Actu Chômage

lundi
17 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Le papy-boom a bel et bien permis de supprimer des emplois

Le papy-boom a bel et bien permis de supprimer des emplois

Envoyer Imprimer
Nous le savions depuis deux ans et la Cegos nous le confirme : loin d'être un tracas, le papy-boom a, au contraire, offert aux entreprises l'opportunité de réduire leur masse salariale. Désormais cette mission est accomplie, dit La Tribune, et les quelques entreprises qui comptent recruter le feront… pour rajeunir leurs troupes.

D'ailleurs, l'Etat-employeur s'est empressé de faire de même dans la fonction publique : il s'agissait de ne pas pourvoir les postes libérés, tout en soulignant qu’«il n'y a eu aucune suppression d'emplois pour quiconque». Les départs en retraite des papy-boomers réjouissaient aussi Jean-Louis Borloo qui déclarait en 2004 que, grâce à eux, le chômage se résorberait et que nous aurions même «une crise du recrutement» à affronter dès 2007 !

Des élucubrations démenties par les faits et par cette étude de la Cegos (cabinet de conseil, spécialiste de la formation), qui se base sur les réponses de 270 RRH - responsables de ressources humaines - interrogés en mai 2008 :
• 69% d'entre eux ont déjà largement anticipé le volume des départs à la retraite contre seulement 15% qui estiment que c'est encore un problème pour leur entreprise,
• 61% considèrent que ce «choc démographique» a été une opportunité pour réduire sensiblement leurs effectifs,
• 22% sont toujours dans une logique de réduction de leurs équipes...

Après s'être débarrassés de leurs collaborateurs âgés, quelques RRH (16% seulement) déclarent vouloir augmenter à nouveau leurs effectifs avec la nette intention de rajeunir leur personnel. Voilà qui va à l'encontre de l'objectif du Plan seniors du gouvernement : réduire la discrimination dont ces salariés sont victimes sur le marché de l'emploi, limiter le coût social de leur prise en charge et freiner le déficit des caisses de retraite.

Mais le pire, c'est que 82% de ces RRH interrogés par la Cegos qualifient le marché de l'emploi de «tendu» ou «difficile»… pour l'employeur, tant une «guerre des talents» semble y sévir. Et là, on sort son petit sac à vomir.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 03 Juillet 2008 05:45 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...