Actu Chômage

jeudi
26 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Surendettement : Pour ou contre un fichier «positif» ?

Surendettement : Pour ou contre un fichier «positif» ?

Envoyer Imprimer
Hier, au Sénat, à l’ouverture de l’examen du projet de loi réformant le crédit à la consommation, le sujet du fichage des emprunteurs a donné lieu à un premier échange avec le gouvernement.

Depuis 1989 existe en France le fichier des incidents de paiement (FICP). C’est un fichier dit «négatif» : il ne consigne que les noms des ménages ayant failli à rembourser leur crédit. Mais en Allemagne, en Belgique ou au Royaume-Uni existent des fichiers dits «positifs» : d’immenses répertoires recensant tous les emprunteurs, du simple crédit-revolving au prêt immobilier de 30 ans.

Certains rêvent de ce dispositif en France, l’imaginant plus efficace pour protéger les emprunteurs contre eux-mêmes et prévenir le surendettement. Et là, surprise, les clivages habituels (droite-gauche, associations de consommateurs contre banquiers usuriers…) volent en éclat.

Ainsi Nicole Bricq, sénatrice de Seine-et-Marne (PS) et partisane d’un tel fichier, campe sur la même ligne que Fabienne Keller (UMP), qui dit être «pro-fichier, mais pour un fichier public et contrôlé par la CNIL», la Commission nationale de l’informatique et des libertés. A l’entendre, le fichier «positif» calmerait les ardeurs des distributeurs de crédit. Le clivage passe aussi entre les associations. Alors que l’UFC-Que choisir déclare la guerre au fichier positif, l’association Cresus, qui assiste les ménages en banqueroute, le soutient avec conviction — au point de faire conférence de presse commune avec la banque Accord. Même ligne de rupture entre les établissements de crédits : Cetelem est contre, Cofinoga est pour...

Réflexion de Reine-Claude Mader, présidente de la Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie (CLCV), forte d’une longue expérience du sujet : «Dans un premier temps, je me disais que ce fichier n’était pas honteux. Maintenant je ne vois pas comment on peut faire marcher cette usine à gaz.»

(Source : Libération)

A lire également :
«C’est démesuré, on va ficher la quasi-totalité de la population !»
L'avis de Bruno Salmon, président de Cetelem - BNP Paribas Personal Finance, qui dénonce les utilisations qui pourraient en être faites et propose, simplement, d'améliorer le FICP.
«Il faut un répertoire assorti de sanctions pour le prêteur»
L'avis de Nicole Bricq, sénatrice socialiste et vice-présidente de la commission des finances du Sénat, qui veut responsabiliser les organismes financiers et y voit un outil de prévention.
Mis à jour ( Jeudi, 18 Juin 2009 04:49 )  

Votre avis ?

Avez-vous vu Hold-Up, le doc "complotiste" ? =;o)
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...