Actu Chômage

jeudi
23 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Brève occupation d'un Pôle Emploi à Paris

Brève occupation d'un Pôle Emploi à Paris

Envoyer Imprimer
C'est vers 11h, le 4 avril, que quelques dizaines de militants d'associations de chômeurs, munis de sacs de couchage, ont investi l'agence Beaumarchais rue Pelée, dans le XIe.

Ils réclament un rendez-vous avec le premier ministre Jean-Marc Ayrault et un "fonds social d'urgence". Ils ont déployé une large banderole : "Hollande, l'autre pays du chômage" en criant "Le changement, c'est pour quand ?"

Cette action menée par trois organisations — AC! (Agir ensemble contre le chômage), l'APEIS (Association pour l'emploi, l'information et la solidarité des chômeurs et des travailleurs précaires), le MNCP (Mouvement national des chômeurs et précaires) —, avec le soutien de l'association Droit au logement (DAL) et des syndicats SUD et SNU de Pôle Emploi, fait suite à une rencontre mi-mars avec le ministre du travail Michel Sapin, qui les avait fortement déçues. Dénonçant le "mépris de M. Sapin", elles ont demandé jeudi à être reçues par le premier ministre. "Nous ne bougerons pas d'ici", a assuré Zalie Mansoibou (MNCP).

Malgré les appels des associations à "accueillir les demandeurs d'emploi" présents, la direction de l'agence a décidé de reporter les rendez-vous. Mettant en avant un "problème de sécurité", la directrice a expliqué que les agents de Pôle Emploi avaient "fait valoir leur droit de retrait", ne voulant pas "travailler dans ces conditions". Une "honte", un "scandale", "on n'empêche pas le travail des agents, tant s'en faut", "on n'est pas contre vous", ont lancé en réaction les militants associatifs.

(Source : Le Monde)

Voici leur communiqué...

Occupation du Pôle emploi Beaumarchais : pour la mise en œuvre d’un plan d’urgence

Face à la détresse de nombreux chômeurs, face à l'accroissement sans précédent du chômage et de la précarité, nous avons proposé des mesures d'urgence au ministre Michel Sapin, le 15 mars, lors d'une rencontre que nous avions obtenue avec lui. Celui-ci les a rejetées en bloc.

Ce mépris suscite notre colère et nous avons décidé de passer à l'action en occupant ce Pôle emploi à Paris, solidairement, associations de chômeurs et de précaires et syndicats de Pôle emploi.

Nous adressons donc notre demande près du Premier ministre à qui nous demandons de nous recevoir aujourd'hui même.

PLAN D'URGENCE POUR LES CHÔMEURS ET PRECAIRES :

• Mise en place d'un «fonds social d'urgence» pour faire face aux dépenses vitales immédiates (se nourrir, se loger…);
• Moratoire sur les indus;
• Publication de la circulaire sur les radiations transcrivant les préconisations du médiateur national de Pôle emploi;
• Déclenchement automatique d’une allocation de solidarité (ASS ou RSA) pour tous les fins de droits;
• Rétablissement de l'allocation équivalent retraite (AER) dans son intégralité;
• Augmentation substantielle des minima sociaux afin qu’aucun revenu ne soit inférieur au seuil de pauvreté;
• Rétablissement de la dispense de recherche d’emploi (DRE) pour les chômeurs âgés;
• Organisation d'une conférence nationale pour refonder le «plan stratégique 2015» de Pôle emploi devenu obsolète avec un accroissement substantiel des moyens pour faire face à l'augmentation massive du chômage, mais aussi proposer des solutions aux chômeurs en fin de droits.

Enfin, nous considérons essentiel que des mesures concernant le logement y soient associées : l'arrêt des expulsions, la baisse des loyers, la construction de logements sociaux, l'application des lois concernant l'accueil inconditionnel, le DALO et la réquisition de logements vides.

AC! APEIS, MNCP, DAL, SNU-FSU et SUD-Solidaires Pôle Emploi


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 06 Avril 2013 11:32 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...