Actu Chômage

lundi
26 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités La justice britannique condamne le travail gratuit et forcé

La justice britannique condamne le travail gratuit et forcé

Envoyer Imprimer
Deux chômeurs, contraints d'aller travailler gratis pour mériter le versement de leurs allocations, ont refusé ce chantage et osé porter plainte contre le gouvernement. Le 12 février, ils ont obtenu gain de cause. En France, aucun média n'en a parlé.

C'est un camouflet pour le gouvernement ultra-conservateur de David Cameron, dont la haine envers ses chômeurs atteint des sommets et où la stigmatisation des "assistés" bat son plein. Car, outre-Manche et dans le monde anglo-saxon en général, il est commun de confondre allègrement salaire et aide sociale tandis que la notion de "mérite", aussi fallacieuse que chez nous, est, par contre, nettement plus aiguë...

Ainsi, au Royaume-Uni, pour lutter contre le chômage, on lutte contre les chômeurs et le travail forcé est une tradition. Ce pays en récession, qui affiche malgré tout un honorable taux de chômage à 7,8% derrière lequel se cachent exploitation, précarité et pauvreté (elle touche plus de 17% de la population, soit près de 11 millions de personnes), symbolise l'extrême dureté d'un capitalisme particulièrement sauvage et inégalitaire.

Le principe du «workfare-to-work» (allocations en échange de travaux), installé depuis la fin des années 1990, a été enrichi par des «back-to-work schemes» (programmes de réinsertion dans l'emploi) où, pour conserver leur allocation de 65 euros par semaine, les chômeurs sont sommés par les Jobcentre d'effectuer un "stage" non rémunéré dans des organismes communautaires ou dans les rayons de riches grandes enseignes comme Tesco, Poundland, Argos ou Sainsbury’s, jusqu'à 30 heures par semaine pendant un mois. A ceux qui refusent, on coupe les vivres pendant 6 mois.

Un programme inefficace, et jugé illégal

Malheureusement, ces jobs ne sont pas pérennisés et le taux de réinsertion dans l'emploi est nul : une récente étude du gouvernement l'a prouvé, court-termisme, déclassement et absence de volontariat étant le trou noir de ces politiques. Mais le gouvernement persiste et signe au motif de faire comprendre aux chômeurs qu'ils ne doivent pas «jouer avec le système», dixit le ministre de l'Emploi tout en éludant que ce programme permet en revanche aux employeurs de jouer, eux, avec le système en exploitant à l'infini une main d'œuvre abondante et gratuite, comme au bon vieux temps de l'esclavage.

Cait Reilly, 24 ans, jeune diplômée universitaire de Birmingham sans emploi (en photo) et Jamieson Wilson, 40 ans, chauffeur poids-lourd au chômage habitant Nottingham, l'une et l'autre obligés d'aller travailler gratuitement dans un supermarché sous peine de voir leurs allocations suspendues, ont refusé ce chantage, porté plainte et gagné leur procès contre l'Etat britannique. Après plus d'une année de procédure, la Cour d'appel leur a donné raison, jugeant illégale cette méthode de "réinsertion dans le travail".

Le ministère de l'Emploi est donc prié de revoir sa copie et de se mettre en conformité avec le droit. En attendant, les chômeurs peuvent dès à présent refuser ces "stages" sans être sanctionnés, tandis que ceux qui les ont refusés et à qui on a coupé les vivres peuvent réclamer leur dû rétroactivement.

Grâce au courage et à l'entêtement de Cait et Jamieson, coup d'arrêt est porté à cette absurde politique coercitive qui punit et exploite les chômeurs au lieu de les aider, tandis que rappel au respect des conventions internationales est fait (notamment, la Convention n°105 de l'OIT sur l'abolition du travail forcé et la Déclaration universelle des Droits de l'Homme). Une excellente nouvelle qui n'a visiblement pas intéressé les médias français, dont le rôle se limite désormais à produire de vastes écrans de fumée.

SH

Post-scriptum : Cet article n'est pas un poisson d'avril !



Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 04 Avril 2013 12:19 )  

Votre avis ?

Mélenchon estime que "le travailleur détaché vole le pain de celui qui se trouve sur place" (discours du 5/07 devant le Parlement européen). Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...