Actu Chômage

mercredi
16 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Les instituts de sondages et les médias menacent notre démocratie

Les instituts de sondages et les médias menacent notre démocratie

Envoyer Imprimer
Bulle DSK, phénomène Marine Le Pen... Désormais, ce sont les instituts de sondage et les médias qui font la politique !

On l'a déjà dit : l'année 2011 est rayée du calendrier. Seule 2012 compte. Si 2011 sera encore une année noire pour la plupart d'entre nous, elle sera une année blanche pour la plupart de nos politiques, omnubilés par la course au pouvoir. Tant pis pour ceux qui souffrent du chômage, de la dégration de leurs conditions de travail et de vie, de la flambée des prix — énergie, logement, alimentation… — qui les appauvrit : la priorité, c'est de s'intéresser à l'impôt des Français les plus fortunés (ou de remettre les immigrés dans les bateaux). Plus que jamais, les conséquences de la crise sont tues : depuis deux ans, jamais les actualités sociales n'ont été aussi chiches, comme si, de ce côté-là, il ne se passait rien.

On rappelle que nos castes dirigeantes actuelles — que certains qualifient à juste titre d’«oligarchie» — se composent de la finance, du grand patronat, des politiques et des grands médias. Ces quatre pouvoirs tiennent le monde en se serrant mutuellement les coudes. Ainsi, les politiques en place œuvrent au service de la finance et du grand patronat, avec la complicité des grands médias. Comme sous l'Ancien régime, ces nouvelles castes sont endogènes : passant volontiers de l'une à l'autre au gré de leur carrière, ses membres les plus assidus se maintiennent dans le Cercle et assoient leur puissance, indéboulonnables.

La démocratie en danger

Dans ce quartette, la part des médias n'a cessé d'évoluer et de croître. Autrefois contre-pouvoir indispensable au bon fonctionnement de la démocratie, le métier de journaliste consistait à informer, analyser, porter un regard critique, et parfois mettre à jour les scandales. Aujourd'hui, la profession est totalement dévoyée : au lieu d'instruire le peuple sur des sujets difficiles mais indispensables (comme, par exemple, le fonctionnement de l'économie), elle le désinforme et le manipule sous couvert de ne pas être "rébarbatif"... Au lieu de prendre le temps de creuser, on zappe selon le principe du «temps de cerveau disponible» afin de rester «grand public». Quant aux besogneux qui font encore leur travail, ils s'exposent au harcèlement judiciaire.

Outre se contenter de relayer sans ciller le discours gouvernemental, la sphère médiatique française lui donne abondamment la parole : à la télévision, deux invités sur trois font partie de la majorité aux affaires. Quant aux «experts de base», ils sont des ouvriers de la pensée unique se vautrant avec délectation dans la vacuité du spectacle. Ainsi maintient-on le bon peuple dans l'ignorance afin de le neutraliser. Pour les anticonformistes, ceux qui proposent des analyses hétérodoxes ou un autre modèle de civilisation, la «couverture médiatique» a rétréci au lavage : on leur réserve éventuellement les émissions tardives ou confidentielles; sinon, on leur laisse le web et les publications «sérieuses».

Les faiseurs d'opinions

Il suffit d'un sondage, généralement basé sur peu de choses, pour susciter un «emballement de la machine médiatique» (le média, déshumanisé, est donc une machine incontrôlable). On l'a vu avec Dominique Strauss-Kahn, qui a bénéficié d'un engouement monté de toutes pièces des semaines durant alors que le directeur du FMI n'avait certainement pas songé lui-même à revenir en France ni faire acte de candidature pour 2012. Maintenant que le soufflé est retombé et que l'affaire tourne au ridicule, on passe à autre chose : le sondage Harris Interactive publié samedi dans Le Parisien sur les intentions de vote des Français… à quatorze mois du scrutin, vanté comme une «alerte», tombe à pic pour créer un nouvel écran de fumée.

Car c'est bien de cela qu'il s'agit : d'un écran de fumée. George Orwell avait listé, selon lui, les trois grands maux de l'humanité : «l'idôlatrie nationaliste», le «mensonge organisé» et la «distraction permanente». Nous y sommes !

Le spectre du 21 avril 2002

Alors qu'ils devraient se faire une opinion par eux-mêmes sur des bases sérieuses afin de voter en leur âme et conscience, «les gens se sont mis à intégrer les sondages dans leurs raisonnements», a benoîtement admis le politologue Roland Cayrol, hier soir à "C dans l'air" sur France 5. Certains de ces sondages, aussitôt relayés par un «emballement médiatique», influencent désormais les électeurs : sauf erreur, cela s'appelle de l'instrumentation.

Résultat, «on est beaucoup plus stratège parce qu'on sait ce qu'on risque», a poursuivi le fondateur de l'Institut de sondages CSA, plaidant par la même occasion pour le «vote utile». Tant pis pour la morale démocratique : les petites candidatures «de témoignage» ou «d'agitation d'idées», dont les porte-parole n'ont aucune chance d'être élus, sont en filigrane accusées de polluer les élections et priées de céder leur place aux grandes formations — toujours les mêmes — face au «danger frontiste». Jean-Luc Mélenchon, qui a qualifié Marine Le Pen de «diable de confort des piliers du système», a tout compris. Adieu le débat démocratique : ce sont les sondeurs et les éditocrates qui le confisquent et le mènent à notre place, en le vidant de sa substance. Si ce n'est pas une forme de dictature, comment qualifier cet état de fait ?

Et voici qu'après DSK, les médias jettent leur dévolu sur Marine Le Pen, lui donnant une image flatteuse sinon acceptable. Avec l'esprit moutonnier qui les caractérise, tous font sa promotion. Marine Le Pen n'a pas besoin de faire campagne pour le moment : d'autres, à des degrés divers, la lui font gratis. Le résultat est pathétique.

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 25 Mai 2011 20:37 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2011-03-10 11:52 Hervé Kempf : «Il est vital pour l’oligarchie de maintenir la fiction d’une démocratie»

Les puissances d’argent ont acquis une influence démesurée, les grands médias sont contrôlés par les intérêts capitalistes, les lobbies décident des lois en coulisses, les libertés sont jour après jour entravées. Pour Hervé Kempf, journaliste et essayiste, si nous voulons répondre aux défis du XXIe siècle, il est impératif de revenir en démocratie. Et mettre fin à l’oligarchie, régime actuel qui maintient les privilèges des riches au mépris des urgences sociales et écologiques.

LIRE ICI
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2011-03-10 14:29 Un autre sondage effectué par l'IFOP pour France Soir donne DSK devant Sarkozy et Le Pen:

www.francesoir.fr/actualite/politique/presidentielle-2012-ca-va-etre-chaud-80469.html

Tout ce ceci n'est pas réjouissant. Cela va se terminer dans la rue à la mode de Tunis ;)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2011-03-10 14:51 Oui, on le sait (on ne peut pas y échapper) !
Et cette fois-ci, on nous recolle du DSK fantasmé…

Comme on dit, jamais deux sans trois : on attend le sondage suivant. Harris, Ifop, CSA ou autre… cékikidimieu ?

Guerre des sondages, guerre économique, ras-le-bol de toutes ces conneries ! C'est du business, et le plus malhonnête qui soit. A l'image de la société de consommation qui tient grâce à l'obsolescence programmée, on assiste à l'aboutissement d'un système nuisible qui tourne à vide.

Les instituts de sondage et les médias sont devenus des nuisibles. Ils font la pluie et le beau temps de la politique, ils désinforment les gens, les influencent, les manipulent, et les empêchent de penser. Je te ferais un de ces ménage là-dedans, moi !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # pat-du49 2011-03-10 18:56 pour le moment j'ai pas trouvé mieux que le miens de sondage :

forum.doctissimo.fr/viepratique/politique/sondage-motivera-politiques-sujet_11144_1.htm

il est pas parfait, mais bon.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2011-03-11 00:45 Ils font la promotion du vote utile en effrayant la population.

Mais à ce jeu-là on peut avoir de très mauvaises surprises.
En cas de second tour Sarkozy Le Pen irez-vous voter?
J'espère qu'on en arrivera pas là.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # hervé85 2011-03-11 12:24 les sondages servent de distraction au peuple, tout cela est du virtuel pris pour la réalité. Pendant ce temps les véritables problèmes des Français : chômage, précarité, revenus , sont mis de côté alors que les différents instituts rapaces de sondages prospèrent grâce à cette diversion ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # pat-du49 2011-03-11 19:04 de toutes façons, on verra bien de tout ce merdier, ce qu'il en ressortira.

quelque soit le resultat, une chose est certaine, la lutte continuera, car même si par miracle on avait un parti humaniste, assez ancré à gauche, en majorité au parlement et à la présidence, ne revez pas que les bourrés de frics, ne rentrent pas en résistance pour preserver leurs privilèges démesurés …

comme les 35 heures, excellente idée, à la base, mais ou on c'est fait enfler au final, car le peuple n'a pas bataillé …
suffit pas d'élire des gens et ensuite d'être attentistes … cette fois là les patrons ont gagné … entre des subventions, d'une part, et + de flexibilité d'autre part avec les annualisations, et des gels de salaires etc… + c'etait pas appliqué dans les petites entreprises etc ..

il est temps de passer aux 32 heures, + smic à 1600 € ou 1700 €
net, etc ..
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...