Actu Chômage

samedi
23 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Le «plan rebond pour l'emploi» ne sera pas reconduit

Le «plan rebond pour l'emploi» ne sera pas reconduit

Envoyer Imprimer
On s'en doutait, Marianne confirme. De toutes façons, ce vrai faux plan est un fiasco et, pour le gouvernement, la crise est déjà finie.

Le «plan rebond pour l'emploi», destiné aux chômeurs en fin de droits ne pouvant prétendre à aucune allocation de remplacement, a été conclu en avril. «Mesure de solidarité exemplaire», dispositif «très généreux» (705 millions pris en charge par l'État et l'Unedic, quelque 130 millions par les régions), le gouvernement s'est gargarisé d'éloges autour d'un écran de fumée qui était voué à l'échec...

Pourquoi ?

Parce qu'il a d'abord été élaboré sur un diagnostic biaisé afin de coûter le moins possible, et qu'il a pris la forme d'une usine à gaz s'articulant sur du réchauffé, du précaire et de l'hypothétique. En clair, pour masquer son incompétence et surtout sa pingrerie, le gouvernement a fait en sorte que l'on brasse beaucoup d'air.

Ensuite, parce qu'il a été lancé dans le chaos le plus complet, les salariés du Pôle Emploi et de la CAF étant submergés : on s'est vite aperçu que sa mise en œuvre serait lourde et que le traitement des dossiers allait prendre plusieurs mois en comptant l'inévitable flottement de l'été.

Enfin, malgré l'effet d'aubaine généré par les contrats aidés — 520.000 signés en 2010, un record en matière de traitement social du chômage —, les crédits ont été rapidement épuisés : le robinet est fermé depuis juillet pour les CUI-CIE du secteur marchand, et depuis novembre pour les CUI-CAE du secteur non-marchand. Quant au succès des 70.000 formations rémunérées inclues au programme, nul n'en a fait l'écho...

Qui en a bénéficié ? Quel a été son coût réel ?

Vu le petit nombre d'élus avoué par le secrétaire d'Etat à l'Emploi sous la pression de la CGT (85.000 contrats aidés sur 170.000, 35.000 formations sur 70.000, et seulement 8.000 récipiendaires de l'allocation d'attente sur les 80.000 prévus), il semblerait que les 800 millions n'aient été dépensés qu'à moitié. Alors que la CGT s'indignait de l'absence de données chiffrées sur le dispositif, avant d'être congédié, Laurent Wauquiez avait promis qu'un point précis serait fait à l'occasion du prochain comité de suivi, le 18 novembre. On l'attend toujours...

Interrogé par Marianne, le cabinet du nouveau ministre du Travail Xavier Bertrand a argué qu'il est encore trop tôt pour faire un bilan — les statistiques, leur a-t-on dit, étant en cours de compilation. Il a confirmé que ce plan, mis en place pour «répondre à une situation de crise particulière», n'avait pas vocation à être reconduit. Et Marianne de conclure que les centaines de milliers de chômeurs en fin de droits et sans ressources seront ravis d'apprendre que la «situation de crise particulière» est terminée.

Pourtant — et c'est la raison fondamentale de ce fiasco —, la création d'emplois n'a pas suivi, et elle ne suivra pas davantage en 2011... Dans ces conditions, tel un vieux pansement sur une jambe de bois, le «plan rebond pour l'emploi» ne pouvait que faillir. Et le reconduire semble tout aussi vain tandis que l'heure est aux restrictions budgétaires, y compris sur les crédits consacrés à l'emploi.

Dans ces conditions, s'il s'agissait de «ne laisser personne sur le bord de la route», il aurait été tellement plus simple d'assouplir l'accès à l'ASS et au RSA ! Mais ça aurait coûté beaucoup trop cher à un gouvernement qui pratique le déni de réalité, préfère reverser l'argent public aux plus riches, prône que les chômeurs sont responsables de leur situation et ne jure que par le "plein emploi"… précaire et sous-payé. Tandis que 2011 sera une année blanche pour la poignée de nuisibles qui vont désormais concentrer leurs efforts sur l'échéance de 2012, elle sera une année noire pour ceux et celles que la crise continue inexorablement de frapper.

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 21 Octobre 2011 08:30 )  

Commentaires 

 
0 # camélia 2010-12-10 19:58 Excellent article ! Un ministre du travail qui profère de telles absurdités alors que les chiffres du chômage sont faussés comme d'habitude ça me hérisse !! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # camélia 2010-12-10 20:03 il serait temps de faire autre chose que de l'improvisation et d'aider réellement les personnes à retrouver du travail…dans mon entourage on se passe généralement de pôle emploi pour cela et on préfère les candidatures spontanées qui fonctionnent bien mieux…l Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2010-12-10 23:27 D'aider les personnes à retrouver du travail ? Mais quel travail ?
Aujourd'hui, il n'y a que des petits boulots jetables et au Smic qui ne permettent ni de vivre, ni de se projeter (et en plus, pas pour tout le monde) !

Et qu'est-ce qu'on fait en attendant "la reprise" ? On crève gentiment la bouche ouverte ?

Il ne faut pas se voiler la face : tant qu'il manquera des emplois dignes, il faut continuer à indemniser les gens. Ne pas le faire, c'est les condamner à la mort sociale. Sinon, autant les euthanasier, ce serait moins hypocrite et cruel.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # camélia 2010-12-11 16:07 Je comprends votre découragement mais ne partage pas entièrement votre pessimisme, il reste encore heureusement des emplois durables et ceux-ci peuvent être accessibles comme je disais en utilisant la méthode de la candidature spontanée, je l'ai constaté chez de nombreux collègues contractuels arrivés chez nous par ce biais qui gagnent autant que leurs collègues fonctionnaires, ont droit aux mêmes congés et sont présents depuis de nombreuses années, évidemment ils aimeraient aussi avoir le statut de fonctionnaire mais ça c'est encore un autre problème …bonne journée… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # marie-christine83 2010-12-12 15:37 @ camélia

Ce n'est pas du "découragement" ce que dit superuser c'est une constatation !
Les emplois dont vous parlez apparemment sont ces emplois de contractuels peut être à l'éducation nationale et là évidemment ce ne sont pas des emplois marchands dans des entreprises privées et là encore je peux dire qu'en effet les "candidatures spontanées" ne fonctionnent pas du tout donc on en revient à ce que dit superuser il n'y a pas pas de travail pour tous et si jamais il y en a dans certains secteurs d'activités professionnels il faut voir dans quels emplois et dans quelles conditions !
Bon dimanche !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2010-12-13 13:22 L'emploi contractuel dans la fonction publique je connais un peu.
Pour en obtenir un, il vaut mieux avoir un bon réseau. (les annonces ne fleurissent pas à Pôle emploi pour y pourvoir)

Par ailleurs, ce sont des emplois jetables et l'Etat, les collectivités territoriales ne sont pas pressées pour vous indemniser une fois que c'est terminé (si vous pouvez y prétendre)

En outre, tout ceci ne concerne que peu d'emplois, alors que nous sommes des millions à ne pas avoir d'emploi.

Par ailleurs, un contractuel ne bénéficie pas des mêmes avantages qu'un titulaire. (autrement on embaucherait plus de titulaires si c'était le cas)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2010-12-13 13:29 La candidature spontanée c'est utilisé par tout le monde.
C'est le BA-BA de la recherche d'emploi qui est ressassé aux
demandeurs d'emploi.

Par exemple, sur le site de la ville de Versailles on peut lire:

Citer:
la Ville reçoit entre 6000 et 7000 candidatures par an (aux deux-tiers spontanées),

(source: http://www.versailles.fr/economie-commerce/emploi/ )

Cela montre l'ampleur du phénomène.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Actuchomage tire sa révérence début 2019 (faute de sous et d'énergie pour poursuivre l'aventure engagée en 2004). Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...