Actu Chômage

mardi
25 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique C'est la grande purge à l'Unedic (suite)

C'est la grande purge à l'Unedic (suite)

Envoyer Imprimer
Les objectifs de la fusion ANPE-Assedic se précisent.

L'Unedic — organisme paritaire géré par le patronat et les syndicats, qui brasse quelque 30 milliards d'euros de recettes annuelles versées par les salariés et les employeurs — conservera la mission de fixer le niveau des allocations ainsi que celui des cotisations via la négociation de sa convention tous les trois ans (1). Mais elle devrait voir ses effectifs divisés par cinq, passant de quelque 500 salariés à une centaine seulement. Ne seront maintenus que des collaborateurs de haut niveau qui assureront les missions de service juridique, audit et contrôle, finances et comptabilité, études et analyses, tandis que les statistiques officielles seront désormais produites par la future "France Emploi".

«Le champ d'activités lié aux missions de l'Unedic va être plus faible, le reste étant transféré à France Emploi», a confirmé son directeur général Jean-Luc Bérard. Eric Aubin, négociateur pour la CGT, estime que «l’objectif est de supprimer l'Unedic à terme. On le regrette parce que beaucoup de décisions échapperont aux partenaires sociaux».

La disparition du réseau Assedic, qui emploie près de 14.000 personnes dans 650 antennes, sera effective sur le plan juridique au 1er janvier 2009. Ses salariés, qui assureront l'indemnisation des chômeurs, devront rejoindre les quelque 30.000 agents de l'ANPE dans la nouvelle entité.

Risques de surcoût

L'Unedic devra également participer à hauteur de 10% minimum au budget du nouvel organisme de service public de l'emploi. Ce qui a «un peu choqué» son nouveau président, mais «maintenant, c'est la loi» et, au final, «c'est l'Etat qui décide».

Selon un rapport d'information de la commission des Finances du Sénat, cette fusion comporte «des risques certains de surcoût» : il avance la somme de 350 millions d'euros supplémentaires, liés notamment à l'alignement vers le haut des statuts des personnels, au recours à des cabinets conseils extérieurs et à la création de la nouvelle identité visuelle du futur opérateur. «L'impact financier de la fusion devra être compensé par l'émergence d'économies d'échelle, la rationnalisation du parc immobilier et la réalisation de gains de productivité», préconise-t-il...

(1) Pour l'instant, le calendrier de la prochaine renégociation de la convention Unedic 2006-2008, prévue pour l'automne, n'est toujours pas fixé. Par contre, on sait que le nom définitif du nouvel organisme issu de la fusion ANPE-Assedic doit être dévoilé début juillet.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 26 Juin 2008 04:28 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...