Actu Chômage

mercredi
20 janvier
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique En prison, il y a de l'emploi

En prison, il y a de l'emploi

Envoyer Imprimer
Si vous êtes, par exemple, chômeur de longue durée à l'ASS et délinquant en Haute Garonne, en vous faisant coffrer vous risquez… d'avoir un job valorisant en doublant votre revenu !

Le centre de détention de Muret, près de Toulouse, se vante d'être à la pointe pour l'emploi des détenus, grâce à ses installations spécialement prévues pour une production industrielle qualifiée.
Sur les 638 "longues peines" qu'il accueille, "450 détenus travaillent, et ils ont un emploi valorisant. Muret est l'établissement pénitentiaire français qui a le mieux réussi dans cette option", s'est félicité son directeur Pierre Oddou lors d'un récent bilan d'activité de l'administration pénitentiaire régionale. Voilà de quoi réjouir Nicolas Sarkozy dans sa lutte contre la racaille, lui qui n'aime pas non plus que les RMIstes restent oisifs !

L'environnement économique toulousain favorise naturellement la sous-traitance pour l'aéronautique, qui se taille la part du lion parmi la douzaine d'entreprises ayant passé, comme Turbomeca ou Liebherr, un "contrat de concession de main d'oeuvre pénale". "Ici on travaille au micron", explique le directeur de Muret en désignant les machine-outils ultra modernes. Liebherr, spécialiste de la climatisation d'avions et présent depuis 30 ans dans la région, a agrandi et modernisé ses ateliers l'an dernier. Il sous-traite 55.000 heures de travail par an à quarantaine de détenus formés et dirigés par trois salariés détachés de l'entreprise.

Muret compte 15.000 m2 d'ateliers. L'administration pénitentiaire "livre [aux entreprises] les locaux et l'accès aux fluides, comme le ferait une zone industrielle", explique son directeur. "Les détenus gagnent jusqu'à 800 euros net par mois : une partie va au pécule de sortie, une partie indemnise les parties civiles et une partie leur revient". Et dans l'atelier "régie", rempli de machines à commandes numériques et géré par l'administration pénitentiaire sur 4.000 m2, on fabrique aussi des meubles pour des entreprises de vente par correspondance. L'excédent financier est affecté à des centres pénitentiaires "déficitaires", comme Lannemezan (Haute-Pyrénées).
Les règles de sécurité de la prison ont été adaptées, car 30 semi-remorques entrent et sortent d'ici chaque jour. Un gardien résume l'état d'esprit qui règne entre les personnels et les détenus : "Ici, on leur fait confiance". Ils ont bien de la chance ! Avis aux amateurs...

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 24 Avril 2006 16:47 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2006-04-24 17:30
Avant de vous lancer dans l'aventure, sachez tout de même que les Prud'hommes sont incompétents face au travail en prison

En regardant l'autre jour un reportage sur la solution du bracelet électronique qui tend à s'étendre, vu l'engorgement des prisons, j'y ai vu une relation symbolique : l'enfermement du chômeur qui survit avec un revenu situé en-dessous du seuil de pauvreté, isolé, exclus du monde du travail et de la société opulente, abandonné par ses anciens amis, soupçonné de méfait et contrôlé par l'administration.

Effectivement, quand on a si peu de fric, on reste chez soi et on sort juste pour faire ses courses ! Notre "bracelet électronique" est celui de la misère économique et sociale. Une situation comparable aux prévenus qui en portent un pour de vrai, condamnés - pour d'autres raisons, mais le résultat est approchant - à ne pas sortir de chez eux, sauf motifs exceptionnels, et sous contrôle…

La liberté, quand on est pauvre, est toute relative !
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous souhaiter pour 2021 ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...