Actu Chômage

lundi
22 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Sophie de Menthon organise La Fête des Entreprises !

Sophie de Menthon organise La Fête des Entreprises !

Envoyer Imprimer
Vous avez peut être aperçu cette affiche dans la rue...

C'est en 2003 que Sophie de Menthon, présidente du mouvement patronal libéral ETHIC (Entreprises de Taille Humaine, Indépendantes et de Croissance), a lancé la «Fête des Entreprises» qui permet de "saluer le rôle structurant de l'entreprise dans la vie quotidienne des salariés". Chaque année, tous les 3èmes jeudis du mois d'octobre, ETHIC invite les salariés des entreprises françaises "à célébrer leur entreprise, un lieu de vie professionnelle qui favorise l'épanouissement de l'homme dans l'action" : voir concept (vous noterez la prédominance du masculin dans l'exposé).

On pense à la chanson des Charlots, Merci patron (1971). On pense aussi à la «Fête des Secrétaires» qui passe inaperçue le 3ème jeudi du mois d'avril. Ou à la «Fête des Voisins» qui, chaque printemps, se veut être un "déclic social". Ou bien à la Journée Mondiale du refus de la misère que l'on commémore le 17 octobre. La «Fête des Entreprises 2006», elle, suivra le 19.

Seulement voilà : sur l'affiche on distingue une jeune femme, un jeune homme de type maghrébin et un quinqua aux cheveux grisonnants, pouces levés et sourire aux lèvres, bien dans leur peau et bien dans leur boîte, prêts à boire un coup. Derrière cette vision idyllique (de pacotille ?) on se demande quelles intentions se cachent : est-ce du cynisme, ou de la bonne volonté ? Car, justement, il se trouve que ce trio incarne les catégories d'individus qui sont les plus discriminé(e)s par le monde du travail, et souffrent le plus du chômage.
On pense aux campagnes publicitaires de VediorBis ou d'Adecco prônant l'anticonformisme, la diversité, la lutte contre les préjugés et la discrimination, alors que dans la pratique elles font tout le contraire.

Sourire aux lèvres et pouces levés, comment avoir une meilleure opinion des entreprises quand elles "ont parfois, aussi, tendance à se complaire dans une vision trop étroite de leurs intérêts : comme si le dynamisme économique du pays pouvait s'accommoder de l'exclusion de catégories entières de personnes du marché du travail" ? Ce n'est pas moi qui le dit : c'est Jacques Chirac, pas plus tard qu'hier devant le Conseil économique et social. Qu'en pense Madame de Menthon et son service communication ? Madame de Menthon qui, interrogée l'année dernière au sujet du CV anonyme, expliquait aux téléspectateurs d'un journal de 20H qu'elle tenait beaucoup à voir la photo du candidat, qui est à ses yeux un élément indispensable de la séduction à l'embauche...

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 18 Octobre 2012 11:02 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2006-10-12 02:01 Les négociations entre patronat et syndicats sur la diversité en entreprise se poursuivaient mercredi en début de soirée au siège du MEDEF à Paris, sans certitude de parvenir à un accord pour prévenir la discrimination à l'embauche ou en cours de carrière.

Engagée début février sur proposition du Medef, la négociation sur "la diversité dans l'entreprise" répond à une demande du président Chirac qui, en novembre 2005, juste après les émeutes de banlieues, avait appelé les entreprises à se mobiliser contre "ce poison" que sont les discriminations . Cette négociation, si elle aboutit, déboucherait sur un accord national interprofession nel censé garantir l'égalité entre les salariés sans distinction d'origine.

Les discussions, entamées en début d'après-midi, ont été interrompues un temps au milieu de l'après-midi pour faire évoluer le texte proposé par le patronat, et se poursuivaient à 20H30. Pour autant, "rien n'a fondamentalemen t changé entre la première et la deuxième version du texte", a estimé Alain Lecanu de la CFE-CGC, rappelant que les syndicats souhaitaient davantage de mesures obligatoires - et non simplement incitatives - pour les entreprises. Alors que les petites entreprises refusent de nouvelles contraintes, "le problème aujourd'hui est dans le camp des employeurs, avec des divergences entre les petites entreprises et les grandes, y compris au sein du Medef", a-t-il ajouté.

La nouvelle version du projet d'accord instaure cependant, comme le réclamaient certains syndicats, la création d'un "comité d'égalité de la diversité" dans les entreprises déjà dotées d'un Comité d'entreprise (CE), selon ce négociateur.

Le Medef, dans le texte proposé mercredi, mentionnait seulement un point d'information obligatoire des chefs d'entreprise au CE sur la situation de la diversité "une fois par an" lors d'une réunion consacrée à l'emploi.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2006-10-12 18:01 Extrait de notre Billet d'Humeur "Chômage : la classe dirigeante à cours d'idées".

La proposition de Sophie de Menthon (faite au Figaro en 2004) pour lutter contre le chômage : "Mieux contrôler les chômeurs et les salariés en arrêt maladie" (Sophie de MENTHON, PDG de Multilignes).

Notre commentaire à l'époque : Et mieux contrôler les patrons voyous qui délocalisent secrètement leurs activités, ce n’est pas une vraie mesure anti-chômage, ça ?
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...