Actu Chômage

mercredi
16 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique La fracture entre les Français et leurs grandes entreprises n'a jamais été si profonde

La fracture entre les Français et leurs grandes entreprises n'a jamais été si profonde

Envoyer Imprimer
Profits record du CAC 40 dégagés sur le dos de l'emploi et grands patrons archi-milliardaires : rien ne va plus !

Les entreprises du CAC 40 ont publié leurs résultats 2010 : leurs bénéfices ont quasiment doublé pour atteindre 83 milliards d'euros (dont la moitié va partir en dividendes aux actionnaires…), avec un taux de marge quasiment au plus haut depuis 30 ans. Cet argent, aux trois-quarts gagné à l'étranger et peu imposé grâce à leur implantation dans des paradis fiscaux, ne profite ni aux salariés, ni aux sous-traitants, ni aux clients, ni à l'emploi et aux investissements en France.

Total arrive largement en tête avec 10,5 milliards d'euros de résultat net (+25%) : pour le groupe pétrolier, la nouvelle flambée des cours du brut est une excellente nouvelle, ce qui n'est pas le cas pour les consommateurs...

France Télécom se place au quatrième rang avec près de 5 milliards (+62%) : les familles de ses ex salariés poussés au suicide apprécieront. Petite parenthèse : son ex-filiale La Poste, qui ne fait pas encore partie du "cercle" et se distingue pour ses nombreuses condamnations pour CDD à répétition, vient elle aussi d'annoncer un bénéfice net en hausse de 3,5%, à 550 millions d'euros; dans le même temps, elle a supprimé près de 12.000 postes en 2010.

GDF-Suez arrive à la cinquième place du classement avec 4,6 milliards alors que le prix du gaz, qui a augmenté de 20% sur un an et de 60% depuis sa privatisation en 2008, va encore étrangler des millions de foyers modestes.

On vous fait grâce de Carrefour, qui figure au bas de la liste, champion de l'emploi en miettes et régulièrement condamné pour non-respect du Smic. Et on comprend que ces brillants résultats, obtenus sur le dos des salariés, des contribuables et des consommateurs français, sont le symptôme d'un pays engouffré dans la mondialisation et qui, de plus en plus, avance à deux vitesses.

La crise ? Quelle crise ?

Insolente aussi est la richesse personnelle de certains grands patrons : de Bernard Arnault à Serge Dassault — l'homme qui encense la Chine et veut en finir avec les "aides sociales" alors qu'il est grassement subventionné par l'Etat — en passant par François Pinault ou Liliane "Mamie Zinzin" Bettencourt — qu'on ne vous présente plus… —, c'est la valse des milliards. Ces dirigeants divers et variés (et, pour certains, avariés) se gavent de salaires mirobolants, stocks options et autres "retraites chapeau" tandis que leurs collaborateurs, eux, voient leur rémunération stagner, leurs emplois disparaître et leur droit à la retraite s'éloigner. Inquiète pour son avenir et impatiente, la France qui travaille a peur du chômage et les Français ordinaires considèrent que le gros de la crise est devant eux.

Le fossé s'est aussi creusé avec les petits patrons. La CGPME, réagissant à ces impressionnants profits, estime que «les PME, dont bon nombre n'ont pas définitivement arrêté leur bilan 2010, seront vraisemblablement loin d'enregistrer de tels résultats. On peut d'ores et déjà souligner que le taux de marge des entreprises est en recul constant depuis plusieurs années». L'organisation, qui a souvent dénoncé les mauvaises pratiques des grands groupes vis-à-vis de leurs sous-traitants, «insiste sur les responsabilités que confèrent de tels résultats aux géants du CAC 40 par rapport aux PME. La clarification des relations entre donneurs d'ordre et sous-traitants, la politique d'achat, la transparence de l'accès aux marchés publics, le portage des PME à l'export sont quelques-uns des domaines dans lesquels il est indispensable de réaliser des progrès». Enfin, selon le dernier rapport du Conseil des prélèvement obligatoires, les PME paieraient 22% de leurs bénéfices à l'Etat quand les impôts du CAC 40 ne dépasseraient pas les 8%.

Grands sourires pour une poignée et soupe à la grimace pour la majorité : force est de dire que la théorie du ruissellement n'a jamais aussi peu convaincu et que le divorce entre "la France d'en bas" et celle d'en haut est largement consommé. 

SH


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 08 Mars 2012 09:55 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2011-03-16 14:58 Total ne paiera pas d'impôts en France

Un euro cinquante. Quand ce n’est pas 1,80 euros qu’il faut sortir aux caisses des stations services pour s’offrir un litre d’essence. Le prix du précieux liquide renoue avec son niveau record de 2008 pour le plus grand malheur des automobilistes français. Mais pas celui de Total. A l’unisson des autres multinationales du CAC 40, le pétrolier a annoncé d’excellents résultats : 10,6 milliards d’euros sur les 83 milliards réalisés.

Mais le malheur des Français pourrait bien se transformer en exaspération quand ils mettront en balance ces fabuleux résultats (distribués à plus de 50% aux actionnaires) avec le montant du chèque effectué par Total au Trésor. Enfin pas tant le montant, un des secrets les mieux gardés de la République, que le signe + ou - qui le précède. Car celui-ci est vraisemblableme nt négatif. Autrement dit, par la magie d'une optimisation fiscale totalement asservie au desiderata des grands groupes, Total ne devrait pas d'argent à l’Etat au titre de l'impôt sur les sociétés (IS). Situation que le groupe n'a jamais démentie.

La plaquette «Total en France. Contribution économique et sociale», dans sa version 2009, mentionne une perte de 207 millions d’euros dans l’Hexagone pour un chiffre d’affaires de 32 milliards… quand les résultats du groupe atteignaient cette année-là 7,6 milliards d’euros. Rebelote cette année puisque, selon nos informations, Total serait encore en perte dans l’Hexagone. Ce que confirme un porte-parole : «Nous avons fini l'année 2010 sur un léger mieux par rapport à 2009 pour nos activités en France. Notre résultat y sera proche de zéro, légèrement négatif». Conséquence mécanique : pour la seconde année consécutive, le groupe pétrolier ne devrait donc pas un sou au fisc.

Si on comprend aisément que Christophe de Margerie, le patron de Total, peine à partager ce malaise, il est cependant plus étonnant qu’il ne le comprenne pas, ou pire, qu’il s’en moque : «Le pétrole, certes, augmente mais pas plus qu'en Allemagne, en Grande-Bretagne ou ailleurs, je ne pense pas que dans ces pays-là, on parle tous les matins de ça, il doit y avoir quelque chose de particulier chez nous.»

Sans doute, les Français digèrent-ils mal la faible participation de leur champion national à «l’entretien de la force publique», comme le définit la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen. Ladite force publique protège les stations service, aménage le sol sur lequel roulent les poids lourds Total, entre autres services rendus par la collectivité à la prospérité de ce grand groupe.

Lors de la présentation du rapport annuel de la Cour des comptes aux députés, certains parlementaires s’étaient émus de ce que cinq entreprises françaises, dont Total, profitent du «bénéfice mondial consolidé», une niche de luxe. Réponse de François Baroin : les en priver les conduiraient à se délocaliser. La parade du ministre du Budget n’aura convaincu personne. Pas même Michel Bouvard, député UMP de Savoie : «302 millions d’euros (NDLR: montant de la niche), ce qui, à raison de cinq entreprises multinationales , fait à peu près 60 millions pour chacune. J’ai peine à croire, compte tenu du bénéfice dégagé par ces entreprises et de l’impôt qu’elles acquittent, qu’elles trouvent intérêt à déménager leur siège social à l’étranger pour 60 millions.»

www.marianne2.fr/Exclusif-et-scandaleux-Total-ne-paiera-pas-d-impots-en-France_a203903.html
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...