Actu Chômage

lundi
22 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer Mobilisations, luttes et solidarités La démolition en marche de nos acquis sociaux

La démolition en marche de nos acquis sociaux

Envoyer Imprimer
Il y a soixante-six ans, les résistants avaient inventé une société plus juste. Aujourd'hui, elle est en pièces.

Les jours heureux. Merveilleux titre qui claque comme une insolente promesse d'espoir dans la nuit noire de 1944. Il fallait un sacré culot aux chefs de la Résistance, des gaullistes aux communistes, réunis clandestinement le 15 mars de cette année, pour adopter à l'unanimité le programme du Conseil national de la Résistance (son titre faisait référence à un film et une pièce de théâtre à succès). Non content de préparer la libération de la France, celui-ci posait déjà les bases d'une «véritable démocratie économique et sociale» : la Sécu, les retraites par répartition, les droits des travailleurs dans l'entreprise, les services publics… toutes ces réformes engagées à la Libération en sont issues.

Un monument pour l'Histoire, une vieillerie que ce programme éblouissant ? En plein débat sur les retraites, il se révèle d'une brûlante actualité. Denis Kessler, l'ex vice-président du Medef, ne s'y était pas trompé, lui qui déclarait en octobre 2007 au magazine Challenges à propos de la liste des réformes à engager par Nicolas Sarkozy : «C'est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s'agit aujourd'hui de sortir de 1945 et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance».

Sa réédition aux éditions de La Découverte, soixante-six ans plus tard, va bien au-delà de la leçon d'Histoire. Jean-Luc Porquet, le journaliste du Canard enchaîné auquel revient cette initiative, a voulu montrer, spécialistes à l'appui, «comment Sarkozy accélère sa démolition». Vingt-cinq ans de détricotage de notre système social, des retraites à la Sécu (la gauche socialiste n'est pas épargnée), sont racontés avec les dates clés, montrant ce qu'on n'avait pas forcément saisi à chaud : la logique perverse du démantèlement global de notre système de protection. En 1993, la réforme du gouvernement Balladur apparaît ainsi comme un des points de rupture essentiels ayant provoqué une baisse de l'ordre de 36% du niveau des retraites en raison du changement de leur mode de calcul : allongement de la durée de cotisation, prise en compte de la moyenne des 25 meilleures années au lieu des 10, et indexation sur le coût de la vie au lieu de l'évolution des salaires.

Les auteurs ne nient pas les nouvelles questions d'aujourd'hui (allongement de la durée de vie, assèchement des comptes publics sous l'effet du libéralisme puis de la crise mondiale…), ils pointent juste la lente démolition d'un modèle que la gauche, notamment, n'a pas su protéger. Au fond, rien de moins que la question du partage des richesses, et l'idéal d'un monde plus juste auquel aspiraient les résistants de 1944.

Ce programme et ce livre qui le fait revivre ont été la vedette d'un rassemblement plein d'espoirs, le 16 mai dernier, sur le majestueux plateau des Glières, haut lieu de la Résistance en Haute-Savoie. Sans slogan ni banderole, près de 3.000 personnes se sont retrouvées à l'initiative d'une petite association savoyarde, «Citoyens résistants d'hier et d'aujourd'hui», contre la démolition du programme du CNR. Sous le parrainage des grands résistants Raymond Aubrac et Stéphane Hessel, on y a parlé retraite, sécurité sociale pour tous, médecine de quartier, justice, liberté de la presse. Une réunion d'anciens combattants ? Tout le contraire. A 1.500 mètres d'altitude et à 2°C (bien pesés), il flottait sur le plateau des Glières un air… vivifiant. L'idée d'un possible. Une sorte de mini-laboratoire de refondation de la gauche.

Thierry Leclère pour Télérama


RAPPEL : En 2005, treize vétérans du Conseil National de la Résistance nous appelaient à lutter contre les attaques d'une droite qui s'emploie à détruire toutes les conquêtes sociales de la Libération, dont la sécurité sociale et notre système de retraite :



«Comment peut-il manquer aujourd'hui de l'argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l'Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels, et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menacent la paix et la démocratie.»

Mis à jour ( Mercredi, 16 Novembre 2011 07:24 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2010-05-27 15:29 On l'oublie trop souvent, mais c'est la Deuxième guerre mondiale qui a mis fin à la crise de 1929. La guerre fait, d'ailleurs, partie des options envisagées par l’«oracle Attali» suite à cette nouvelle crise.

Faudra-t-il donc à nouveau en passer par là pour qu'à son issue, un futur CNR n'élabore enfin un programme qui redonne toute sa place à l'humain et rétablisse une volonté civilisatrice dans son fonctionnement ?
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Lufagi 2010-05-28 19:33 Pour les personnes qui ont comme moi leur vie habillée avec la précarité et qui va de plus en plus dans la misère je crois que l'on est amené à le penser…J'avais lu sur un site que ce gouvernement qui envisage une nouvelle organisation mondiale voulait même décimer les gens non employable/utilisable par des contraintes tellement difficiles …alors forcément si on pouvait tous se suicider Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Orwell 2010 2010-05-31 13:18 Réponse à Superuser:
Il est vrai que le chômage de masse habite l'Europe depuis 1929, l'année où la mondialisation économique devenait évident pour tous. Les périodes 1933/1945 (armement massif et économie de guérre), et 1949/1973 (Trentes Glorieuses) étaient des périodes d'exception. Je ne crois pas que nous aurons des guérres entre pays,mais plutôt une guérre civile silentieuse, une implosion de l'ordre social.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # avaroa 2010-06-25 16:40 une vraie fatigue s'empare des gens qui ont accepté tous les compromis pour un résultat destructeur !
les choses vont vite; ce tourbillon est voulu parce qu'il empêche l'analyse les changements imposés par ceux qui détiennent les manettes du pouvoir.
quand on veut faire passer en force une loi on commence d'abord par fustiger une partie de la population…la tactique est connue ! quand on veut attraper un animal dans un enclos, on l'isole du troupeau …ça simplifie le travail !
tout passe comme une fleur y compris le nombre des manifestants/retraites, minoré par les politiques !
mais l'erreur c'est de croire que le peuple va plier encore et encore…
à l'évidence les pro sarko et anti sarko vont en venir aux mains …une guerre civile se prépare t-elle ?
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...