Actu Chômage

mardi
21 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Rebsamen : Plus mauvais tu meurs !

Rebsamen : Plus mauvais tu meurs !

Envoyer Imprimer

Ah ça, en matière de ministres du Travail et de l'Emploi, on peut dire que nous sommes gâtés ! Pas un pour rattraper l'autre, et moins encore François Rebsamen. Plus mauvais, tu meurs !


Invité ce matin sur les ondes d'Europe 1, François Rebsamen, ministre du Travail, a fait tout son possible pour ne pas avoir à commenter les chiffres du chômage.

Résultat des courses : on sent surtout que "Rebs" ne rêve plus que d'une chose, partir loin, très loin, de cette satanée courbe du chômage qui lui colle aux basques.

«Putain, encore deux ans !», doit se répéter inlassablement, François Rebsamen. Lui qui se rêvait en premier flic de France s’est décidemment fait joué un sale tour par son ami François Hollande. Placé au ministère du Travail, «Rebs» est devenu cet oiseau de mauvais augure pour les Français, obligé de venir leur annoncer les mauvais chiffres du chômage chaque mois, tout en essayant de les convaincre que, tout compte fait, ils ne sont pas si mal que ça.

Invité ce matin d’Europe 1, Rebsamen a dû de nouveau se soumettre à l’exercice. Et à la question fatidique et désormais traditionnelle sur «François Hollande a dit qu'il ne se représentera pas sans inverser la courbe du chômage, vous êtes en quelque sorte son dernier espoir ?», Rebsamen a d'abord répondu par un long soupir qui en dit long sur son enthousiasme actuel. Puis, sans rire, le même a articulé cette phrase : «Non, non, parce qu’il ne s’agit pas d’inverser la courbe du chômage. Il faut faire diminuer le nombre de chômeurs, c’est ce qui pèse sur le moral des français.» Une réponse de Normand de la part d'un Bourguignon, c'est rare... On ne comprend pas trop où il veut en venir. Cherche-t-il à nous expliquer, à juste titre, que la réélection d'Hollande est secondaire par rapport au sort des chômeurs ?

Et d’embrayer vite, très vite, pour éviter d’avoir à annoncer les chiffres du chômage : «Là, j’ai des bonnes nouvelles qui vont être publiées dans la journée (…) Au deuxième trimestre, les déclarations d’embauches ont augmenté de 1,2 %. Elles avaient augmenté de 1,9 % au premier trimestre et il y a un dynamisme des déclarations d’embauches en CDI. On crée de l’emploi dans ce pays, il ne faut pas qu’on croit qu’on détruit de l’emploi».

Ah bon ? Donc le chômage devrait se résorber rapidement… Eh bien non, puisque le ministre du Travail doit faire face à un autre «dynamisme» qui annule l'opération : «On a un tel dynamisme démographique qu’il faut créer suffisamment d’emplois pour faire reculer le chômage. On crée de l’emploi mais on n'en crée pas encore assez pour faire reculer le chômage.»

Donc le chômage ne recule pas, si on le suit bien… Oui, mais non, car nous dit-il, «à la fin de l’année, sur la base des prévisions, moi je suis obligé de me baser sur les prévisions, à cet instant, sur la base des prévisions de croissance à 1,2 %, on aura stabilisé le nombre de demandeurs d’emplois...» Et d’ajouter, dans un murmure, «... et il baissera début de l’année prochaine, fin de l’année.»

Résultat : on ne comprend plus rien et on sent que pour Rebsamen, les vacances sont proches et qu’il n’a qu’une envie, c’est de partir loin, très loin de toutes ces données statistiques et de cette courbe qui ne veut décidément pas se retourner. Surtout, il est bien décidé à ne pas avoir à commenter ces satanés chiffres du chômage. Car face à l’insistance du journaliste qui le questionne de nouveau sur les chiffres que Pôle emploi s’apprête à publier, notre ministre du Travail botte carrément en touche : «Cet outil statistique qui est donc composé des chiffres publiés suite à Pôle emploi… heu... suite au recensement de Pôle emploi, ne constitue pas pour moi un outil statistique le plus fiable et je préfère les statistiques du BIT (le Bureau international du travail, ndlr) ou de l’Insee (l'Institut national de la statistique et des études économiques, ndlr)». Pratique, puisque les chiffres fournis pas l’Insee sont toujours beaucoup moins catastrophiques que ceux délivrés par Pôle emploi. Et de conclure «Je ne fais pas de pari sur les chiffres du chômage, j’agis pour qu’ils baissent».

Source : Marianne.net

Et Actuchomage de rappeler périodiquement dans ses colonnes que François Rebsamen n'est vraiment pas à la hauteur de sa mission (le travail et l'emploi) tant il semble plus la subir que l'investir. Par ailleurs, l'intéressé raconte généralement n'importe quoi, ne maîtrisant visiblement pas les fondamentaux de sa fonction (lire le commentaire).


Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 21 Septembre 2017 19:17 )  

Commentaires 

 
0 # Yves 2015-07-23 18:18 Notre article de mai 2014.

Chômage : L’objectif piteux de Rebsamen est mal engagé

Alors que François Rebsamen s’est fixé pour objectif de faire passer le chômage de catégorie A sous la barre des 3 millions de demandeurs d’emploi d’ici la fin du quinquennat de François Hollande (1), les derniers chiffres disponibles (avril 2014) indiquent une hausse de 14.000 chômeurs dans la catégorie de référence (qui donne une indication très approximative de la réalité du sous-emploi en France).

La catégorie A atteint à présent les 3.364.000 demandeurs.

Plus le temps passe, plus l’objectif de Rebsamen (pourtant minimaliste) s’éloigne.

Rapide calcul : Faire baisser le chômage de 364.000 demandeurs en trois ans impose une baisse de 121.000 par an, soit 10.100 par mois d’ici les prochaines élections présidentielles .

Autrement dit, pour compenser cette dernière hausse et tenir l’objectif fixé, le chômage devra baisser de 34.000 demandeurs en mai (les 20.000 promis en avril et mai + la compensation de la hausse d'avril).

Si par malheur il augmente encore (de 5.000 par exemple), il faudra alors qu'il baisse de 50.000 en juin. Et ainsi de suite… Une spirale infernale !

Autant dire qu'il n'a pas de temps à perdre le Rebs-amène… du boulot pour les chômeurs.

Non seulement l'objectif n'est toujours pas engagé, mais si par miracle il est atteint, il restera JUSTE trois millions de chômeurs de catégorie A en mai 2017… sans compter ceux qui croupissent dans les autres catégories.

Alors, il est pour quand le retour au plein-emploi sur lequel planche le Conseil Indépendant pour la Croissance et le Plein-Emploi mis en place en avril par Arnaud Montebourg, un autre Visionnaire ?

Actuchomage.org

(1) Déclaration du ministre sur Radio Classique et LCI.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # willemijns2 2015-07-23 22:28 http://www.economie.gouv.fr/conseil-independant-croissance-plein-emploi/contributions

des commentaires ? vous avez 4 heures.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...