Actu Chômage

vendredi
18 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Chômeurs en fin de droits : Les miettes de Sarkozy

Chômeurs en fin de droits : Les miettes de Sarkozy

Envoyer Imprimer
AC! Agir ensemble contre le chômage réagit au discours de Nicolas Sarkozy sur les dispositions annoncées pour les chômeurs en fin de droits.

«Personne sur le bord de la route» ? Le compte n’y est pas !

Sarkozy a lui-même fait non-réponse gouvernementale, un scandale pour les chômeurs en fin de droits, sans rien pour survivre ! Il ne s’agit pas de la prolongation des droits à l’ASS (Allocation de Solidarité Spécifique) mais d’un assistanat de six mois et, sous couvert de la formule démagogique «droits et devoirs», la menace d’un travail obligatoire : n’importe quel emploi à n’importe quel prix; sinon, plus rien pour vivre.

Cela ne suffira pas à pacifier le dialogue social avant le prochain et énième sommet du même nom. Pour les chômeurs et précaires, le compte n’y est pas : en effet, plutôt que de prolonger l’indemnisation par l’assurance chômage des personnes - comme nous l’exigeons - et de modifier les injustes conditions d’accès aux minima sociaux comme l’occasion lui en est donnée, il décide la création d’un nouveau dispositif, temporaire, ne garantissant qu’un revenu de misère.

Sarkozy doit revoir sa copie.

Les salarié(e)s, avec ou sans emploi, doivent ensemble poursuivre la mobilisation pour imposer l’indemnisation de toutes les formes de chômages et de précarités par une allocation personnelle garantissant un revenu en aucun cas inférieur au Smic mensuel, la continuité des droits sociaux, le libre choix de son emploi et de sa formation.

Alain Marcu pour l'association AC!
21ter rue Voltaire 75011 Paris
www.ac-chomage.org

NDLR : Attention, cette «allocation temporaire de crise» (456 € par mois pendant six mois : super, le «filet de sécurité» !) ne concernera… que 80.000 chômeurs sur les 360.000 fins de droits évoqués, pour un coût de 220 millions d'euros sur les 860 millions engagés.
Nicolas Sarkozy a précisé que les bénéficiaires de cette aide exceptionnelle ne pourront pas refuser, en échange, un contrat aidé ou une formation qui leur seraient proposés par Pôle Emploi : on frise donc le STO.

Une mobilisation nationale des chômeurs et précaires est prévue pour le lundi 3 mai.
Plus d'infos dans un prochain article...


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 31 Mai 2010 15:19 )  

Votre avis ?

Que vous inspire l'élection d'Emmanuel Macron ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...