Actu Chômage

dimanche
23 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer Mobilisations, luttes et solidarités La justice britannique condamne le travail gratuit et forcé

La justice britannique condamne le travail gratuit et forcé

Envoyer Imprimer
Deux chômeurs, contraints d'aller travailler gratis pour mériter le versement de leurs allocations, ont refusé ce chantage et osé porter plainte contre le gouvernement. Le 12 février, ils ont obtenu gain de cause. En France, aucun média n'en a parlé.

C'est un camouflet pour le gouvernement ultra-conservateur de David Cameron, dont la haine envers ses chômeurs atteint des sommets et où la stigmatisation des "assistés" bat son plein. Car, outre-Manche et dans le monde anglo-saxon en général, il est commun de confondre allègrement salaire et aide sociale tandis que la notion de "mérite", aussi fallacieuse que chez nous, est, par contre, nettement plus aiguë...

Ainsi, au Royaume-Uni, pour lutter contre le chômage, on lutte contre les chômeurs et le travail forcé est une tradition. Ce pays en récession, qui affiche malgré tout un honorable taux de chômage à 7,8% derrière lequel se cachent exploitation, précarité et pauvreté (elle touche plus de 17% de la population, soit près de 11 millions de personnes), symbolise l'extrême dureté d'un capitalisme particulièrement sauvage et inégalitaire.

Le principe du «workfare-to-work» (allocations en échange de travaux), installé depuis la fin des années 1990, a été enrichi par des «back-to-work schemes» (programmes de réinsertion dans l'emploi) où, pour conserver leur allocation de 65 euros par semaine, les chômeurs sont sommés par les Jobcentre d'effectuer un "stage" non rémunéré dans des organismes communautaires ou dans les rayons de riches grandes enseignes comme Tesco, Poundland, Argos ou Sainsbury’s, jusqu'à 30 heures par semaine pendant un mois. A ceux qui refusent, on coupe les vivres pendant 6 mois.

Un programme inefficace, et jugé illégal

Malheureusement, ces jobs ne sont pas pérennisés et le taux de réinsertion dans l'emploi est nul : une récente étude du gouvernement l'a prouvé, court-termisme, déclassement et absence de volontariat étant le trou noir de ces politiques. Mais le gouvernement persiste et signe au motif de faire comprendre aux chômeurs qu'ils ne doivent pas «jouer avec le système», dixit le ministre de l'Emploi tout en éludant que ce programme permet en revanche aux employeurs de jouer, eux, avec le système en exploitant à l'infini une main d'œuvre abondante et gratuite, comme au bon vieux temps de l'esclavage.

Cait Reilly, 24 ans, jeune diplômée universitaire de Birmingham sans emploi (en photo) et Jamieson Wilson, 40 ans, chauffeur poids-lourd au chômage habitant Nottingham, l'une et l'autre obligés d'aller travailler gratuitement dans un supermarché sous peine de voir leurs allocations suspendues, ont refusé ce chantage, porté plainte et gagné leur procès contre l'Etat britannique. Après plus d'une année de procédure, la Cour d'appel leur a donné raison, jugeant illégale cette méthode de "réinsertion dans le travail".

Le ministère de l'Emploi est donc prié de revoir sa copie et de se mettre en conformité avec le droit. En attendant, les chômeurs peuvent dès à présent refuser ces "stages" sans être sanctionnés, tandis que ceux qui les ont refusés et à qui on a coupé les vivres peuvent réclamer leur dû rétroactivement.

Grâce au courage et à l'entêtement de Cait et Jamieson, coup d'arrêt est porté à cette absurde politique coercitive qui punit et exploite les chômeurs au lieu de les aider, tandis que rappel au respect des conventions internationales est fait (notamment, la Convention n°105 de l'OIT sur l'abolition du travail forcé et la Déclaration universelle des Droits de l'Homme). Une excellente nouvelle qui n'a visiblement pas intéressé les médias français, dont le rôle se limite désormais à produire de vastes écrans de fumée.

SH

Post-scriptum : Cet article n'est pas un poisson d'avril !



Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 04 Avril 2013 12:19 )  

Commentaires 

 
# MacG 2013-04-01 20:46 J'espère que ce n'est pas un Poisson d'avril ; ) parce que ça fait plaisir une nouvelle comme ça.

Économiquement, le travail forcé (et même le travail sous-payé) est de toute manière une débilité sans nom. Il n'y a que les ultra-libéraux et leurs suiveurs qui sont assez bêtes pour (vouloir) le mettre concrètement en œuvre. Mais c'est bien le fait d'un aveuglement idéologique criminel de cette droite moralisatrice totalement déconnectée qui conduit à ces aberrations. C'est le vieux barbu qui avait raison : le capitalisme déchaîné s'annihile lui-même et la spirale autodestructric e qu'il initie inexorablement le conduit tout au fond des chiottes, nous avec. Dommage que ses tenants l'aient oublié.

J'espère que cette affaire sera relayée en Allemagne par les médias alternatifs (les lèche-boules de la presse mainsteam, je n'y crois guère) parce que là-bas aussi il y en a des procès à mener.

P.S. La conclusion de l'article du Guardian fait quand même froid dans le dos.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# superuser 2013-04-01 21:39 En effet…

A (re)voir le documentaire de Frédéric Brunnquell, NOS VIES DISCOUNT :

www.youtube.com/watch?v=rDmfdilogBE
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# diety 2013-04-02 01:37 Citer:
J'espère que ce n'est pas un Poisson d'avril ; ) parce que ça fait plaisir une nouvelle comme ça.

et notre déception serait grande si ce n'était qu'un poisson d'avril.

J'ai fait quelques recherches sur google en anglais, avec pour mots clé
Citer:
"forced labour" unemployed cait reilly Jamieson Wilson
(travail forcé, chômeur et les noms des deux courageux chômeurs)

On trouve des réponses dans pas mal de médias et journaux anglais, pour moi l'info est fiable. Ce serait bien si elle était reprise sur arretsurimages et d'autres sites d'une fréquentation importante.
Merci, Sophie, rien échappe à ta veille !
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# superuser 2013-04-02 11:47 C'est notre amie Murie qu'il faut remercier : elle a signalé l'affaire sur le forum. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
-1 # HEP 2013-04-03 06:34 Aller travailler dans de grandes enseignes privées je trouve cela immoral mais aller travailler pour nettoyer les rues et les campagnes je trouve cela normal quand on reçoit une rémunération de la communauté. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
+1 # MartineG 2013-04-03 13:17 Tout travail mérite salaire, monsieur. Une allocation de chômage (qui, je vous le rappelle, est un retour de cotisations à une assurance) ou un minima social (garanti par l'alinéa 11 du Préambule de notre Constitution) ne sont pas un salaire. Faire travailler quelqu'un gratuitement en contrepartie de ses allocations est illégal. Le travail gratuit ne peut exister que dans la mesure où il s'accomplit avec l'assentiment de l'intéressé, et cela s'appelle du bénévolat. Dans le cas contraire, c'est de l'exploitation et de l'esclavagisme. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# superuser 2013-04-03 13:55 C'est d'ailleurs pourquoi, en France, ils n'ont jamais osé faire bosser gratuitement les RSAstes : le fumeux CUI de 7 heures est payé au Smic, et sa maigre rémunération vient se rajouter au RSA. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# superuser 2013-04-03 15:17 Le gouvernement Cameron a annoncé de nouvelles coupes dans les prestations sociales

[…] Interrogé pour savoir s'il pourrait vivre avec un peu plus de 60 euros par semaine, Ian Duncan Smith, ministre du Travail, répond qu'il le "ferait s'il le devait". Sa photo est à la Une de l'Independent qui souligne qu'il habite dans la luxueuse résidence (datant du 16e siècle, avec piscine et cours de tennis) de son épouse millionnaire et qu'il ne paie pas de loyer bien sûr.

Le journal évoque aussi la "bedroom tax", la taxe chambre à coucher qui frappera les familles qui bénéficient de l'aide sociale dans un appartement à plusieurs pièces, dont une est inutilisée. Ainsi une famille de 2 enfants dans un appartement de trois chambres verra l'aide qu'elle perçoit baisser de 14% parce que les enfants ont tous les deux moins de 10 ans, et qu'ils devraient donc partager la même chambre.

Lire la suite => www.arretsurimages.net/vite.php?id=15371
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# pqjvld 2013-04-05 15:55 Une différence, c'est que les maîtres ont intérêt à ce que leurs esclaves restent en bon état, puisqu'ils les ont achetés, si j'ose dire. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# Mona 2013-04-05 19:08 Si ce n'est pas un poisson c'est super !!! Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# superuser 2013-04-07 20:35 Cet abruti de David Cameron continue à affirmer que dépendre de l'Etat-providence est devenu "un choix de style de vie" pour certains de ses concitoyens :

www.lemonde.fr/europe/article/2013/04/07/vivre-des-aides-sociales-est-un-choix-de-style-de-vie-pour-david-cameron_3155524_3214.html
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# hervé85 2013-04-08 12:22 Je comprends les mots de superuser, car ce premier communiant de Cameron s'acharne toujours plus contre les gens exclus du système et non contre le système d'exclusion. Tant de mépris, de cynisme , de méchanceté appelle un entartrage de 1ère catégorie. Que fait notre ami belge! Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# superuser 2013-04-25 00:20 Le STO, une vieille tradition au Royaume-Uni

En Grande-Bretagne, entre 1929 et 1939, des chômeurs ont été mis au travail forcé par… le Parti Travailliste. Un scandale révélé par le Sunday Times grâce aux recherches de David Colledge et Warren Lahin. Plus de 200.000 chômeurs ont été envoyés et exploités dans 25 camps de travail durant cette période :

www.la-bas.org/article.php3?id_article=2744
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...