Actu Chômage

mardi
23 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Expulsion du 2 rue de Valenciennes : Délibéré le 11 septembre

Expulsion du 2 rue de Valenciennes : Délibéré le 11 septembre

Envoyer Imprimer
La décision du tribunal d’instance concernant la demande d’expulsion des habitants du 2, rue de Valenciennes à Paris, immeuble occupé par des jeunes et des familles sans logis soutenus par DAL et Jeudi Noir, sera rendue mercredi 11 septembre.

Extraits d'un Communiqué du DAL (Droit Au Logement) et de Jeudi Noir.

Les enjeux pour les occupants sont considérables. La SNC 2 rue de Valenciennes demande l’expulsion des habitants sans délai. La décision pèsera lourd. Être expulsés de cet immeuble réquisitionné, c’est reprendre l’errance d’hôtel en hôtel, ou le canapé des copains ou de la famille, jusqu’aux nuits dans la rue ou dans une voiture.

Les habitants ont tous déposé une demande de logement social, parfois depuis plusieurs années. Beaucoup sont reconnus prioritaires DALO et n’ont pas été relogés dans les délais par l’État.

Que souhaitent les habitants et leurs soutiens - DAL et Jeudi Noir ? Le relogement et la transformation du bâtiment en logements sociaux, comme le 24 rue de la Banque, désormais un immeuble HLM.

Dans un premier temps, le Maire du Xe a été saisi par les habitants et les associations afin qu’une solution de relogement soit trouvée, avec le concours de l’État, de la ville et des bailleurs sociaux. Mais il faut du temps (…).

La SNC 2 rue de Valenciennes est gérée par deux promoteurs espagnols détenant chacun 1% des parts. Les 98% restant sont détenus par une société domiciliée à Amsterdam, gérée par la filiale d’un groupe luxembourgeois. (…)

Ce bien a été acquis par la SNC en 2003, au prix de 2,7 millions d'euros. Après l’occupation de l’immeuble, le propriétaire a décidé de vendre. La ville de Paris, lancée dans une politique intensive de réalisation de logements sociaux, a préempté et a proposé en mai dernier de l’acquérir au prix de 4,3 millions d’euros (soit une plus-value de 56 %). Le propriétaire a rejeté l’offre. Il  en veut 7,2 millions. (…)

Le propriétaire a, en parallèle à la demande d’expulsion, initié une nouvelle procédure, dirigée cette fois contre les organisations qui défendent les occupants : Droit Au Logement et deux militants de Jeudi Noir.

Nous sommes donc poursuivis devant le TGI de Paris, accusés d’avoir fait subir un préjudice dont le montant s’élèverait aujourd’hui à plus d’un million d’euros !

L’association Droit au Logement et le collectif Jeudi Noir sauront se défendre et ne sont pas impressionnés par cette lourde et inédite menace judicaire !

Défendre des familles avec enfants et des sans logis est une nécessité morale et constitue le fondement de notre action.

Le propriétaire affiche ainsi trois objectifs : Jeter les habitants à la rue - Revendre son bien en triplant la mise - Détruire deux organisations de défense des mal logés et des sans logis.

Une première manche se joue mercredi 11 septembre. La justice prononcera-t-elle l’expulsion des habitants ? (…)

Plus d'infos sur www.jeudi-noir.org

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 09 Septembre 2013 16:32 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...