Actu Chômage

jeudi
23 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Chômage de longue durée : l'exemple de New Fabris

Chômage de longue durée : l'exemple de New Fabris

Envoyer Imprimer
Alors que se tient aujourd'hui à l'Elysée le «sommet social», gros plan sur les chômeurs de longue durée avec les anciens de New Fabris, à Châtellerault. La fermeture de l'équipementier automobile avait défrayé la chronique, en juillet 2009, lorsque les employés avaient menacé de faire sauter l'usine.

Avec 2,8 millions de demandeurs d'emploi officiels, le chômage a atteint en France son plus haut niveau depuis 12 ans. Pour les chômeurs de longue durée, il est devenu très difficile de retrouver un travail.

C'est le constat des anciens salariés de New Fabris, à Châtellerault dans la Vienne. En juillet 2009, les salariés de New Fabris plaçaient des bonbonnes de gaz dans leur usine. En vain. L'équipementier automobile a plié bagage. Le plan social a eu lieu. Résultat : 366 salariés sur le carreau. Un tiers d'entre eux avait déjà plus de 50 ans à l'époque. Et c'est pour ces seniors que la situation est la plus compliquée.

Pourtant, ils ont bénéficié d'une cellule de reclassement spécifique. Beaucoup en ont profité pour suivre une formation. Jean-Claude, presque 58 ans dont plus de la moitié chez New Fabris, était régleur : il est devenu cariste. Mais il ne trouve pas de travail. “Y'a que dalle. Les vieux, ils sont bons à jeter aux chiens. Pôle Emploi m'envoie toujours des messages sur Internet où il est dit : il faut avoir le bac, il faut avoir ceci, il faut avoir cela. Qu'est ce que vous voulez faire avec ça ? On n'a peut-être pas le cerveau mais on a les mains”.

La reconversion n'est pas synonyme de succès. Eric Muller a 53 ans. Ce grand gaillard a profité de la cellule de reclassement pour repasser son permis poids lourds. Il a été embauché une fois par une boîte d’intérim, un contrat de cinq jours seulement. Il a beau élargir ses recherches, rien ne se passe : “Je suis prêt à faire n'importe quoi. J'ai envoyé des CV dans le bâtiment. J'ai aussi mis des prospectus dans les boites aux lettres pour proposer mes services en bricolage, entre 700 et 800 papiers. Mais rien”.

Pour l'instant, les anciens salariés de New Fabris sont toujours inscrits à Pôle Emploi. De deux ans pour les moins de 50 ans, la durée des droits est poussée à trois ans pour les seniors avec les allocations qui vont avec.

Sauf que le couperet va bientôt tomber. La fin des droits pour la plupart, ce sera cet été. Ils seront radiés de Pôle Emploi. Avec l'ATS (allocation transitoire de solidarité) dans le meilleur des cas, sinon l'ASS (allocation de solidarité spécifique) ou le RSA (revenu de solidarité active) comme seules perspectives.

Pour Patrick, 58 ans, qui n'a connu qu'un seul employeur de toute sa vie (deux avec Pôle Emploi, dit-il), la pilule est dure à avaler : “Ça va me remettre un coup d'épée dans le ventre. Je demande à ma femme de ne pas trop travailler quand je serai en fin de droits car si elle gagne plus de 1.000 euros, je n'aurais rien”.

La situation des anciens New Fabris n'est pas isolée à Châtellerault. Ici, 40% des salariés du privé travaillent dans l'industrie. Et quand le secteur tousse, tout le monde s'enrhume, à commencer par les plus de 50 ans. C'est l'analyse d'Eric Meunier, le directeur de la Maison de l'économie, de la formation et de l'emploi du pays châtelleraudais : “Du fait de la pyramide des âges dans les entreprises industrielles, nous sommes encore plus touchés que les autres par la flambée du chômage des seniors. Car les personnes qui sortent de ces entreprises ont souvent plus de 50 ans. En plus nous avons beaucoup d'entreprises d’intérim, et elles recrutent rarement à niveau CAP/BEP mais plutôt au niveau bac a minima”.

Résultat, il y a peu de perspectives d'embauches dans le coin pour les anciens New Fabris, comme d'ailleurs pour les autres seniors qui cherchent du travail. Le nombre de demandeurs d'emplois de plus de 50 ans a d'ailleurs augmenté à Châtellerault de près de 80% en trois ans.

(Source : France Info)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 30 Octobre 2012 15:56 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...