Actu Chômage

dimanche
22 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Rentrée sociale : face aux syndicats, Sarkozy espère le KO

Rentrée sociale : face aux syndicats, Sarkozy espère le KO

Envoyer Imprimer
Entendu ce matin sur France Info (flash de 7h du 2 Août 2007) : Nicolas Sarkozy aurait remis une note de travail à son ministre des Affaires Sociales Xavier Bertrand, lui demandant explicitement de mettre en place l'alignement rapide des Régimes Spéciaux sur le Régime Général de Protection Sociale.

Ainsi, Nicolas Sarkozy et François Fillon poursuivent leur politique de rupture au "pas de charge". Non contents d'avoir fait voter la loi sur le Service Minimum incluant l'obligation très controversée faite aux salariés de se déclarer grévistes 48 heures à l'avance, l'Omni-Président et son Premier Ministre enfoncent le clou en abordant frontalement la question des Régimes Spéciaux, vraisemblablement dès la rentrée. Faisant cela, ils renforcent la détermination des centrales syndicales et de leurs troupes à se lancer dans un mouvement dur, dans l'objectif de réitérer un "novembre-décembre 1995".

Mais depuis cette période "épique", un élément fondamental a considérablement changé : l'état de l'Opinion. Cette dernière, abreuvée de libéralisme médiatique (à grand coup de micro-trottoirs sur "ces fonctionnaires qui prennent en otage les travailleurs"), n'a plus le même a priori favorable sur les luttes sociales que par le passé. Mieux, la dernière campagne de Nicolas Sarkozy a réussi à imprimer dans l'esprit de la population la certitude d'une divergence fondamentale d'intérêts entre une "caste" de fonctionnaires (stigmatisés, comme étant les derniers privilégiés de France) et la majorité des travailleurs du Privé.

Les syndicats risquent donc à la rentrée de se retrouver pris en étau, entre des mesures gouvernementales dures et une Opinion radicalisée contre leurs positions. Comptons alors sur la machine médiatique pour entretenir cet état de fait. Nul doute que l'actuel gouvernement et sa majorité cherchent à provoquer un "choc décisif" avec le mouvement social, dont ils espèrent une victoire claire et définitive. L'image de Margaret Thatcher brisant la grève des mineurs anglais, au début d'un règne de dix ans, est évidemment dans toute les têtes.

Face à ce piège, les syndicats - et la gauche toute entière - auront-ils les armes leur permettant d'éviter le pire ?

(Source : La Vie comme elle vient)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 06 Août 2007 15:50 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...