Actu Chômage

mardi
17 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Notre protection sociale face à la crise

Notre protection sociale face à la crise

Envoyer Imprimer
Le volume des prestations sociales a augmenté de 3,2% en 2010, contre 4,8% en 2009. Les allocations liées au chômage et à la pauvreté sont celles qui ont connu les plus fortes progressions.

La hausse des prestations sociales a ralenti en 2010. Selon la Drees, leur volume a augmenté de 3,2% en 2010 à 620,8 milliards d'euros contre 4,8% l'année précédente. Elles représentent 32,1% du PIB. Dans sa présentation des comptes de la protection sociale, la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques, commune à plusieurs ministères, souligne la progression beaucoup plus forte des prestations liées au chômage (5%) et à la pauvreté (5,6%) par rapport à celles relatives à la maladie (3%), à la vieillesse et aux retraites (3,5%).

Le total des dépenses du pays pour la protection sociale, en incluant les coûts de gestion (emplois), s'est élevé à 654,2 milliards. Le total des ressources hors transferts (cotisations, taxes et impôts divers) s'est établi à 633,1 milliards, progressant de 1,8% après une faible hausse (0,5%) en 2009, au pic de la crise économique. "Malgré la faiblesse de leur progression, les ressources de la protection sociale évoluent de façon plus favorable que l'ensemble de l'économie", commente la Drees.

Plongeon du solde de la protection sociale

Cependant, après trois ans d'excédents, "le solde de la protection sociale se dégrade très fortement en 2009 (-17,8 milliards) et en 2010 (-21,1 milliards)", souligne-t-elle. Les dépenses de protection sociale ont servi de stabilisateur économique pendant la crise mais ont creusé aussi les déficits, note la Drees. Depuis cinquante ans, elles ont crû plus vite que le PIB et leur poids (coûts de gestion compris) représente 33,8% de celui-ci contre 15% en 1959.

Ce phénomène n'est pas propre à la France au sein de l'Union européenne. Pour les seules dépenses de prestations hors coûts de gestion, la part moyenne dans le PIB des 27 est de 28,4% avec en tête le Danemark (33,4%) et en bas de tableau la Lettonie (16,8%). En France, les collectivités sociales et les institutions sans but lucratif comme les mutuelles jouent un rôle croissant dans la protection sociale.

(Source : L'Expansion)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 10 Août 2012 11:07 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...