Actu Chômage

mardi
20 avril
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique L'éloge du naturalisme, cher aux capitalistes

L'éloge du naturalisme, cher aux capitalistes

Envoyer Imprimer
Dans son éditorial paru hier dans Les Echos, Jean-Marc Vittori nous explique que, malgré la crise, les lois du marché sont saines et tout à fait naturelles puisque les singes les ont adoptées avant nous !

Intitulé «Les singes dans l'enfer du marché», son billet — qu'on ne peut pas commenter… — est une véritable escroquerie intellectuelle. On dirait du Parisot dans le texte quand elle justifie que la précarité est aussi une loi de la nature.

Cette démonstration pseudo-scientifique (qui ne vise qu'à encenser les bienfaits du capitalisme, produit 100% naturel et qui s'autorégule, oui oui : les singes verts en sont la preuve !) et 100% grossière tente d'escamoter l'évidence : au lieu de se comporter en êtres humains munis d'un cerveau et d'un cœur, les capitalistes ont de tout temps préféré s'aligner sur les singes !

Dans cette communauté de primates étudiée par des éthologues du CNRS qui, selon lui, devraient «évangéliser» ceux qui doutent du bien-fondé du libéralisme économique mondialisé et de «la main invisible du marché», l'épouillage remplace l'argent et sert de valeur d'échange. «Le toilettage est aux primates ce que l'or fut aux hommes : une marchandise et une monnaie», dit-il doctement. Dans son billet, Jean-Marc Vittori décrit un mode organisationnel et comportemental qui repose essentiellement sur l'intérêt — la considération pour autrui étant basée sur sa position hiérarchique et sur ce qu'il peut vous (r)apporter —, qui justifie que les humains agissent de même car «c'est dans la nature»... En aveugle défenseur d'une idéologie en faillite, il élude non seulement l'affectivité, la gratuité et toute moralité dans les relations, mais aussi notre capacité, en tant qu'humains, à penser et à nous extraire de notre bestialité.

Si les singes de Jean-Marc Vittori ne pensent pas et n'ont pas de sentiments, démonstration est faite que l'homo capitalisticus non plus : que voulez-vous, c'est ça, l'évolution !!!

Encenser la nature (en opposition à la culture) et les lois de l'espèce (en opposition aux aspirations civilisationnelles), telle est la bonne vieille antienne des mauvais idéologues de droite.

SH
Mis à jour ( Mercredi, 26 Août 2009 00:39 )  

Commentaires 

 
0 # RaoulPiconBière 2009-08-15 01:20 Bonne idée Vittori : allons dépouiller les nantis !
:-)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # jacques de felice 2009-08-23 15:25 l'article se termine par :
"Conclusion : les singes « ont montré que chaque échange de toilettage permet de négocier le juste prix d'un service et que l'effet de marché(…) fait partie intégrante de leur répertoire comportemental ». Il serait peut-être utile que les éthologues du CNRS aillent évangéliser des partis politiques, voire certains économistes français apparemment persuadés que le marché est une invention des vilains capitalistes pour s'enrichir aux dépens du peuple.
"
On voit bien que l'auteur est croyant. Il se raccroche à n'importe quoi pour se persuader. Il exhorte les 'savants' à répandre la 'bonne' parole. Il voit du bien et du mal car il est formaté.

Exemple emblématique de l'im-pensant qui mélange allègrement concepts et réalités.

Encore quelques désastres de ce système de fous et ce monsieur mendiera et devra se battre pour survivre dans un chaos de violences et de désolations.

Merci pour tout.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...