Actu Chômage

lundi
18 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Les écarts de salaires se creusent dans l'UE

Les écarts de salaires se creusent dans l'UE

Envoyer Imprimer
L'élargissement de l'Union européenne, avec l'entrée de dix nouveaux Etats en mai 2004, a creusé les écarts de salaires entre les pays membres, selon une étude de l'office européen des statistiques Eurostat.

Alors que le salaire moyen dans les pays riches de l'UE s'établit à environ 1.200 euros brut mensuels en janvier 2005, il est compris dans les nouveaux pays membres d'Europe centrale et de l'Est entre 100 et 200 euros environ. Le rapport est de 1 à 13 entre le Luxembourg, qui a le plus gros salaire minimum avec 1.467 euros, et la Lettonie, qui a le plus bas avec 116 euros, selon cette enquête publiée jeudi.

Mais le rapport en matière de salaire minimum n'est plus que de 1 à 3 entre le groupe d'"anciens" pays membres de richesse intermédiaire, qui comprend notamment l'Espagne, le Portugal et la Grèce, dont les salaires s'échelonnent d'environ 400 à 700 euros, et le groupe des pays riches, avec, entre autres, la France, le Royaume-Uni, l'Irlande, les Pays-Bas et la Belgique.
L'Allemagne et les pays scandinaves, qui n'ont pas de salaire minimum fixé par la loi, ne font pas partie de l'étude.

Les écarts s'amenuisent toutefois considérablement lorsque l'on compare les salaires en parité de pouvoir d'achat, c'est-à-dire compte-tenu du coût de la vie dans chaque pays. Ce mode de comparaison est plus favorable aux nouveaux Etats membres, où le coût de la vie est nettement moins élevé. L'écart entre la Lettonie et le Luxembourg n'est plus alors que d'à peine 1 à 5.

L'enquête révèle par ailleurs la disparité de l'évolution du niveau de vie parmi les Etats membres depuis cinq ans, mesurée en comparant l'augmentation des salaires minimaux et celle des prix à la consommation. Alors que l'on constate une augmentation relative du niveau de vie au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, la tendance est inverse en France, en Espagne, en Belgique et au Portugal. Au sein des nouveaux Etats membres, l'évolution a été défavorable en Pologne et en Hongrie, mais positive pour les autres.

Autre enseignement de cette étude, la France se distingue par sa proportion élevée (13,4%) de salariés payés au salaire minimum. En revanche, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l'Espagne et l'Irlande sont tous en-dessous de 3%.

Par ailleurs, l'inégalité hommes-femmes est quasi-généralisée dans l'Union, le pourcentage de femmes percevant le salaire minimum étant partout plus élevé que celui des hommes, sauf en Hongrie et en Lettonie.

(Source : Yahoo! Actualités)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 20 Août 2005 17:02 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...