l'écrivais plus haut, en cette période où la stigmatisation des "chômeurs fainéants" revient au galop (même plus besoin de Sarkozy et de ses aboyeurs), rappeler que le chômage est une souffrance n'est pas une vaine piqûre.

Je considère donc que le résultat n'est pas "catastrophique". Loin s'en faut.

Il est certain que nous aurions préféré entendre notre Sophie dans son registre de prédilection : "Si le travail ne veut pas de moi, je ne veux plus du travail !". Ou encore : "Le chômage étant voulu et entretenu, accordons aux exclus les moyens de vivre décemment". Pour faire simple…

Mais là aussi, je suis dans une approche minimaliste (voire caricaturale) de ton discours. Je m'en excuse.

À l'occasion, n'hésite pas à sortir de ta retraite pour remettre quelques points sur les "i" et quelques barres aux "t". ;-)

Amitiés

Yves
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Mentor 2014-11-23 18:04 "À l'occasion, n'hésite pas à sortir de ta retraite pour remettre quelques points sur les "i" et quelques barres aux "t". ;-) "

Sans vouloir jouer les anciens combattants mais avec plus de maturité, un job bien ancré (et un célibat récent qui me délit de toute contrainte familiale), je vous suis fidèle Sophie & Yves ;-)

Bonne retraite anticipée…et amplement méritée, Sophie !

Fidèle amitié, Yves

Mon bonjour à toutes et tous !

Vincent
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Gunder 2015-05-05 14:10 Merci Sophie

cela m'est arrivé aussi comme médecin du travail à la Poste… une minute de film pour plus d'une heure de "production"…

je pars sur un constat comme le votre, on peut vivre bien hors du système "travail"…

Ex médecin du travail, je souhaite vous rencontrer pour participer à la mise en place d'un suivi "santé au travail" des personnes chercheuses d'emploi.

Il semble exister un vrai besoin et une vraie souffrance à ce niveau ci et étant moi même en disponibilité temporaire pour raisons "philosophiques", je souhaiterai apporter ma pierre à l'appel du Psychiatre Michel Debout et de la Psychologue Claude Halmos pour une prise en charge préventive réelle des "exclus" du "marché" du travail.

Bien cordialement,

Dr Y. Gunder

je viens de créer une page fb pour un espace de partage:
https://www.facebook.com/pages/Sant%C3%A9-du-ch%C3%B4meur/844954705593842

merci pour votre témoignage
(voir aussi Philosophie magazine de ce mois de mai 2015)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # faribole 2014-10-30 19:55 ah que ça m'énerve ! cette grosse minute ne raconte absolument pas Sophie. C'est pas que je la connaisse bien, mais en tous cas nos qq contacts m'ont montré qq'1 de totalement différent de cette image-là. Ces "journalistes" de m… qui filment 4 h pour garder les 60 sec qu'ils sont venu chercher… berk… et si c'est leur redac chef qui les a obligés à couper, ils auraient dû refuser, honte sur eux. Je suis désolée Sophie pour ce traitement. Bisous ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # valérie HILLION 2014-11-30 10:20 Bonjour à toutes celles et à tous ceux qui font vivre ce site et qui s'expriment sur ce blog.
Je ne le connaissais pas, c'est l'émission d'arrêt sur images "Pôle emploi a eu le sentiment que le loup entrait dans la bergerie" qui m'y a amenée, grâce à sa référence à Sophie Hancart. Comme au billard, un coup peut mener au but après plusieurs bandes…
J'y ai trouvé des échanges de qualité. Il me semble que Bettyn, Yves et les autres disent dans le fond la même chose. Ils défendent les chômeurs et se battent contre les stéréotypes véhiculés par les médias dominants et les soi-disant élites.
A quand un revenu de base à vie, idée défendue par des économistes et philosophes de plus en plus nombreux ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # TS 2014-12-06 19:57 On sent tout de suite le reportage de commande.

Ils ont bien su utiliser Sophie. Ce n'est pas pour rien que son témoignage est présenté en premier. Il dure moins d'une minute, bien cadré par une voix off pour que le téléspectateur comprenne bien ce que la TV du patronat veut lui faire comprendre: si tu n'es pas obéissant, toi aussi tu auras envie de te jeter de ton balcon.

Ils ont su rendre pathétique ce sujet pour distiller encore plus la peur. Mission remplie pour France2, la voix de son maître.
Je ne pense pas que la TV du capital a envie de laisser entendre à une heure de grande écoute qu'il faut refuser le travail à la mode capitaliste.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...