Actu Chômage

mardi
27 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Privatiser les gains, mutualiser les pertes… le cas Northern Rock

Privatiser les gains, mutualiser les pertes… le cas Northern Rock

Envoyer Imprimer
Le ministre britannique des Finances, Alistair Darling, vient d'annoncer la "nationalisation temporaire" de la banque Northern Rock, en grande difficulté. C'est la première fois depuis les années 70 qu'une entreprise est officiellement nationalisée au Royaume-Uni.

Une fois de plus, Marx avait raison : plus que jamais, le capitalisme privatise ses profits et socialise ses risques (mais surtout pas l'inverse !). Ainsi Northern Rock, banque spécialisée dans les prêts immobiliers et qui avait connu une ascension fulgurante depuis son entrée en Bourse en 1997, se hissant parmi les 10 premiers établissements bancaires du Royaume-Uni, a frôlé la ruine en septembre 2007 dans le sillage de la crise des "subprimes" importée des Etats-Unis. On se souvient encore des longues files d'attente de clients paniqués, soucieux de récupérer leur argent aux guichets de ses agences britanniques et irlandaises… un peu comme en 1929.

Placée depuis le 13 septembre dernier sous la protection de la Banque d'Angleterre, Northern Rock lui a déjà emprunté la somme colossale de 26 milliards de livres, soit 35 milliards d'euros. En la nationalisant, même à titre "temporaire", Northern Rock va se refaire une santé sur le dos de l'Etat britannique qui, pour l'assainir, épongera les pertes des spéculateurs, sacrifiant au passage la moitié de ses 6.000 emplois, avant de la re-privatiser.

Comme quoi, pour servir l'intérêt général et réguler le marché, les libéraux estiment toujours qu'il y a «trop d'Etat» mais quand les dégâts du libéralisme nécessitent une bouée de sauvetage, heureusement que l'Etat est là, isn't it ? Yes, it is.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 17 Février 2008 19:53 )  

Commentaires 

 
0 # tristesir 2008-02-17 23:43 Selon le journal "le Monde", jusqu'en 1996, cette banque était une building society, mutuelle bancaire de détail qui construisait des habitations dans le nord de l'Angleterre avec les fonds déposés par les sociétaires.

La perspective d'obtenir des actions gratuites a convaincu les sociétaires de cette mutuelle de la transformer en entreprise côtée en bourse.

On en voit le résultat.

Je me demande ce que va penser la Commission européenne de cette nationalisation , elle toujours prompte à ne jurer que par "la main invisible" du marché, cette main qui poignarde lachement les salariés dans le dos.



Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2008-09-08 16:17
Quel est le lien — car il y en a un — entre ce qu'on veut faire subir aux chômeurs et la crise des subprimes ? Voici une modeste piste de réflexion…

Une économie mondialisée qui court à sa perte
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...