Actu Chômage

jeudi
21 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Internes : une grève de «bobos» ?

Internes : une grève de «bobos» ?

Envoyer Imprimer
Aujourd'hui, soigner relève plus du business que de la vocation, et c'est avec peu de sympathie que nous considérons leur mouvement. Explications.

Nos voisins d'outre-Manche doivent, paraît-il, s'arracher les dents eux-mêmes. Les patients anglais éprouvent de grandes difficultés à trouver des dentistes exerçant pour le système public de santé. La pénurie s'installe, car ils sont de plus en plus nombreux à préférer s'enrichir dans des cliniques privées rutilantes et accessibles à ceux qui en ont les moyens, plutôt que de gagner peut-être un peu moins d'argent mais soigner tout le monde. Pourtant, dans son docu-film Sicko, Michael Moore montre à ses compatriotes américains que les médecins salariés du National Health Service britannique gagnent déjà très bien leur vie : alors ?

On ne peut plus dire que la médecine est un métier "à vocation" quand on voit aussi en France comment elle discrimine, par exemple, les bénéficiaires de la CMU. La haine du pauvre va de pair avec l'enrichissement personnel et on sait que sur ce plan, les médecins se portent bien, merci : des revenus confortables qui, en quinze ans, ont progressé trois fois plus que ceux des salariés… des primes d'assurance généreusement prises en charge par la Sécu pour les praticiens libéraux... Quelques histoires de fraude, pour pimenter le tout.

Leur vocation, pour la plupart, c'est bien de se faire du pognon. Preuve supplémentaire, ces jeunes internes et futurs toubibs qui sont en grève parce qu'on veut réguler leur installation à cause des écarts de densité médicale dans l'Hexagone. Ce qui ressort de leurs revendications, au nom de leur "liberté d'exercer" et du "droit des patients" à choisir leur médecin en étant remboursés (absurdité alors que, justement, dans les zones bien dotées on ne voit pas l'intérêt d'avoir encore plus de choix), c'est surtout le droit de ne pas devoir s'installer dans une région sous-médicalisée et forcément plus pauvre, où il faudra soigner plus de malades modestes.

En outre, au journal télévisé, une de leur porte-parole n'a pas hésité à discréditer "l'autre grève" (celle du 18), se targuant qu'un service minimum serait malgré tout assuré, contrairement à ces irresponsables de cheminots et fonctionnaires. L'expression de son mépris pour des salariés qu'elle considérait ouvertement comme inférieurs n'avait rien d'altruiste. Cette nouvelle génération de médecins, imbue de sa caste et qui ne s'embarrasse pas d'humanisme inutile, fait froid dans le dos.

Alors effectivement, derrière, il y a un gouvernement 100% antisocial - donc volontairement incompétent - qui, après avoir inventé de nouvelles franchises à faire payer aux malades, a trouvé un prétexte pour s'attaquer au conventionnement - question de faire encore des économies de bouts de chandelle… - sans régler non plus le problème de la démographie médicale. Mais devant, ne nous leurrons pas : même si elle ne l'avoue pas, la majorité de ces internes et étudiants en médecine préfèrerait s'installer et exercer ensuite là où la clientèle est aisée. Comme les dentistes britanniques. Quand le serment d'Hippocrate devient hypocrite...

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 17 Octobre 2007 04:41 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2007-10-17 06:24 LE FAUX TROU DE LA SÉCU

Le député socialiste Jean-Marie Le Guen, médecin et spécialiste des questions de santé publique, a remis fin septembre les pendules à l'heure de façon lumineuse sur le déficit de la Sécu : "Il faut sauvegarder d'urgence la partie recettes de l'assurance maladie. C'est à dire réintégrer l'argent qui lui revient, dont les dettes de l'Etat (plus de 5 milliards d'euros). Mais aussi récupérer la totalité des taxes sur l'alcool et le tabac qui ne sont pas versées intégralement (3 milliards d'euros). Il faut enfin lutter contre les niches fiscales, en taxant par exemple les stock-options. Rien que cela, c'est l'équivalent du déficit de toute la Sécurité sociale pour l'année 2007".

(Source : Le blog d'Olivier Bonnet)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2007-10-17 11:36 Citation:
Les deux articles relatifs à l'installation des nouveaux médecins ont été suspendus pour associer les syndicats d'étudiants en médecine à la négociation conventionnelle , comme l'a promis Nicolas Sarkozy

Source:
http://www.lesechos.fr/info/france/300211372.htm

Devant le dogme de la liberté de s'en foutre plein les fouilles le plus possible, et ceci quelque soit le domaine d'activité, cela m'avait paru étrange de voir des articles de loi allant contre ce courant. Mais ils sont en train d'y remédier et les choses vont rentrer dans l'ordre…libéral.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2007-10-17 19:06 C'est vraiment curieux, juste après avoir écrit le message précédant j'avais rendez-vous place de la Concorde pour aller voir une expo photo au "jeu de paume" dans le jardin des tuilleries. et sur quoi je tombe…

Manifestation des internes très encadrée par la gendarmerie mobile qui visiblement n'avait pas envie que les manifestants envahissent la place de la Concorde.

Les véhicules des gendarmes étaient au contact des manifestants et semblaient assurer une sorte de rempart destiné à contenir les internes.
C'est du moins ce qui m'a semblé pendant les quelques minutes d'observation de la scène.

Parmi les arguments qu'avancent les internes, il me semble qu'il y'en a deux qui reviennent le plus souvent:
Le fait de les obliger à ne pas s'installer à des endroits où l'offre médicale est saturée est une violation du contrat tacite sous-entendue par le fait de passer le concours d'une école de médecine.
Deuxièmement, les nouveaux médecins qui voudront s'installer dans un endroit qui leur est "interdit" seront obligés de se déconventionner et seront perdus pour une bonne partie de la population d'où un risque de pénurie. (c'est du moins ce que j'ai compris)

A se demander avec cet argument pourquoi ils ont si peur des deux articles s'ils sont si sûr de pouvoir exercer dans le secteur libre et s'en foutre plein les poches tout de même 8-)
Avec cet argument on se demande même pourquoi il y'a encore des médecins conventionnés.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Reda 2007-10-17 22:04 Je souhaite réagir a ce tissu de conneries amateur et mal renseigné.

Je commence par : un médecin gagne plus à la campagne qu'en ville. Ouf le premier choc. Moins de concurrence, moins de frais etc . et là, attention, révélation : il n'a juste pas envie, à 30 piges, de quitter femmes et enfants pour une région deserté, sans école, sans poste, sans crèches, sans hopitaux et sans personnel médicale et paramédical.

C'est pas fini, double effet Kiss Cool : le gouvernement le sait très bien et impose cette loi pour deconventionner le plus possible de médecins. Sinon, qu'est ce qu'une loi sur la liberté d'installation foutrait dans un projet de financement de la Sécurité Sociale ? Pas con hein : on deconventionne a tort et a travers, les patients ne sont pas rembourser un centime, et pour le coup, on est bien chez Michael Moore (triste ironie de le citer en defendant une loi qui nous ammènera a cette situation non ?) Parce que quand cela passera : CMU, pauvres, personnes sans assurance l'auront dans le cul profond. Regardez si ca n'a pas donner la même chose en Allemagne (en plus de l'effet pervers qui a entrainé une baisse des etudiants et des médecins, qui ont choisi de se reorienté dans un autre domaine).


Sinon pour reprendre les clichés de l'article selon quoi les médecins sont des nantis et blablabla (tout ce qui prouve d'un fantasme total sur la profession de médecin) : un médecin c'est un gars qui fait 10/15 ans d'etudes, remuneré pendant son externat et son internat a des prix de republique bananière (100 euros par mois pour 35h puis 1500 pour 70h par semaine quand ses copains sont deja dans la vie active). Je crois qu'il y a beaucoup mieux pour se faire de l'argent. Sans compter que son metier lui prendra 70h par semaine, avec souvent pour les MG une rémunération inferieure au smic horaire.

C'est aussi un gars qui est passé par deux concours eprouvant physiquement et intellectuellem ent (sisi, y'a un concours pour etre médecin, etre un bobo qui a de l'argent ca ne marche plus pour avoir son diplome. C'est pas que vous êtes cons et que vous l'aviez oublier mais faut le rappeler).


Mais bon quand je vois ce genre d'article je me dis qu'un certain chef de service connu a peut etre raison : il a "insulté" les grevistes de communiste, parce que cette loi du deconventionnem ent n'apportera que du bon au médecin (comme le remarque intelligemment le commentaire plus haut).

Mais bon, notre vocation nous pousse a nous battre pour les patients, dommage que certains ne s'en rendent pas compte…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Reda 2007-10-17 22:15 Et je rajoute qu'un patient CMU n'est que minoritairement refuser par les médecins, principalement pour des problèmes de remboursements (délai, manque de papier). Parce que ce soit un Sarko ou un patient CMU, le médecin touchera pas un euro de plus ou de moins. J'espere que vous n'etes pas journalise professionnel (ca serait très inquietant)…


Mais bon, on se gaussera avec le patient CMU quand il ne trouvera plus aucun médecin conventionné n'est-ce pas ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-10-18 00:23
Merci d'abord pour ces précisions. Il est vrai que nous avons affaire à un gouvernement qui pille allègrement la Sécu et veut détruire petit à petit toute protection sociale pour la privatiser. Sous prétexte d'Alzheimer, une brèche continue de s'ouvrir avec les franchises médicales, et il tente d'en ouvrir une nouvelle sur le conventionnemen t des médecins, toujours de manière détournée par de nobles intentions : en l'occurrence ici, rétablir le déséquilibre de la démographie médicale en régulant la liberté d'installation. A court terme, ça n'a l'air de rien. A moyen et long terme c'est un réel danger et, je vous l'accorde, j'aurais du mettre davantage l'accent sur ce point.

Non, je ne savais pas que les médecins de campagne gagnent plus que ceux des villes. Tant mieux ! Aller s'enterrer par vocation à 30 piges avec femme et enfants dans une région désertée par un service public en voie de disparition et plombée par un chômage structurel mérite compensation. Nous sommes bien d'accord : tout comme le déploiement du chômage et de la précarité, le démantèlement de l'assurance maladie et la destruction du service public sont le fruit d'un même objectif politique.

Non, je suis pas journaliste (rassurez-vous). Je suis chômeuse, bénévole, et en colère. Bénéficiant depuis un an de la CMU, j'ai personnellement tâté de la discrimination médicale (pas avec ma généraliste mais avec des spécialistes, et je vous assure que ce n'est pas une question de délais ou de papiers), et sur nos forums beaucoup de chômeurs comme moi en témoignent. Cette haine du pauvre de la part de certains praticiens (qui ont sûrement voté Sarkozy), nous la ressentons vivement. J'ai aussi ressenti de la haine du fonctionnaire et du cheminot chez cette jeune fille qui s'exprimait au nom des internes dans plusieurs JT. Quant au fantasme sur le médecin nanti qui vote UMP, il surgit quand le fantasme du chômeur profiteur devient insupportable.

Je le sais, tous les médecins ne sont pas comme ça (ou alors "tous les patrons ne sont pas comme ça"), de la même façon que tous les chômeurs ne sont pas comme ça non plus. Je sais, ce n'est pas bien de tomber dans le même travers que celui qu'on vous assène. Mais c'est parfois dur de rester comme Jésus, qui tend la joue droite quand on lui a baffé la joue gauche.

En tous cas merci d'avoir enrichi le débat, et bonne continuation !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Reda 2007-10-18 16:23 Excusez moi pour ma virulence mais l'article est plein de clichés et defend involontairemen t le système qu'il critique. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-10-18 16:37 Pas de problème : ma maladresse suscite un débat très intéressant, dans le principe de la démocratie.

Bien@vous
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2007-10-18 11:40 Sous prétexte d'avoir à passer des concours (ils ne sont pas les seuls) , les futurs médecins devraient avoir une voie royale et qu'on les laisse s'installer en dépit du bon sens?
Est ce qu'on laisse un fonctionnaire qui lui aussi à passer des concours s'installer où bon lui semble? Si son poste sur concours est à Lille et qu'il habite à Marseille, il déménage ou il démissionne.
La médecine n'est pas n'importe qu'elle marchandise, c'est un service public

Sur une radio nationale, j'entendais l'autre jour expliqué, un rien pince sans rire, que si cela continuait comme cela, dans le departement de Seine Saint Denis si le manque de médecins continuait à s'amplifier il faudrait faire appel à Médecin sans frontieres pour soigner les gens.
Faut il laisser cette situation se dégrader (dans ce departement et les departements ruraux)?

On peut aussi s'interroger sur le cout de la formation d'un medecin et qui supporte ce coût…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Reda 2007-10-18 16:21 Les médecins ne sont pas des fonctionnaires. Ils ne sont pas payés par l'Etat, l'Etat rembourse les patient.
Cette loi ammenera un deconventionnem ent massif : les médecins seront payés par les assurances privés. Y'a pas photo.

Le médecin a largement remboursé sa formation pendant ses etudes (il est payé a moins du quart du smic horaire pour un vrai travail qui aurait necessité des milliers de secretaires et de médecins titulaires).

Les médecins ne sont pas responsables du numerus clausus : il manque de médecins parce qu'il n'y en a pas assez. A cause des mêmes personnes qui veulent maintenant deconventionner .
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2007-10-18 11:59 Dans le monde de l'entreprise un patron se fout apres coup que vous soyez "major de votre promotion" si vous lui faites perdre de l'argent, c'est curieux que dans une profession qui est très bien representée à l'Assemblée nationale…à droite on se retranche derriere un argument aussi éculé que le fait d'avoir passer un concours difficile.
En fait les concours sont d'autant plus difficile à obtenir que les participants au concours sont brillants si les participants étaient tous mediocres peu importe les sujets du concours ca deviendrait plus facile d'être dans le classement selon le principe: "au royaume des aveugles les borgnes sont rois" 8-)

Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Reda 2007-10-18 16:25 Les deux concours (y'en a plein mais ceux la sont le haut du panier) servent juste a montrer a quel point faire d'autres etudes bien moins long, eprouvant et bien plus remunerateurs auraient été facile pour les etudiants en médecine :
Cette loi va decourager du monde. Des internes veulent deja changer de metiers. Des cabinets se vendent a tout va en ce moment même.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2007-10-18 12:44 Donc pour continuer ma reflexion précédente, si les concours sont si difficiles à obtenir c'est de la faute à la concurrence pas à cause des sujets du concours lui-même.
Et la concurrence, c'est bien la vertue cardinale qui nous ait vanté à longueur de journée et que d'aucuns se force à croire qu'elle est source de progrès.
Cela se resume toujours de la même façon, avoir le beurre et l'argent du beurre.

Et il est toujours très facile de se faire l'apotre d'un systeme quand on est du bon cote du manche et qu'il nous ait très favorable…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-10-18 15:17 Mail à propos de votre article sur le mouvement de grève des internes qui est tout simplement diffamatoire ! Franchement arrêtez de parler de choses que vous ignorez, on sent à peine la jalousie pointer du nez dans cet article. Les médecins devraient rougir de bien gagner leur vie après 10 ans d'études ??? Et cette histoire d'une interne considérant les fonctionnaires comme inférieurs, c'est tout ce que vous trouvez à dire pour argumenter un peu le sujet… votre article est tout simplement honteux et pathétique… vous me faites vraiment bien rigoler!
cousin
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # michael 2007-10-18 16:32
C'est vraiment la lutte des classes à l'envers !

Je me demande qui est le plus privilégié : le médecin qui a fait 10 ans d'études, ou le cheminot qui travaille de nuit. Mais il est vrai qu'il y a plus de médecins à l'Assemblée nationale que d'ouvriers spécialisés…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Reda 2007-10-18 17:16 Très constructif comme commetair bravo.

C'est vrai quoi : comment un RMIste en France peut se plaindre alors que dans des pays on meurt de faim et de maladie ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # michael 2007-10-26 12:03
Lire, par exemple, cet article

Quitte à ce que vous trouviez mon commentaire tout aussi constructif, moi, je trouve ça suspect que ce gouvernement, qui ne cède pas pour les salariés et les pauvres, ait finalement plié très vite devant les médecins libéraux en devenir.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pili 2007-10-18 18:03 Je partage les réactions de SuperUser et de Triste Sir, mais je rejoins l'analyse de Reda, car effectivement sous pretexte de vouloir peupler en médecin les zones urbaine et les zones rurales déficitaires, le gouvernement impose un déconventionnem ent…dont les effects sont perverses… et à long terme produit sans aucun doute les effets recherchés par nos "puissants" , casser notre systéme de santé et accentuer une santé à deux vitesses…(comme le fait par exemple aussi de fermer les hôpitaux de campagne).

J'ai écouté une émission à ce sujet où en allemagne, ces mesures ont été appliquées il y a plus de 10 ans et résultat des courses, une médecine sans médecins…une castatrophe…aujourd'hui, le gouvernement allemands revient sur ces mesures…

En tant que personne travaillant dans une zone semi rurale et en charge notamment de ce type de probléme qui est d'assurer l'égal accés au soin aux habitants, nous ne souffrons pas de pénurie de médécins en semaine, mais le week-end.

Je susi pas une spécialiste du sujet, alors, Reda, serait-il possible d'avoir plus d'information sur ce dossier…notammen t quelles sont les mesures alternatives que vous proposez à ce probléme d'égal accés des soins pour tous et sur tout le territoire?

Car l'idée à défendre est que tous puissions avoir accés à la même qualité des soin quelques soient nos ressources, nos origines, et notre lieu de résidence..et pour un médecin pouvoir être en accord avec le sermon qu'il a prononcé lors de son entrée dans ce métier.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2007-10-18 18:37 Bien sûr que les chantres du liberalisme aimeraient que tous les médecins soient deconventionner .
Mais le conventionnemen t c est aussi une assurance pour la plupart des médecins que leur cabinet ne soit pas vide.
Parce que si on élimine de la clientèle des medecins, les pauvres, il y'a déja largement trop de médecins dans certains endroits et laisse peu de place à de nouveaux arrivants.

Reda: je suppose que vous êtes futur médecin, vous avez envie de vous établir à Saint Denis dans le 93 et avoir pour patients que des gens qui ont la CMU ou qui se privent pour aller consulter?
N'aimeriez vous pas plutot soigner, en pratiquant le dépassement d'honoraire aussi souvent que possible dans le sud de la France en soignant des retraités aisés tout en s'assurant le minimum de sécurité que procure le conventionnemen t?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Reda 2007-10-18 18:57 Les syndicats etudiants proposent depuis très longtemps des stages en campagne qui ont fait leurs preuves (ca fait 10 ans que c'est voté, ca n'est appliqué que cette année si la DRASS lache le fric).
Contrairement a ce qui est dit, l'incitation financière marche très bien en Corèze (seulement les gerants sont les mêmes qui veulent le deconventionnem ent et qui ont causé le manque des médecins).
Mais ca coute moins cher a Sarko de deconventionner et de fermer les hopitaux que de former en campagne (comment voulez vous qu'un gars qui finit ses etudes à 30 ans, qui est marié avec des gosses et qui a toujours été en ville de CHU change d'un coup de région ?)


Je sais les profs font ca mais les internes aussi : la ville de l'internat depend d'un classement. Et pour les profs c'est provisoire, pas pour les médecins.
En essayant d'oublier le fait qu'un médecin est un liberal (pas de retraite, 70h de boulot par semaine, charges et tout ca)


Les médecins deconventionnés auront toujours des clients ne vous en fait pas pour eux (voir le numerus clausus qui n'a rien changé) et non je veux rester en Alsace où je suis né.

Et je ne vote pas à droite puisque vous me posez la question.

(faut dire combien de fois que les médecins de campagne gagnent plus qu'en ville ?)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2007-10-18 19:22 Un médecin qui soigne en campagne des "vieux" qui étaient agriculteurs et qui n'ont que le minimum vieillesse pour vivre peut il etre plus riche qu'un médecin installé à Nice ou la cote et qui ne soigne que des "vieux" mais qui sont loin du minimum vieillesse? J'ai du mal à le croire 8-)

(ce mouvement vers le sud est aussi observable chez les fonctionnaires, mais rare sont les fonctionnaires en debut de carriere qui sont nommés dans le sud de la France même si c'est leur région)

L'Alsace est aussi une région où il y'a des poches importante de misère où je suis sûr que les eremistes sont sur-representés.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Reda 2007-10-18 21:42 Pourquoi vous payez vous même votre consultation chez le médecin ?
La sécurité sociale rembourse (plus pour longtemps) qu'on soit du Sud, du Nord, CMU, agriculteur ou amateur de saucisses.

C'est mal d'etre alsacien ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Reda 2007-10-18 21:46 Sur ce je vous laisse et je vous souhaite que votre insouciance soit sans consequences… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2007-10-19 08:40 Je faisais juste remarqué qu'il y'a des endroits en Alsace (dans la banlieue strasbourgeoise ?) qui n'ont rien à envier à la situation du 93 même si on n'en parle moins. Ces gens (je pourrais être l'un deux) aussi ont besoin de médecins.

Mais est ce beaucoup de futurs médecins ont envie de les soigner? Parce que les dépassement d'honoraires dans une population à l'ASS (savez vous même ce que ce c'est?) ou au RMI ca risque de pas être rentable…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Reda 2007-10-19 10:28 Personnellement les depassements d'honoraires je pense que c'est rare et surtout destiné à une élite de médecins connus. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2007-10-23 15:32
A lire dans Libération : Des médecins qui se soignent bien
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2007-10-26 02:45 Ca y'est sarko et ses amis ont reculé devant les internes.
(medecin, une profession surrepresentée à l'assemblee nationale avec les avocats)

Peut être qu'il faudra effectivement faire appel à Medecins sans frontieres pour se faire soigner dans la Creuse ou dans le 93.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...