Actu Chômage

mardi
17 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique «Virage social» de Sarkozy : Le Medef mène 8 milliards à zéro !

«Virage social» de Sarkozy : Le Medef mène 8 milliards à zéro !

Envoyer Imprimer
Telle est la conclusion du leader de la CGT suite à l'intervention télévisée de Nicolas Sarkozy. «Huit milliards, a-t-il dit, c'est la suppression de la taxe professionnelle» annoncée pour 2010 : après les banquiers, encore un super cadeau au grand patronat et toujours rien pour les vraies victimes de «la crise du siècle».

Cette taxe, due par toute personne physique ou morale, française ou étrangère, qui exerce en France à titre habituel une activité professionnelle non salariée en fonction de son chiffre d'affaires, a déjà été considérablement réduite sous le gouvernement Villepin. Depuis longtemps, le Medef plaide pour sa suppression au nom de la baisse des «charges» qui pèsent si lourdement sur les entreprises. Une idéologie virulente qui participe à la destruction méthodique de notre «modèle social» (fiscalité, système de protection sociale par répartition… bref, tout ce qui contribue en France au rééquilibrage des richesses) et au fait que, depuis 25 ans, la part de la masse salariale dans la valeur ajoutée des entreprises a chuté de 10%… au profit du capital et de sa bulle financière.

«On supprimera la taxe professionnelle en 2010 parce que je veux que l'on garde des usines en France», s'est justifié le chef de l'Etat. Or, cet argument ne tient pas : bien que spectaculaires, les délocalisations représentent moins de 15% des emplois détruits dans l'année ! Plus que la fiscalité, la demande sur un marché ou le coût de la main d'œuvre sont des éléments bien plus déterminants pour les entreprises. D'ailleurs, on rappelle que la France est le deuxième pays de l'Union Européenne qui reçoit le plus d'investissements étrangers grâce à sa situation géographique, la qualité de ses infrastructures, de ses services publics, ses savoir-faire et compétences. On le voit : la taxe professionnelle est l'un des nombreux boucs-émissaires dont se sert Nicolas Sarkozy pour enfumer l'opinion.

Le constat de Bernard Thibault est très en-dessous de la réalité. La Commission permanente de concertation pour l'industrie (CPCI) évalue à 26 milliards d'euros par an le montant que versent réellement les entreprises au titre de cette taxe. Le président de la commission des Finances de l'Association des maires de France, Philippe Laurent (divers droite), conteste ouvertement l'allégation chiffrée du chef de l'Etat : pour lui, «le montant de la taxe professionnelle perçue par l'ensemble des collectivités locales s'élève à près de 28 milliards, dont environ 10 milliards sont d'ores et déjà payés par l'Etat au titre des dégrèvements. En cas de suppression, il resterait 18 milliards d'euros à trouver, et non 8 milliards».

Or, la taxe professionnelle représente environ 45% des ressources propres des collectivités territoriales — communes, départements, régions — qui, loin devant l'État, portent 75% de l'investissement public. Le gouvernement, soucieux de ce «qui pèse sur les entreprises et sur leur compétitivité», se moque de ce qui pèse sur l'avenir des finances locales. Au final, ce «soulagement» accordé aux entreprises les plus florissantes risque de peser davantage sur le dos des ménages (impôts locaux…) et leur qualité de vie (services publics, infrastructures, etc…).

Pire : son remplacement par une «taxe carbone» qui ciblera les secteurs polluants, notamment les bassins industriels — déjà les plus touchés par la crise —, non seulement n'atteindra jamais le volume de la taxe professionnelle mais risque de porter sur les entreprises les plus délocalisables, soit l'inverse de l'effet recherché ! Et, quoiqu'il arrive, si cette nouvelle taxe fonctionne, les entreprises s'efforçant avec soin de diminuer leurs nuisances, les collectivités locales paieront inévitablement ces bons résultats… par une réduction de leurs rentrées fiscales !

Nicolas Sarkozy a évoqué le «partage des profits», selon lui un sujet «essentiel» dont il se décharge… sur les «partenaires sociaux». Or, la suppression de la taxe professionnelle n'est non seulement pas une nouveauté (dès septembre, il avait prévu sa «réforme» qui devait commencer par son «gel», puis sa «disparition à terme») mais elle va à l'encontre d'un meilleur partage des richesses. Comme à son habitude, s'il ne recycle pas des dispositifs déjà existants et non appliqués, Nicolas Sarkozy profite de «la crise» pour continuer sa politique de destruction et de privatisation de l'action publique. Ceux qui voient un «virage social» dans ses propos d'hier sont des imbéciles.

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 06 Février 2009 16:35 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2009-02-06 16:27 Combien coûtera la suppression de la taxe professionnelle , évoquée hier soir par Nicolas Sarkozy ? Le chef de l'Etat parlait de 8 milliards d'euros, un chiffre confirmé aujourd'hui par Bercy.

Tout d'abord, la taxe professionnelle ne sera pas supprimée dans sa totalité, explique-t-on au ministère de l'Economie. Le total des ressources de la taxe professionnelle équivaut à 30 milliards d'euros, mais une partie (7 milliards) est financée par des «cotisations minimales à laquelle on ne touchera pas», a-t-on ainsi indiqué dans l'entourage de Christine Lagarde.

La part des équipements et des biens matériels sera supprimée (80% de la taxe professionnelle , soit 23 milliards d'euros). Selon Bercy, l'Etat «prend déjà à sa charge 12 milliards d'euros au titre de dégrèvements». Resteraient donc 11 milliards d'euros à la charge de l'Etat. Celui-ci attend de la réforme une hausse «mécanique» de 3 milliards d'euros de l'impôt sur les sociétés.

«Ce sont donc bien 8 milliards d'euros que l'Etat devra trouver pour compenser la suppression de la taxe professionnelle », conclut-on dans les services de Christine Lagarde.

(Source : Libé)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2009-02-06 21:36 Cet impôt qui serait unique en Europe serait le responsable des délocalisations .

Mais les délocalisations sont pratiquées par des pays qui sont censés ne pas avoir cet impôt.

Nous savons bien ce que sont les vraies raisons des délocalisations :
Maximiser les profits et le dumping social des pays où les salariés ont des salaires de misère qui sont autant d'aubaines pour les transnationales apatrides et sans morale.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # nanard 2009-02-07 15:24 Hier, ils t'expliquaient et justifiaient les exonérations de cotisations sociales au motif de la création d'emploi et excusez du peu, pour les années 2006, 2007 et 2008 cela ne représente que la bagatelle de 84 milliards d'euros. Pendant cette période, combien de création d'emploi ? Ils n'osent pas le dire au regard du coût de la création d'un emploi que cela représenterait.
Aujourd'hui, ils t'expliquent et justifient la suppression de la taxe professionnelle au motif de vouloir empêcher les délocalisations par conséquent éviter les licenciements.
Il ne faut plus les croire et se donner les moyens de les foutent à leur tour à la porte, car les mesures ci-dessus ne profitent en fait qu'aux seuls actionnaires
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...