Actu Chômage

jeudi
14 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités APL : Stop aux économies sur les plus modestes !

APL : Stop aux économies sur les plus modestes !

Envoyer Imprimer
Ci-dessous, un communiqué de la Fondation Abbé Pierre qui dénonce la mise en danger des APL.

En période de recherches d’économies budgétaires, les 17 milliards d’aides personnelles au logement sont manifestement menacées.

Elles jouent un rôle social plus que jamais indispensable pour empêcher les ménages modestes de basculer dans la pauvreté ou la grande exclusion.

«L'effort pour l'armée doit être compensé par des économies sur le logement et la santé», a confirmé le ministre des Finances Michel Sapin le 30 avril dernier, dans la perspective du projet de loi de finances pour 2016, à l’occasion duquel Bercy viserait «1 à 2 milliards d’économies» sur les APL.

Face à la multiplication des discours simplistes sur des aides qui seraient inflationnistes, contre-productives, hors de prix ou mal réparties, la Fondation Abbé Pierre rappelle quelques faits à garder en mémoire avant tout arbitrage budgétaire à courte vue :

- Les aides personnelles au logement ont déjà été recentrées socialement à de multiples reprises, et bénéficient aujourd’hui aux ménages les plus modestes, si bien qu’elles remplissent un rôle de réduction de la pauvreté aussi important que les minima sociaux. Le seuil d’exclusion des APL (niveau de ressources à partir duquel on ne bénéficie plus des aides) est situé autour du Smic pour une personne isolée. 49 % des allocations sont attribuées aux 10 % des ménages les plus pauvres de la population.

- Il n’existe pas à ce jour de consensus scientifique à propos d’un effet inflationniste des APL sur le montant des loyers, et encore moins une évaluation fiable de cet éventuel effet.

- Si l’effet inflationniste des APL n’est pas évident, l’effet déflationniste sur les loyers de leur baisse l’est encore moins. Au contraire, tout laisse à penser qu’une réduction des APL se traduirait, comme ce fut le cas récemment au Royaume-Uni, par une baisse des revenus des ménages allocataires plutôt qu’une baisse de leurs loyers.

Les causes de la hausse des APL ces dernières années sont connues : Une précarisation massive des couches populaires et une hausse inédite des loyers en particulier dans le parc privé.

C’est en s’attaquant à ces deux causes structurelles, notamment en produisant du logement accessible financièrement aux bénéficiaires de l’APL et en encadrant les loyers privés, que l’Etat pourra, à terme, espérer faire des économies. Pas en s’attaquant aux pauvres.

À quelques jours de la remise des conclusions du groupe de travail parlementaire et de l’engagement des débats sur le budget 2016, la Fondation Abbé Pierre restera extrêmement vigilante sur tout projet visant à rogner ou geler les APL. Celles-ci méritent au contraire, à bien des égards, d’être revalorisées (suppression du mois de carence, doublement du forfait charges, réduction du non-recours…) pour permettre aux ménages pauvres et modestes fragilisés par la crise économique de se loger dans de meilleures conditions et éviter au maximum les expulsions locatives.

Si certaines réformes pour une meilleure gestion des APL sont envisageables, elles doivent être précédées d’une étude d’impact fiable pour ne pas fragiliser les ménages pauvres et modestes, et les sommes qui pourraient être économisées doivent être redéployées vers les allocataires APL dans la nécessité.

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 21 Mai 2015 12:57 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...