Actu Chômage

jeudi
19 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Pôle Emploi : plus de marge aux conseillers ?

Pôle Emploi : plus de marge aux conseillers ?

Envoyer Imprimer
La nouvelle feuille de route de Pôle Emploi, qui définit les modalités d'accompagnement des chômeurs pour les trois années à venir, a été présentée ce matin au conseil d'administration de l'Unedic.

Cette convention tripartite est le fruit de plusieurs semaines de discussions entre le ministère du Travail et les partenaires sociaux de l'Unedic et de Pôle emploi. «Ses deux maîtres mots sont réactivité et accompagnement personnalisé, explique Xavier Bertrand, le ministre du Travail. Les axes en sont assez consensuels. La convention a été pensée pour donner plus de marges de manœuvre aux conseillers et s'appuiera plus que les précédentes sur des indicateurs de résultats et non de moyens

Un suivi modulé

Concrètement, les chômeurs bénéficieront d'un accompagnement spécifique dès leur inscription. Oublié, le suivi mensuel uniforme qui ne démarrait qu'au bout de quatre mois : Pôle Emploi s'engagera à recevoir tout nouvel inscrit dans un délai de dix jours et à lui notifier ses droits sous quinzaine. De même, le service public garantira un diagnostic précis, débouchant sur un accompagnement sur mesure dès le premier mois d'inscription pour les cas les plus classiques ou, au plus tard, au quatrième mois. «Les moda­lités d'accompagnement seront adaptées au besoin de chaque demandeur d'emploi et à son degré d'éloignement à l'emploi», détaille le ministre du Travail. Donc, les chômeurs les plus en difficulté bénéficieront d'un suivi plus fréquent.

Les conseillers de Pôle Emploi évalueront eux-mêmes les besoins de chaque demandeur d'emploi. Ils auront également davantage la main sur la gestion de leur enveloppe de formations à pourvoir. 

Plus d'autonomie… pour moins de moyens

Xavier Bertrand fixe un objectif de 60 à 70 chômeurs par agent pour les profils les plus susceptibles d'avoir du mal à retrouver un travail. Mécaniquement, les «portefeuilles» de chômeurs censés être davantage capables de se débrouiller seuls pour retrouver un poste dépasseront la moyenne actuelle de 105 ou 110 unités par agent. Car — et c'est le point noir de cette convention que ne manqueront pas de soulever les syndicats — il n'y aura pas de recrutement pour faire face à la remontée du chômage. Mais «2.000 conseillers en équivalent temps plein vont être redéployés des fonctions support vers l'accompagnement des demandeurs d'emploi», promet Xavier Bertrand. Ce qui supposera de les former.

Deux autres dispositions de la convention concernent les entreprises. Un accès plus large sur Internet aux offres (et aux demandes) d'emploi va être mis en place. Une présélection des candidats sera également systématisée sur la base de critères définis dans les régions, notamment dans les bassins d'emploi en tension ou dans certaines entreprises cibles.

Un nouveau directeur général

«À nouvelle feuille de route, nouvelle direction générale», avait annoncé avant l'été Xavier Bertrand. Le mandat de Christian Charpy, qui dirigeait Pôle Emploi depuis son lancement fin 2008 par la fusion des Assedic et de l'ANPE, prend fin le 19 décembre. Il cédera sa place quelques jours avant ce terme à Jean Bassères, l'actuel patron de l'Inspection générale des finances. «C'est un grand manager public, très apprécié», commente Xavier Bertrand.

Ses atouts pour le poste de directeur général ? «Il a pensé et préparé la fusion entre la direction des impôts et celle de la comptabilité nationale à Bercy. Il a le sens du dialogue et entend multiplier les visites sur le terrain.» La nomination de Jean Bassères était «dans les tuyaux» depuis de longues semaines; il a déjà pris contact avec les syndicats. Elle sera officiellement soumise ce matin pour avis aux membres du conseil d'administration de l'Unedic et le 2 décembre à ceux de Pôle Emploi. Elle sera entérinée lors du conseil des ministres quelques jours avant sa prise de fonctions «à la mi-décembre», selon Xavier Bertrand.

(Source : Le Figaro)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 23 Novembre 2011 11:47 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...